1 (Modifié par seesaw75 21/09/2018 à 20:57)

L'accent tonique et son évolution en ancien français

Bonjour,

Je suis nouveau sur ce forum (que je lisais déjà avant) et j'ai éprouvé le besoin de m'inscrire parce que je suis en train d'apprendre seul l'ancien français et le latin et notamment donc, la phonétique diachronique.

Voici mon problème :
J'ai lu que, je cite :

"Le développement des voyelles dépend de leur accentuation, du  type  de  syllabe dans laquelle elles se trouvent, et de leur place dans le mot. Les voyelles toniques (accentuées) subsistent toujours ou se modifient, mais ne disparaissent jamais. Les voyelles atones (non accentuées) ont la tendance à s’affaiblir et même à disparaître dans certaines positions, indépendamment du type de syllabe."

Cependant, je lis dans le "précis de phonétique historique" que c'est sur le "e" et le "o" brefs et accentués du latin que se sont faites les diphtongues.

Comme je suis seul, je mélange tout : brèves accentuées?
Est-ce que ce serait une différence entre latin classique et vulgaire?

Car si je suis la règle susdite, normalement ce devraient être les voyelles longues (toniques) qui auraient dû rester et non les brèves.
et ce mélange : brèves et accentuées? Là, j'ai l'impression de voir un oxymore.

Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider s'il vous plaît?
Merci d'avance pour toute réponse.

L'accent tonique et son évolution en ancien français

Oui, vous mélangez longueur et intensité de la voyelle. Une voyelle brève peut très bien être accentuée, c'est le cas de dominus, dont le o est bref et porte l'accent. Cette voyelle a persisté dans dom (ou dam avec une altération de timbre) aux dépens de toutes les autres.
Mais de toute manière, du latin vulgaire au roman, c'est exclusivement l'accentuation qui va compter, vu que les différences de quantité vont s'effacer dès le niveau du bas latin.
Vous n'avez donc pas à vous en soucier.

Par contre, il va falloir retenir le tableau du passage des anciennes différences de quantité (époque classique) aux différences de timbre (bas latin). Tous les manuels de phonétique le donnent dès le début.


Si quelque chose n'est pas clair, n'hésitez pas.