1 (Modifié par Inconighto 15/10/2018 à 16:32)

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

Bonjour à tous, j'espère que vous allez bien.

Alors voilà, je suis en 1ère L et j'ai un entraînement de dissertation à faire.
Je m'en sors généralement bien sur la méthode (ce n'est pas le premier sujet que je fais) mais là j'ai un vrai blocage ..

J'ai quelques idées en vrac, mais je n'arrive pas à me fixer un plan; à vrai dire je ne sais même pas si je dois partir un plan dialectique ou un plan thématique ..

La fameuse problématique est :
"Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?"

Je viens donc vers vous espérant au moins avoir une piste pour rédiger ma dissert. Merci d'avance à tous.

2

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

Bonjour,

Ce sujet t'invite à réfléchir sur la sociologie des héros romanesques.
Quelles relations le personnage entretient-il avec la société à laquelle il appartient ?
Déjà tu peux te rendre compte qu'un personnage ne peut être à lui seul une incarnation d'une société donnée. Il appartient à un milieu déterminé : noblesse, bourgeoisie, peuple et non tous ces milieux à la fois. Il est homme ou femme, il est jeune ou vieux...
Dans certains romans, le héros est seul comme Robinson dans Vendredi ou le limbes du Pacifique. Pour autant le naufragé a emporté avec lui les valeurs de la société occidentale et va se trouver confronté à une autre civilisation...
Certains autres veulent échapper à leur conditionnement sociologique et inventer d'autres relations : pense au mythe du bon sauvage, aux révolutionnaires, aux utopistes...
Demande-toi pourquoi les auteurs s'intéressent à la société : description ? élucidation ? critique ? effet dramatique (action) ou tragique ?...
Parfois c'est la société qui est le véritable personnage.
Une société peut en cacher une autre, des romans historiques doivent être décryptés comme contemporains.

A priori, le plan qui répondrait au sujet serait dialectique.

3 (Modifié par Inconighto 15/10/2018 à 18:30)

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

@JeanLuc

Merci beaucoup pour ta/votre réponse.

Oui je serais également parti sur un plan dialectique, j'avais déjà quelques idées en tête si vous pouviez me donner rapidement votre avis;
La première partie consisterait à montrer que le personne peut ''incarner'' la société comme Georges Duroy dans Bel-Ami ou dans Vautrin dans le Père Goriot qui sont carrément le symbole de la société de l'époque où la réussite sourit aux corrupteurs.

Dans la deuxième partie, je rajouterais l'aspect que vous m'avez rappelé : Le personne ne peut pas être l'incarnation d'une société donnée etc.
Je mettrais aussi dans cette partie (dites le moi si vous pensez que ce n'est pas adapté) que les personnes n'incarnent pas fidèlement la réalité de la société, mais deviennent des moyens de dénoncer par certains traits exagérés des personnages certains aspects de la société.
Je ferais ici une transistion sur le faite aussi que certains personnages comme Fantine dans les Misérables, n'incarnent pas la société mais en sont plutôt victimes; où y vont carrément à l'encontre (ici je citerais également Leonardo des Ombres de l'Araguia où ce personnage est ''rebelle'' de la société) encore une fois dans le but de la dénoncer.

Voilà à peu près où j'en suis, je vous remercie encore infiniment pour votre aide.

4 (Modifié par Jean-Luc 16/10/2018 à 07:26)

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

Bonsoir,

Ta réflexion avance.

Dans une première partie montre que le personnage romanesque peut incarner seulement une partie de la société.
L'auteur utilise en général plusieurs héros pour brosser un portrait de la société.

Dans la deuxième, examine comment certains personnages sont d'abord des utilités pour faire avancer l'action : Fantine, Javert, Thénardier jouent ce rôle, la prostituée, le policier inflexible, le méchant...
Certains sont des symboles : le monstre, le détective, le jeune premier...
Ceux qui s'opposent

Mais dans une troisième partie, vois comment les grands écrivains  savent habiller ces utilités en leur donnant une vraie épaisseur sociale.

Dans chaque partie, attache-toi au pourquoi.

Bien entendu tu n'auras pas épuisé toutes les pistes, mais tu auras montré l'essentiel.

5

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

@Jean-Luc

Bonsoir,

J'ai du mal à comprendre l'argument, ce que tu veux dire par "rôle" ou symbole et de quelle manière ça s'oppose au faite que le personnage incarne la sociėtė et en quoi ça répond à la question.

Peux tu légèrement préciser le sujet de la troisième partie?

Merci encore

6

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

Bonsoir,

Le personnage romanesque a d'abord un rôle à jouer dans l'avancement de l'intrigue.
Il existe une distribution conventionnelle qui va provoquer des oppositions. Les schémas narratif (péripéties) et actanciel (adjuvants et opposants) ont besoin de ces utilités pour faire progresser le récit.
Prenons les Misérables que tu comptes utiliser : Thénardier est d'abord un méchant, Javert est un opposant persécuteur. Ils ne servent pas à décrire un pan de la société. Tu pourrais les trouver dans d'autres romans populaires comme Fantomas...
Certains sont même des symboles ou des types en ce qu'ils condensent des traits remarquables jusqu'à devenir intemporels, presque indépendants de la société dans laquelle ils vivent. Par exemple Gavroche, le titi parisien, l'enfant courageux comme l'enfant grec des Orientales... Cependant Hugo sait aussi le rattacher à la société de son temps : épisode de l'éléphant et surtout celle des barricades (pour la 3e partie).

7 (Modifié par Inconighto 17/10/2018 à 18:52)

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

@Jean-Luc

Bonjour,

alors je pars sur ce plan

I) Certes, le personnage peut avoir la fonction d'incarner la société
a) Montrer le ''vrai'' (Jacques le Fataliste) - mais je ne suis pas sûr
b) Des anti-héros incarnant la société afin de la dénoncer (Bel-Ami..)
c) ?

II) Mais il peut aussi s'en éloigner
a) Son rôle principal est l'avancement de l'intrigue, il appartient à un milieu social particulier
b) Il ne peut pas incarner toute la société et prend une valeur de ''symbole''
c) Certains personnages peuvent en être le parfait contraire afin d'en faire ressortir les défauts
d) Ce n'est pas une véritable incarnation de la société, mais plutôt l'idée que l'auteur en a (l'auteur possède tous les pouvoirs : jacques le Fataliste) ; qu'en pense tu?

Sur quoi pourrais-je ouvrir???

8

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

Bonsoir,

Ce plan me paraît pauvre.
En fait tu ne te places pas du tout du point de vue de l'auteur.
Ce dernier ne place pas forcément le focus sur la société. Il entend d'abord raconter une histoire : aventure, amour, intrigue policière...
Parfois au contraire, son héros est au service d'une exploration de la société.
Mais dans le premier cas, il peut étoffer ses personnages, les rendre vraisemblables, plus réels en leur donnant une épaisseur sociale : habits, langage, culture, comportements, habitudes...

Finalement cette inscription dans un milieu social et un temps historique individualise le héros, le rend remarquable voire inoubliable.

9 (Modifié par Inconighto 17/10/2018 à 22:00)

Le personnage de roman est-il l'incarnation de la société dans laquelle l'auteur l'a placé ?

Ah oui, merci beaucoup.
Ça je devrais le placer où dans mon plan du coup?

Et je manque d'un dernier argument pour dire qu'en effet, il peut prendre la fonction d'incarner la société..

Et une idée pour l'ouverture (urgent ^^)