Baudelaire, Le pauvre diable

Bonjour à tous, je suis un étudiant du Québec et j’ai de la difficultés à voir comment l’auteur Charles Baudelaire présente la pauvreté sous différentes formes dans son poème « le pauvre diable ».
Malheureusement, je ne comprend pas vraiment le texte je vois bien le froid et la famine que l’on pourrait considérer comme forme physique, mais pour ma part c’est vraiment tout ce que j’arrive à déchiffrer de ce poème monosyllabique.
Merci d’avance à tous ceux qui répondrons à ce message! Merci


               

« Le Pauvre Diable »

                               Père
                               Las !
                               Mère
                               Pas.

                               Erre
                               Sur
                               Terre...
                               Dur !...

                               Maigre
                               Flanc,
                               Nègre
                               Blanc,

                               Blême !
                               Pas
                               Même
                               Gras.

                               Songe
                               Vain...
                               Ronge
                               Frein.

                               Couche
                               Froid,
                               Mouche
                               Doigt ;

                               Chaque
                               Vent
                               Claque
                               Dent.

                               Rude
                               Jeu...
                               Plus de
                               Feu !

                               Rêve
                               Pain
                               Crève
                               Faim...

                               Cherche
                               Rôt
                               Perche
                               Haut,

                               Trotte
                               Loin,
                               Botte
                               Point.

                               Traîne
                               Sa
                               Gêne,
                               Va,

                               Pâle
                               Fou,
                               Pas le
                               Sou !

                               Couve
                               Port
                               Trouve
                               Mort !

                               Bière...
                               Trou...
                               Pierre
                               Où

                               Sale
                               Chien
                               Pâle
                               Vient,

                               Sur le
                               Bord,
                               Hurle
                               Fort

                               Clame
                               Geint
                               Brame...
                               Fin ! "

2

Baudelaire, Le pauvre diable

https://www.etudes-litteraires.com/foru … bique.html

3 (Modifié par Invité 12/11/2018 à 06:33)

Baudelaire, Le pauvre diable

Ce lien ne répond pas à ma question je l’avais déjà vu mais merci!

4

Baudelaire, Le pauvre diable

Bonjour,

Ces monosyllabes cherchent à créer des impressions.
Tu en as relevé quelques-unes.
Essayons de les identifier dans l'ordre :
Solitude (orphelin)
Errance
Mépris
Mauvaise mine
Délire
Souffrance causée par le froid
la faim
Absence de foyer, errance à nouveau
Dénuement
Mort anonyme
Veillée par un chien
Fin dérisoire

Les monosyllabes créent un effet particulier : une pensée balbutiante, une suite de cris plaintifs, comme de la part d'un être souffrant du froid ou épuisé...
Le pauvre est celui qu'on ne regarde pas, qui est rejeté, abandonné...

5

Baudelaire, Le pauvre diable

les poèmes monosyllabiques sont d'abord un jeu sur le langage.
Ici, la forme sert le fond.
De même que le pauvre hère est privé de tout, le langage ici est réduit au minimum.

"Un de ses axiomes favoris (Edgar Poe) était encore celui-ci: "Tout dans un poëme comme dans un roman, dans un sonnet comme dans une nouvelle, doit concourir au dénoûment. Un bon auteur a déjà sa dernière ligne en vue lorsqu'il écrit la première." Grâce à cette admirable méthode, le compositeur peut commencer son œuvre par la fin et travailler, quand il lui plaît, à n'importe quelle partie."

Extrait du poème en prose : Le Vieux saltimbanque.

Au bout, à l'extrême bout de la rangée de baraques, comme si, honteux, il s'était exilé lui-même de toutes ces splendeurs, je vis un pauvre saltimbanque, voûté, caduc, adossé contre un des poteaux de sa cahute; une cahute plus misérable que celle du sauvage le plus abruti, et dont deux bouts de chandelles, coulants et fumants, éclairaient trop bien encore la détresse.

     Partout la joie, le gain, la débauche; partout la certitude du pain pour les lendemains; partout l'explosion frénétique de la vitalité. Ici la misère absolue, la misère affublée, pour comble d'horreur, de haillons comiques, où la nécessité, bien plus que l'art, avait introduit le contraste. Il ne riait pas, le misérable! Il ne pleurait pas, il ne dansait pas, il ne gesticulait pas, il ne criait pas; il ne chantait aucune chanson, ni gai ni lamentable; il n'implorait pas. Il était muet et immobile. Il avait renoncé, il avait abdiqué. Sa destinée était faite.

Baudelaire, Le pauvre diable

Merci de vos réponses, c’est très apprécié je comprend un peu mieux le poème.
Cependant, je ne comprend pas très bien la 15e strophe « bière...trou... pierre..où », ainsi que la 16e « sale chien.. pâle vient, », pouvez-vous m’éclairer s’il vous plaît?
Merci encore de vos réponses, c’est très apprécié et intéressant.

7

Baudelaire, Le pauvre diable

Faut-il chercher "un sens" ou se laisser porter par les sonorités ?( Jeu d'assonances, d'allitérations, de rimes ...)

Baudelaire, Le pauvre diable

Bière, trou => linceul, fosse, tombe.

Baudelaire, Le pauvre diable

Le sens serait davantage convenable!
Merci encore pour votre temps et vos réponses!

10

Baudelaire, Le pauvre diable

Tu as ainsi le cours d'une vie, de la naissance à la mort et le mot FIN sonne de façon définitive. Fin de vie, fin de l'histoire, fin du poème.