1 (Modifié par webmestre 11/07/2018 à 11:14)

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Dissertation

Objet d’étude : le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours

Dissertation : Un personnage de roman doit-il vivre des passions pour captiver le lecteur ?
Vous répondrez à la question en vous appuyant sur les textes du corpus, sur les œuvres que vous avez étudiées en classe ainsi que sur vos lectures personnelles.

https://www.etudes-litteraires.com/forum/style/Oxygen/topics.png Proposition de corrigé de la dissertation (par Jean-Luc)

2

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Les L, ayant fait la dissertation, manifestez votre présence s'il vous plait ! Je me sens seule x)

Quelqu'un s'est-il senti arnaqué par le sujet ou c'est moi ?


Si vous avez des plans à proposer, n'hésitez pas...

3

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Bonsoir,
Voici un plan possible pour la dissertation:

Introduction:
-> Définition du terme "passions" présent dans le sujet, qui renvoie aussi bien au sens classique du terme en philosophie (on parle de passions quand la volonté est passive, par rapport aux réactions et impulsions du corps) qu'au sens moderne (passion dévorante: qui fait souffrir et/ou préoccupe à l'excès l'individu, état qui dure et omniprésent).
-> La passion préoccupe l'individu et fascine encore plus le romancier dans la construction de son/ses personnage(s).
-> "Doit-il": restriction, qui implique de savoir si la passion est nécessaire pour susciter l'intérêt du lecteur, attirer son attention...
-> Pb: le personnage de roman doit-il nécessairement être épris par la passion pour captiver ?

I. Le personnage romanesque est captivant dès lors qu'il vit des aventures inspirantes pour le lecteur (roman d'amour, passions dévorantes, conséquences de la passion)
A) Passion amoureuse/bienheureuse: csq positives de la passion
B) Passion amoureuse et tragique: fin malheureuse, csq négatives de la passion
C) La passion est proche de l'univers du lecteur (amour, sentiments, méandres)

II. Le personnage de roman n'est pas que pas passionné, il passionne par d'autres moyens
A) Un trait de caractère/caractéristiques physiques reconnaissables: la cruauté, l'avarice, la laideur
B) Une vie/des aventures merveilleuses: épopée (Homère), roman d'aventure...
C) Un être extraordinaire: capacités phys/caractéristiques morales exemplaires, etc.

Idée de partie III) Le personnage de roman: un homme parmi les hommes, tantôt passionné, tantôt passionnant/captivant pour d'autres motifs non relatifs à la passion
-> pour fasciner, il doit être proche des préoccupations du lecteur
-> un être comme les autres: une vie banale, des événements de la vie triviaux (Charles Bovary)
-> trajectoires individuelles de héros/anti-héros dont la fin bouleverse le lecteur (Jean Valjean, Emma Bovary)
-> êtres atypiques et/ou inclassables : Meursault, Gargantua, etc.

4

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Je vois !

J'ai compris le sujet mais ne l'est pas traité de la même façon (mon antithèse est très nuancée plutôt qu'une forte opposition)

Voilà ce que j'ai fait :

Pour moi passion pouvait vouloir dire : émotion extrême et incontrôlable qui amène souvent à la souffrance, intérêt pour quelque chose (un hobby quoi) et une passion amoureuse

problématique : Qu'est-ce qui nous captive dans un personnage de roman ? Est-ce le fait qu'il vive des passions, c'est-à-dire des émotions extrêmes et incontrôlables ou un intérêt vif envers quelqu'un ou quelque chose, ou bien est-ce plutôt le fait qu'il ne parvienne pas à les vivre totalement voire ne les vive pas du tout qui nous intéresse en tant que lecteurs ?


I) Un personnage vivant des passions peut être source de fascination, d'intérêt pour le lecteur

   1) Cela rend le récit riche en rebondissements (Manon Lescaut et sa mort, l'adultère commis dans Le Diable au Corps : on transgresse des codes et c'est excitant pour le perso et son lecteur car on peut être vu à tout moment)

   2) Le lecteur ressent au travers du personnage des émotions fortes qui font de sa lecture une véritable expérience d'émotions fortes (Thérèse Raquin avec un amour fou qui pousse à la passion meurtrière puis au suicide, Corinne ou l'Italie avec Oswald qui se lève en pleine représentation théâtrale en criant lorsqu'il voit celle qu'il aime mourir sur scène dans son rôle de Juliette Capulet...alors qu'elle ne faisait qu'interpréter son rôle !)

transition : en fait, le personnage de roman qui VIT des passions a ses limites puisque souvent celles-ci le mènent à la mort. Peut-être qu'il est davantage intéressant qu'il ne vive pas la passion mais la contienne, la réprime ou la rêve seulement.

II) Mais le personnage qui ne parvient pas à vivre de passions fascine également le lecteur

   1) On s'intéresse davantage à une psychologie en proie aux passions (Princesse de Clèves et les monologues intérieurs, son renoncement… et un autre exemple que j'ai oublié !)

   2) Voir un personnage échouer à vivre ses passions marque profondément le lecteur (Madame Bovary qui s'échappe dans ses lectures et ne trouve pas l'amour même dans les bras d'autres hommes, Les Choses de Perec où les persos sont un couple qui adorent la société de consommation et se passionnent pour tout ce qui leur confèrerait une apparence de richesse = passion de l'argent) : les personnages sont limités par leurs moyens et ne parviennent pas à accomplir leurs désirs)


transition : Peu importe que le personnage de roman vive ou non des passions, peu importe qu'il les mettent en oeuvre ou les contiennent, il ne faut pas oublier que le personnage ne peut pas vivre de passions car il n'existe pas réellement : il est un être de papier, un outil du romancier. Si on lit un roman comme la lecture d'une passion on peut également lire le roman par passion de la lecture, sans nécessiter du personnage qu'il soit une vie passionnée

III) Ce qui passionne le lecteur ne tient pas tant des passions que le perso vit ou ne vit pas mais plutôt de la façon dont le romancier le crée et s'en sert (l'intérêt n'est pas seulement dans le fait de se laisser porter par l'illusion romanesque mais aussi dans l'intérêt proprement littéraire quant à la création des personnages)


   1) La construction du personnage fascine par sa complexité et sa maitrise (La Vagabonde de Colette, où le perso, fidèle à elle-même, renonce à l'amour pour la liberté : ici le roman montre son évolution comme un roman d'apprentissage où la passion amoureuse n'a été qu'une mise à l'épreuve et une aide dans la construction du personnage)


   2) Le personnage comme porteur d'un message, d'une vision du monde interpelle (La Nausée de Sartre et L'Etranger de Camus montrent des persos dépassionnés dans le sens où tout leur semble fade, insipide, absurde : les persos peuvent nous dérouter mais le point de vue sur le monde que le romancier leur donne est singulier et appelle à la réflexion)


Voilà ^^ j'ai un peu peur d'être trop dans la nuance dans le II) et de ne pas avoir assez pris le contrepied par rapport à la thèse...et aussi mon III) est un peu perché je trouve même si je l'aime bien x) j'ai vraiment joué sur les mots et retourné la situation en passant du personnage au romancier (lecture d'une passion -> passion de la lecture)


Si quelqu'un pouvait donner son avis, cela m'aiderait peut-être à me rendre compte plus objectivement de la pertinence ou non de mon plan et des arguments !


NB : bravo si vous avez tout lu et ayez du tact si vous devez m'annoncer que je suis à côté de la plaque x)
PS : pour ceux qui liraient mon plan et se diraient qu'ils non pas du tout fait ça, je tiens à préciser que je ne suis pas une experte mais que j'aime seulement beaucoup les dissertations alors ne vous fiez pas qu'à moi

5 (Modifié par SpringWaltz 19/06/2018 à 08:44)

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Bonjour,

@La liseuse J'aime beaucoup ton plan, je le trouve très bien fait. Je n'aurais pas pensé à certaines de tes idées, bien trouvé! J'adore ton III!   Après, je ne suis pas une experte non plus, mais personnellement je trouve ça bien!


J'ai également un gros doute sur mon plan, c'est pourquoi je me permet de le poster ici, en espérant avoir des avis.  J'ai fais thèse/antithèse/synthèse, trois sous-parties à chaque fois. (j'ai un 1/3 temps, donc j'ai eu le temps de faire ça.) J'ai l'impression que mon plan ne correspond à aucun corrigé... J'ai très peur du hors-sujet. J'étais très en confiance compte tenu de mes notes au bac blanc, (20 à l'oral, 19 à l'écrit, mais je crois que j'ai été surnotée un peu.  ) mais là, je stresse beaucoup, j'ai l'impression d'avoir fait n'importe quoi...

I- Oui, un personnage de roman peut captiver le lecteur en vivant des passions

A- Cela en fait des héros banals,auxquels le lecteur peut s'identifier plus facilement, puisque n'importe quel homme est en mesure de vivre des passions. (Exemple -> Nos étoiles contraires - J. Green)

B- Les passions dîtes "malsaines" fascinent le lecteur. -> J'ai parlé des folies meurtrières, avec des héros qui aimaient tuer. (Ex -> Le parfum - P. Suskind, le personnage de Grenouille)

C- les passions permettent la mise en place du côté psychologique des romans réalistes. J'ai en l’occurrence parlé du personnage d'Emma Bovary, passionnément amoureuse de son amant, et cette passion entraîne un important réalisme, notamment au niveau psychologique, ce qui captive le lecteur.

II- Mais le lecteur peut être captivé sans que les personnages vivent des passions à proprement parlé.

A- Les héros marginaux qui n'ont pas de "passions" captivent quand même. (ex: texte C)
B- Le nouveau Roman = les personnages sont anonymes, et n'ont du coup pas de passions, mais il est pourtant possible pour le lecteur d'être captivé, car il peut attribuer une identité aux personnages pour qu'il soit à son image. (Ex -> La Jalousie - Alain Robbe Grillet)

C- La passion peut détruire, et dans ce cas-là, le lecteur ressentira de la compassion/pitié, et non de la fascination...  (Ex -> Mme de Tourvel dans les liaisons dangereuses - Laclos)

III- Quels autres éléments peuvent captiver le lecteur, en dehors du personnage en lui-même?
A- Les romans policiers = enquête etc. ( Ex -> Romans d'Agatha Christie)
B- Les romans historiques = voyage dans le temps (Ex -> Germinal, Notre Dame de Paris...)
C- Romans dystopiques = le lecteur se retrouve plongé dans un monde post-apocalyptique qui va naturellement le captiver puisqu'il diffère de celui dans lequel il vit. (Ex -> 1981, Le Meilleur des Mondes)

Pour le conclusion, j'ai ouvert sur la philosophie épicurienne, puisqu'elle prône les plaisirs et les passions, j'ai trouvé que c'était un parallélisme intéressant... 


Merci d'avoir lu! Qu'en pensez-vous? J'aimerai bien des avis, histoire de savoir à quoi je peux m'attendre niveau notation...  Je doute beaucoup sur mes parties, et encore plus sur le III-. Mon prof ne nous a pas appris la méthode de la synthèse, j'ai dû l'apprendre seule, donc je ne sais pas s'il sert à quelque chose pour la dissert...

6

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Salut SpringWaltz !

J'ai lu ton plan et il me semble bien répondre au sujet ! En plus, contrairement à moi tu te détaches du thème des passions ce qui permet, peut-être, d'élargir vraiment le sujet : comme je l'ai dit, je crois avoir trop joué sur la nuance. Pour ton III) je trouve que les idées sont bonnes mais peut-être un peu trop catégorisée par sous-genre et pareil pour le B) du II) où tu isoles le cas du Nouveau Roman. Mais sinon j'adhère à ton plan globalement


Tu as osé regarder les corrigés ? J'hésite à les regarder, je ne voudrais pas me rendre compte que mon plan et mes idées ne sont pas celles attendues : ça me casserait le moral avant l'épreuve de Sciences, donc ce serait une mauvaise idée !


Je ne connais pas les barèmes officiels pour la notation de la dissertation mais dans mon lycée, au bac blanc, c'était : /4 l'orthographe et l'expression, /6 les exemples (bien développés, bien rattachés au sujet…) et /6 la construction efficace de la copie (intro/développement/conclusion, construction logique, plan adapté).

7

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Re!

Merci beaucoup de ta réponse. ça me rassure que tu adhère à mon plan... Tu penses que je peux viser quelle note? 

Oui, j'ai regardé...et je n'aurais pas dû.    Après, je pense qu'il existe des tas de corrigés différents, c'est évident, mais bon, ça m'a pas trop rassurée... J'ai vraiment le sentiment d'être passée à côté de la plaque...

Pour le corrigé officiel, je ne pensais pas au barème mais plus à la note que reçoivent les profs au moment de la correction. On peut les trouver sur internet pour les sujets de l'année dernière par exemple. En fait, dessus, on peut voir les 4 exercices, et à chaque fois "ce qu'on valorise", et "ce qu'on pénalise" ou quelque chose comme ça. Après, le barème avec les points est universel...

Mais je préfère largement ton plan au mien. Bien joué!

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Personnellement j'ai fait un plan dialectique (thèse/antithèse) en deux parties
Pour l'introduction j'ai parlé de l'évolution du personnage de roman
Le personnage de roman qui au départ était héroïque, épique et par conséquent fascinant pour le lecteur s'est au fil du temps rapprocher de la figure de l'anti-héros

I- La passion est captivante pour le lecteur

-car elle peut pousser le personnage à commettre des actes irraisonnés (ex: le chevalier des Grieux quî s'évade de prison et tue un garde pour retrouver Manon)
- car elle peut susciter l'admiration au niveau de la passion ( la princesse de cleve quî est éprise de passion pour M.Nemours mais quî y résiste)
-car un personnage passionné peut permettre au lecteur de s'identifier ( l'éducation sentimentale de Flaubert met en scène Frédéric quî idéaliste Mme Arnoux, c'est un anti-heros proche de la réalité auquel le lecteur peut s'identifier plus facilement et ce dernier va etre plus enclin à s'intéresser au sort du personnage)
- car un roman quî met en scène une/des passion(s) amoureuse(s) peut susciter chez le lecteur l'impatience de connaître le dénouement ( On peut par exemple se demander comment Emma Bovary va finir/ va-t-elle se faire surprendre par Charles, va-t-elle lui avouer etc...) bien évidemment il s'agit du moment présent pour le lecteur

II- Mais l'absence de passion n'est pas un obstacle à l'intérêt du lecteur pour un roman

- en effet dans l'Etranger de Camus, l'amour est secondaire puisque Meursault est indifférent. Le roman va intéresser le lecteur grace au côté déroutant du personnage avec la première qui peut d'ores et déjà intriguer le lecteur "Aujourd'hui maman est morte ou peut-être hier je ne sais pas". L'Etranger s'intéresse à la question de l'homme est peut captiver le lecteur grace au comportement étrange du personnage
- car le heros peut vivre des péripéties passionnantes pour le lecteur ( dans Gargantua le géant vit des aventures merveilleuses qui peuvent tenir en haleine le lecteur)
- car le roman peut-être du genre fantastique ( dans HP et l'école des sorciers l'histoire traite du sujet de la magie et les personnages des aventures fabuleuses qui peuvent captiver le lecteur
- mais aussi la figure d'un anti heros peut être intéressante pour le lecteur ( les personnages de Zola comme Germinal par exemple peuvent être intéressant car ils sont originaux

Voilà je pense que mon plan est juste après au niveau de l'argumentation c'est peut-être un peu léger

9 (Modifié par La liseuse 19/06/2018 à 09:52)

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Re !

Difficile d'attribuer une note sur un simple plan ! Hmm….je pense que tu auras au moins la moyenne, peut-être 11/16 pour la dissertation ? Si tu obtiens tous les points pour la question sur corpus, ça te ferait un total de 15 mais ce que je dis n'est fondé que sur un aperçu de ta copie donc c'est à prendre comme une prédiction plutôt qu'une affirmation ^^

Aussi en ce qui concerne les points à valoriser et à pénaliser sur les copies, je pense qu'une bonne argumentation, la volonté de justifier la réponse et de l'organiser, et des exemples pertinents sont déjà valorisés s'ils dépassent les attentes. Seront sans doute pénalisés des absences d'exemples, des dissertations inachevées ou mal construites, des fautes récurrentes et le manque de références issues du corpus. Le plus pénalisant est bien sûr le hors-sujet : si ta copie passe à côté de la question, les points tombent assez vite et tu ne peux pas dépasser le 10/16 je suppose…

DG01, pour ton plan il est clair que tes grandes parties (ce que sous-entendent les titres du moins) est très juste ! Les idées sont bonnes je trouve et je retrouve certaines des miennes dans ton plan alors je me sens rassurée ! En revanche, je ne suis pas sûre que parler de personnages extraordinaires ou au contraire d'anti-héros ajoute quelque chose à la réflexion, c'est plutôt une façon de désigner les personnages : pour moi la réflexion dépassait cette opposition car les passions montrent ce qu'il y a de grand et de petit en chaque personnage et car elles ne sont pas propres qu'à un type romanesque (c'est plutôt la façon dont elles sont traitées). Et aussi j'ai un peu de mal avec ton exemple pour le fantastique (j'adore la saga Harry Potter ! mais est-ce que le correcteur va apprécier une référence comme celle-là..?). Sinon le reste me semble bon
L'argumentation me parait pas si légère que ça ! A l'écrit tu as probablement expliquer un peu plus que ce que tu as posté en plus : je ne pense pas que ce soit un point faible mais j'ai le droit de me tromper !

10 (Modifié par SpringWaltz 19/06/2018 à 10:44)

Bac de français 2018, série L - Dissertation

Merci de ton estimation. Je ne te cache pas que je vise plus haut, vu mes projets d'orientation, ma note au bac de français sera très importante. Enfin, bon, on verra bien, on est pas à l'abris d'une bonne surprise! Et puis au pire des cas, je peux rattraper avec les sciences et l'oral!
Comme tu dis, il est difficile de juger juste à partir d'axes: tout dépend de comment ils s'enchaînent, leur développement etc.

Tu as fais combien de pages en tout? (corpus + dissert)


@DG01 : Personnellement, je partage l'avis de La liseuse.  Mais je trouve ton plan bien construit, et j'aime beaucoup les exemples que tu as utilisé! J'avais aussi pensé à Gargantua, puis au final, je ne l'ai pas mis.