1 (Modifié par Qiubai 13/06/2018 à 22:03)

ENS Lyon Asie contemporaine après un master

Bonjour,

Je termine en ce moment même un double cursus en Histoire(master EHESS, sujet sur la Chine du XXème) et en chinois(licence INALCO). Mon directeur me décourage de commencer la thèse tout de suite, le projet devant être bouclé dans une semaine et il n'est pas prêt.

Deux solutions alors : l'agreg, ou un autre master. L'agreg me ferait ne pas faire de chinois pendant un an, et je n'ai pas envie de ça. Le seul autre master d "Area Studies" sur l'Asie contemporaine est à l'ENS Lyon.

A-t-on des chances d'y rentrer si l'on a déjà un master ? Je compte faire trois candidatures, une pour étudiant normalien 2ème année (à l'origine je ne voulais pas, mais c'est un clic de plus.... sait-on jamais) , une pour le M1, une pour le M2. Tous m'iraient, l'idée étant de continuer à étudier et de partir en Chine dès que possible. Je vais avoir TB à mon master, j'ai eu B à ma licence d'Histoire (P4) mais je n'aurais pas de mention en chinois, c'était la variable d'ajustement pour quand le double cursus était trop dur ou chevauchements d'examens. J'ai une assez bonne L3 cependant (13,5-14). J'ai aussi été boursier du gouvernement taiwaïnais deux mois. Je doute parce que ayant fait deux diplômes complets à la fois, forcément c'est moins bien que si je n'en avais fait qu'un.

Pensez-vous que c'est une bonne idée de préparer une candidature pour Lyon, et que j'ai une quelconque chance d'y entrer ? Auriez vous un autre conseil ? Je me repose quelques jours de la terrible période de rédaction de mon mémoire avant de prendre une décision.

ENS Lyon Asie contemporaine après un master

Bonjour,

Ne commencez pas de thèse en histoire sans avoir réussi l'agrégation (sauf si vous obtenez une bourse de thèse à l'étranger). Donc, passez l'agrégation l'an prochain. Vous pourriez aussi envisager un an en Chine avant ou après l'agrégation, pour mûrir le projet de thèse. Vous ne serez normalement pas pris au diplôme de l'ENS en étant déjà titulaire d'un master ; et la plus-value d'un deuxième master d'histoire contemporaine sur un sujet proche me semble faible. Pourquoi en revanche ne pas postuler aux préparations à l'agrégation des ENS de Paris et de Lyon ?

Cordialement,

3

ENS Lyon Asie contemporaine après un master

Je pense que vous avez vos chances d'être pris, mais si vous ne l'êtes pas ce sera certainement pour un manque de logique : je vois difficilement ce qu'un deuxième master dans un domaine proche peut vous apporter, et la comité de sélection de l'ENS se fera certainement la même réflexion.
Tout dépend de vos envies à long terme. Si vous voulez faire une thèse en Histoire et faire de la recherche, l'évidence est de préparer l'agrégation car en plus d'augmenter énormément vos chances d'avoir un contrat cela vous fait un métier assuré à la sortie de la thèse, étant donné que les chances d'être élu sur un poste de maître de conf' tout de suite après la thèse sont infimes. Certes, cela fait un an, voire plus, sans chinois, mais je ne vois pas trop comment faire autrement malheureusement (vous pouvez quand même essayer d'entretenir un peu la langue régulièrement au cours de l'année d'agreg).