1 (Modifié par UmbertoV96 24/07/2018 à 15:52)

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Bonjour à tous,
J’ai écrit sur ce forum il y a à peu près un an, il y a une khâgne. Cette année a amené à une heureuse issue : j’ai intégré l’École. Mais je ne sais pas quoi faire à présent. Je m’explique.
Je pense avoir deux passions, le latin (je suis en LC) et la littérature médiévale. Or, j’ai trois choix qui s’ouvrent à moi: master de LC pour suivre la passion latinisante; Master d’études médiévales pour la passion médiéviste, mais cela me laisserait un peu sans préparation pour l’agrégation (je ne conçois d’en passer une autre que Lettres Classiques); ou faire les 2 master, mais je profiterais peu des cours de l’ENS Ulm. Il me semble qu’il faut que je fasse un choix, en cela je suis le seul à pouvoir m’aider, mais je voulais connaître quelques données avant. J’aimerais enseigner dans le supérieur (après une thèse), la prepa ne me déplairait pas, quelle discipline est mieux? Si jamais je devais me tourner à l’international, quelle discipline serait plus apte pour trouver une chaire universitaire ?
Enfin si vous avez des conseils divers et variés, ils seront les bienvenus.
Merci à tous,
Bisous !

2 (Modifié par mattlev 24/07/2018 à 23:30)

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Salut,


Ne te soucie pas du nombre d'heures de cours que tu vas suivre à l'ENS, essaie au contraire de trouver les cours sur Paris (ou ailleurs !) qui te seront le plus profitables. Une agrégation de lettres classiques peut se réussir avec un bon niveau de base une bonne année de prépa et après un ou deux ans d'études sans matières techniques (expérience vécue par un très bon ami, merci les masters sciences de l'antiquité sans version ni thème et avec tous les textes travaillés en français).


Après pour l'avenir c'est difficile à dire. Tout dépend de la section dans laquelle tu valideras ta thèse (histoire, lettres classiques ou lettres modernes). La situation en sciences humaines et sociales est globalement peu reluisante...  En tous cas, les deux options mènent sans problème à l'étude du moyen-âge.

Tu as trois ou quatre ans d'études dans des conditions de rêve devant toi, tu fais bien d'envisager de suivre les deux masters. Le master d'études médiévales a l'air vraiment intéressant et très varié.


Si tu as un peu de temps dès cette année je t'encourage vivement à t'intéresser à l'ecdotique (ou édition de textes), qui est une des disciplines importantes quand on travaille sur le moyen âge sans être historien et dont tu as probablement croisé la route sue les vieux Budée, avec notamment les apparats critiques en bas de page. Renseigne toi en particulier sur l'édition électronique de textes anciens et sur le standard TEI. Il y a des gens très bons là dedans à l'école des chartes en particulier. Je prêche pour ma chapelle, mais on y fait des trucs vraiment bien...

3

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Merci pour ta réponse!
J’ai toutefois l’impression que la charge de travail de deux masters (notamment les deux mémoires) avec celle des cours obligatoires à valider à l’ENS serait telle que je ne pourrais vraiment profiter des possibilités qui me seront offertes. Le fond de ma question est : pour le supérieur (y compris pour enseigner en prépa) il vaut mieux être latiniste ou médiéviste? Étant donné qu’il faut (je pense) choisir parmi les deux champs de recherche, j’aimerais choisir la passion la plus « exploitable » parmi les deux.
Cordialement,
Umberto

4 (Modifié par mattlev 24/07/2018 à 23:46)

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Mener deux masters de front de façon sérieuse est impossible (surtout pour le M2). À moins d'être un vrai bourreau de travail, mais je n'y crois pas. Tu pourrais valider les deux successivement (ou essayer de faire deux M1 la même année puis les M2 sur deux ans).


Pour enseigner en prépa il faut être thesé et agrégé, puis faire en général quelques années de secondaire.

Pour ce qui est du supérieur, la question est difficile. Le latin ne s'arrête pas à la chute de Rome, contrairement à ce que voudraient faire croire certains classicistes ! Je suis peu sérieux mais je suppose que tu entends par être latiniste le fait d'étudier le latin antique. Il y a encore beaucoup à faire dans le latin médiéval (la sermonistique est parfois très drôle).

Mais pour répondre vraiment à ta question, je ne peux pas te répondre, il faut que tu prennes le temps de demander directement à tes enseignants dès septembre... On dit que les lettres classiques meurent à petit feu (mais on dit aussi que ça fait 50 ans qu'on le dit), globalement les places sont très chères dans le supérieur.

5 (Modifié par UmbertoV96 24/07/2018 à 23:49)

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

À vrai dire j’aimerais faire de la philologie, sérieusement, avec tout ce qui va avec (codicologie, ecdotique et paléographie), le latin sur lequel j’aimerais travailler est celui du IIIème au VIIIème siècle. Je ne dédaigne pas la production littéraire de la Renaissance au XIXème : je suis donc assez ouvert. Je demanderai donc à mes enseignants, mais le choix du master est à faire antérieurement, malheureusement. Mais merci pour tes conseils,
Cordialement,
Umberto

6 (Modifié par mattlev 25/07/2018 à 00:01)

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Tu as donc une idée précise de ce que tu aimerais faire. J'irais plutôt en lettres classiques à ta place au vu de ce projet. Je réitère mes conseils sur l'édition électronique, c'est vraiment très important et plus profond qu'on pourrait le penser. Sur ce, je me tais.


Bonnes vacances et courage dans tes études !

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

La réponse de mattlev est plus informée que la mienne et donc bien plus pertinente. Je voudrais donc seulement ajouter : tu viens de réussir le concours de l'ENS, ce qui te place dans une excellente position pour la poursuite de tes études et la carrière qui en découlera. Bien entendu, rien n'est joué, mais tout de même. Alors, non seulement je te félicite pour cette réussite, mais j'espère que tu pourras aussi profiter de ce que cela permet. Tu as maintenant la sécurité matérielle et peut-être psychologique qu'il faut pour aborder les prochaines années avec sérénité, ce qui veut aussi dire que tu peux explorer de nouveaux horizons intellectuels et voir ton projet évoluer au fur et à mesure de tes explorations.

Et puis, quel que soit le master que tu as choisi, il paraît que tous les chemins mènent à Rome !

Bon voyage, donc !

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Bonsoir,

Tout d'abord, bienvenue à l'École.

Je pense que tu te fais une idée un peu trop précise de ton parcours à venir. Profite des six ans à venir (avec les deux ans de congé, que je t'engage à passer à l'étranger) pour construire ton cursus au fur et à mesure ; tu n'as pas le recul nécessaire pour l'instant et tu gagneras à découvrir certains domaines ignorés en CPGE (cf. le message précédent, de très bon conseil). Par ailleurs, l'agrégation n'est pas un but en soi, tu t'y prépareras en un an et auras normalement une bonne préparation à Ulm (tu peux prendre un ou deux cours de version / thème ou d'histoire pendant l'année si tu y tiens). Oublie-la pendant un an au moins.

Quant à l'inscription en master, je n'ai pas de vrai conseil à donner, vois aussi en fonction des professeurs, de leurs thèmes de recherches et du contact que tu peux avoir avec eux. Beaucoup de normaliens font leurs procédures d'inscription sur le tard.

Cordialement,

9

Master de lettres classiques ou master d’études médiévales ?

Je vous remercie, en tant qu’anciens élèves de l’ENS, vous me conseillez le master de LC (celui-ci je le ferai quoi qu’il en soit) de PIV, de l’ENS (PISA) ou celui d’autres institutions (EPHE)? Quant aux études médiévales j’y penserai peut-être l’an prochain, pour ne pas faire deux M2 en même temps, en attendant je suivrai les cours de littérature et langue médiévales pour voir jusqu’où cela peut vraiment m’intéresser (au point d’en faire un domaine d’etudes).
Merci beaucoup pour vos réponses et, étant un vrai italien, je suis bien content que tous les chemins mènent à Rome (qui hélas est à présent assiégée par des gens qui font regretter les invasions barbares...!!).