Mieux vaut une bonne licence ou une mauvaise khâgne ?

Bonjour,
Question souvent posée mais à laquelle on répond rarement de façon claire : est-ce qu'au niveau de l'orientation et du dossier qui suit il vaut mieux faire une mauvaise prépa A/L ou une bonne licence à la FAC (que ça soit en licence d'histoire, de philosophie ou quoi) ?
Actuellement je suis en prépa A/L et pars sur une khâgne Lyon philo mais je me tâte franchement pour l'année prochaine à partir à la fac dans la mesure où la prépa me plaît très moyennement (donc les résultats s'en ressentent), où je ne sais pas encore ce que je veux faire et où les équivalences ne sont valables que dans la matière où l'on se spécialise (pour faire ça autant partir faire licence de la spé à la fac si ce n'est pas valorisant dans un cv d'avoir fait une mauvaise prépa quand on aurait pu faire une bonne licence).
Si certains ont des réponses à cette question ce ne serait vraiment pas de refus, merci d'avance !

2

Mieux vaut une bonne licence ou une mauvaise khâgne ?

Sincèrement je ne pense pas pouvoir répondre à ta question sur ce qui est mieux vu sur le CV, je ne suis qu'une élève en fin de khâgne. En revanche je pense qu'aller en khâgne en sachant que tu n'aimes pas le système n'est pas une bonne idée. C'est vraiment éprouvant une khâgne quand on aime ça, alors si ce n'est pas le cas... Concrètement c'est l'hypo en plus intense et avec un programme qui restreint quand même drôlement le champ des savoirs par rapport à l'hypo. Y aller juste pour faire bien sur un CV me semble une entreprise bien périlleuse, pour moi pour tenir une khâgne et s'y épanouir il faut quand même donner à cette année du sens -l'envie de réussir d'un concours ou d'apprendre beaucoup de choses dans différentes matières qu'on apprécie-. Avec une licence de SH on peut rebondir, passer d'autre concours, tu auras le temps de trouver ce que tu veux faire à la fac et ça sera sans doute moins douloureux.

Mieux vaut une bonne licence ou une mauvaise khâgne ?

Bonjour,

Les classes préparatoires littéraires sont un cursus de deux ans et il me semble plus formateur et plus valorisant (pour le CV) d'y rester deux ans, sans interruption en cours de route. Avoir passé le concours de l'ENS est aussi une bonne introduction aux concours de l'enseignement ensuite, ou (dans une moindre mesure) à tout autre concours de la fonction publique de catégorie A+.

De plus, en y restant deux ans, vous obtiendrez tout de même un vrai diplôme de licence (et non une simple équivalence, comme ceux qui passent directement de khûbe au master), consoliderez vos acquis disciplinaires en L3 ; vous pouvez aussi facilement vous inscrire en double cursus avec l'accord de la faculté, plus facilement encore avec la sous-admissibilité à l'ENS.

De toute façon, rien ne vous empêche de commencer l'année de khâgne quitte à partir quelques semaines après la rentrée si vraiment vous ne la supportez pas.

Cordialement,