1 (Modifié par amelia.ledain 21/06/2018 à 09:44)

Roland Dubillard, Les Diablogues, Tragédie classique

Bonjour à tous!

Je suis nouvelle sur ce forum alors je ne sais pas trop bien m'y prendre pour choisir la bonne section; je m'en excuse d'avance.
Voilà je suis en première et j'ai mon oral de Bac de français dans une semaine, cependant il me reste toujours un texte qui me donne du fil à retordre, Tragédie Classique du recueil Dialogues de Roland Dubillard dont l'oeuvre appartient au théâtre de l'absurde. Et je suis complètement perdue, je trouve absolument rien sur internet. Bien évidemment j'ai fait ma propre interprétation avec comme problématique : Quelle image cette pièce donne-elle à la Tragédie classique ? ou Comment ce texte fait-il la critique de la tragédie classique ? Et c'est à partir de là que j'ai dû mal avec le plan. C'est à dire que j'ai analysée tout le texte avec les différents comiques, le fait que l'auteur dénonce l'aspect trop codifié/ritualisé de la tragédie classique etc J'avais donc un premier plan comme cela:

I- Hommage rendu à la Tragédie Classique
→ lieux mythiques : Palais de Chaillot/Gala de L'union/  Théâtre Français
→ auteurs illustres: Corneille, Racine
→ alexandrins
→ Champ lexical de l'émerveillement + adverbes d'intensité

II- Une critique sous- jacente de la tragédie classique au travers du théâtre de l'absurde
→ actions contredisent les paroles:
→ les différents comiques: mots, situation, répétition
→ s'est endormi alors que dit qu'il a aimé
→ critique de la versification monotone "nananananani"
→ Langage soutenu tourné en parodie:"antique orteil", "de sa trompe"
→ critique de la  syntaxe décalée, langage soutenu et lyrique (lorsque Un et Deux rejouent la pièce)
→ Pas de différenciation entre les auteurs et les théâtres
→ nom des personnages = rythme mécanique 'un' 'deux' 'un' 'deux' etc presque militaire
→ se retrouve chez une certaine Paulette : "C'était tellement beau!" = on ne sait même plus si Deux parle de la pièce ou sa nuit avec Paulette...

Donc après ce sont les grandes idées,l'analyse et l'interprétation je l'ai faîte . Le sujet de ma requête c'est vraiment sur mon  plan trop déséquilibré entre la première et la deuxième partie, mais je n'arrive pas à concevoir de plan différent...J'ai l'impression que c'est le seul plan simple, clair et concis... Je me demandais alors si quelqu'un pouvait me donner quelques pistes/ aides pour un plan bien construit et équilibré? (même à partir de ce que j'ai déjà)

J'ai d'ailleurs une seconde question: "une mémoire d'outre-tombe" signifie quoi exactement? Est ce une façon de dire qu'il n'a pas de mémoire?

Merci de l'aide que vous pourriez m'apporter, je suis vraiment désespérée...

PS: je vous met en photo  la courte pièce dont je vous parle car je ne l'ai trouvé sur internet que sous la forme de mise en scène:

https://image.noelshack.com/fichiers/2018/25/4/1529566985-tragedie-classique-texte.jpg

2 (Modifié par floreale 21/06/2018 à 12:54)

Roland Dubillard, Les Diablogues, Tragédie classique

A aborder comme un duo burlesque et absurde.

des personnages étranges, troublants et déraisonnables. Contraste.
une situation absurde : le thème du théâtre et du théâtre dans le théâtre. Mise en abyme.
un dialogue absurde : des non-sens avec sérieux, des répliques sans queue ni tête

et pourtant :
des interrogations demeurent : c'est quoi le théâtre ? Des personnages dans une situation et des textes.
des conventions affleurent, celles de la tragédie classique avec des références.
des mises en scène qui ont su faire de ces dialogues, un spectacle en choisissant bien des duos contrastés, des voix particulières, des décors, des bruitages.

Ainsi donc, le texte qui perturbe tant le lecteur va laisser la place à d'autres composantes du spectacle vivant : des corps, des mots qui jouent sur les mots et un grand sérieux qui sied si mal au titre : "tragédie classique".

Absurde et drôle dans son acharnement à suivre une logique déviante, la conversation est une fête du langage et les personnages, interprétés par Jacques Gamblin et François Morel, inattendus, fragiles et touchants. » critique de Télérama sur une mise en scène

Au départ, Les Diablogues ont été écrits pour être lus à la radio. Le décalage absurde des situations y était intense, laissant l’auditeur face à son imagination. L’adaptation à la scène apporte un élément supplémentaire : le concret. Les personnages sont là, sous les yeux des spectateurs, et la situation est bien réelle. Les propos s’en trouvent encore plus absurdes, encore plus fous, encore plus drôles.

Commentaire du metteur en scène Marc Balmand

Le théâtre de l'absurde sonne la mort d'un certain théâtre grandiloquent, sérieux qui se prend au sérieux.

3 (Modifié par amelia.ledain 21/06/2018 à 13:08)

Roland Dubillard, Les Diablogues, Tragédie classique

Pardonnez moi, mais pourriez vous me rappeler exactement le sens de burlesque, est ce grossier? Pouvez me l'expliquer, je ne crois pas lavoir compris?
Donc on exploiterait dans une première partie en quoi l'auteur nous dresse t-il une critique de la tragédie classique à travers deux personnages burlesques? et dans une seconde partie à travers l'absurdité de cette pièce? Je n'ai pas très bien compris...

des mises en scène qui ont su faire de ces dialogues, un spectacle en choisissant bien des duos contrastés, des voix particulières, des décors, des bruitages


--> Parlez vous de la tragédie classique? (la vraie)

Ainsi donc, le texte qui perturbe tant le lecteur va laisser la place à d'autres composantes du spectacle vivant : des corps, des mots qui jouent sur les mots et un grand sérieux qui sied si mal au titre : "tragédie classique".

--> Parlez vous de cette parodie?

Je suis confuse...

Je vous remercie pour les citations, elles sont très intéressantes!

4

Roland Dubillard, Les Diablogues, Tragédie classique

Pour la définition de burlesque.

Je comprends mal que tu veuilles absolument proposer un plan puisqu'à l'oral il faudra le bâtir à partir de la question de l'examinateur.
C'est pourquoi, je te proposais des pistes, des axes d'étude à réorganiser dans un certain ordre le jour de l'oral. Tu devrais rester disponible pour adopter un plan qui corresponde au sujet.

Ce qui frappe dans cet extrait, il me semble c'est l'absurdité apparente :
la situation de deux personnages qui tentent d'aborder un sujet et d'échanger
l'absurdité des dialogues
l'utilisation d'un langage, de mots décalés par rapport à la norme
le sérieux de la scène mimée et intégrée au dialogue cadre

Effets produits :
étonnement du spectateur et surprise amusée
réflexion sur le théâtre, notamment la tragédie
retour sur les titres "tragédie classique" et "Diablogues".

Le théâtre de l'absurde : intérêt et limites
il veut introduire d'autres formes de spectacle vivant
il vivifie les mots et le langage
mais il peut déstabiliser le spectateur et décevoir ses attentes