1

Références littéraires au bac de français

salut esce qu'il faut absolument mettre des references au bac de francais ?
a bientot 

2 (Modifié par Jehan 17/06/2018 à 18:37)

Références littéraires au bac de français

Bonjour.

Cela me semble préférable dans la plupart des cas !

3

Références littéraires au bac de français

De quelles "références" parles-tu ?

Références littéraires au bac de français

"Références littéraires", si j'en crois le titre...
Mais c'est vrai que ça reste un peu vague !

5

Références littéraires au bac de français

Bien sûr "références littéraires" mais s'agit-il de celles apportées par le paratexte, celles qui font partie de la culture personnelle ou bien de citations ?
Voilà ma question.

6 (Modifié par floreale 17/06/2018 à 19:34)

Références littéraires au bac de français

Bonjour a tous,
mon bac de francais est demain et j'aimerais beaucoup prendre la dissertation, j'ai suffisament de references litteraires en theatre, argumentation et roman. Cependant j'ai tres peu de references en poesie... Je vous demande donc de me donner des refernces de poesies qui ont une fonction expressives (amour, nostalgie...) et de poesies qui ont une fonction esthetique (endehors des calligrammes donc ouilpo...).
Autre requete : Pourriez vous me donner le nom d'un poeme, dans le reccueil Les Correspondances de Beaudelaire, qui donne une clef de comprehension de la nature ?
(excusez toutes mes fautes d'accents car j'ecris sur un ordinateur australien et n'ai pas de temps a perdre a chercher les accents dans les caracteres speciaux etant donne que mon bac est demain!)
Je vous remercie d'avance  

7 (Modifié par floreale 17/06/2018 à 19:37)

Références littéraires au bac de français

J'ai tant rêvé de toi. A la mystérieuse

J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance
De la voix qui m'est chère?

J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
Sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l'amour et toi, la seule
qui compte aujourd'hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.

J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu'il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu'a être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre
Cent fois que l'ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

Robert Desnos, Corps et Biens, 1930, Gallimard

La maison d'Hélène


II a suffi du liseron du lierre
Pour que soit la maison d'Hélène sur la terre
Les blés montent plus haut dans la glaise du toit
Un arbre vient brouter les vitres et l'on voit
Des agneaux étendus calmement sur les marches
Comme s'ils attendaient l'ouverture de l'arche
Une lampe éparpille au loin son mimosa

Très tard les grands chemins passent sous la fenêtre
II y a tant d'amis qu'on ne sait plus où mettre
Le pain frais le soleil et les bouquets de fleurs
Le sang comme un pic-vert frappe longtemps les cœurs
Ramiers faites parler la maison buissonnière
Enneigez ses rameaux froments de la lumière
Que l'amour soit donné aux bêtes qui ont froid
À ceux qui n'ont connu que la douceur des pierres

Sous la porte d'entrée s'engouffre le bon vent
On entend gazouiller les fleurs du paravent
Le cœur de la forêt qui roule sous la table
Et l'horloge qui bat comme une main d'enfant

Je vivrai là parmi les roses du village
Avec les chiens bergers pareils à mon visage
Avec tous les sarments rejetés sur mon front
Et la belle écolière au pied du paysage.

René-Guy Cadou - Hélène ou le Règne végétal

Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Baudelaire

Références littéraires au bac de français

Merci beaucoup floreale, vous me sauvez la vie !
Cependant je ne comprends pas le sens du second poeme, le poete exprime-t-il sa melancolie ou decrit-il simplement la maison d'Helene ?
J'ai egalement une question qui concerne "La terre bleue comme une orange" de Paul Eluard. Je comprend qu'Eluard veuille rapprocher des mots qui n'ont rien a voir pour susciter l'etonnement du lecteur en visualisant des images inattendues, mais dans quel but ?

Références littéraires au bac de français

"les correspondances" est justement le titre du poème. Le recueil c'est Les fleurs du mal