1

Au théâtre, existe-t-il vraiment des personnages secondaires ?

Bonjour,
Il y a peu de temps, le sujet de l'EAF des séries S/ES tombé dans les Centres Etrangers est paru et j'ai tenté de faire un plan pour m'entraîner à l'épreuve avec le sujet de la dissertation ci-dessus, à savoir: Au théâtre, existe t-il vraiment des personnages secondaires ? Voici mon introduction et mon plan, j'aimerais beaucoup recevoir des avis à ce propos pour savoir ce qui va/ne va pas et ce qu'il faudrait améliorer.

« Une pièce de théâtre c’est quelqu’un. C’est une voix qui parle, c’est un esprit qui éclaire, c’est une conscience qui avertit » dit Hugo à propos du théâtre. Il traduit dans cette phrase l’importance du théâtre qui permet de véhiculer des enjeux clés et les idées de l’auteur et du metteur en scène. Cela passe principalement par les personnages de la pièce qui ont une importance essentielle : ce sont eux qui font l’action. Ainsi, on peut se demander si certains personnages sont secondaires au théâtre ou si tous ont leur importance. Pour répondre à cette question, nous verrons que s’il existe certes, des personnages que l’on peut qualifier de « secondaires », tous les personnages ont leur importance dans la pièce. Finalement, une pièce de théâtre s’inscrit comme un ensemble de personnages participant tous à l’histoire.

I-     Il existe des personnages secondaires au théâtre
1 – L’action est centrée sur certains personnages, d’autres ne font que la servir.
Ex : dans le drame romantique Ruy Blas de Victor Hugo, le personnage principal est Ruy Blas. Les autres comme la duègne, la Reine ou les ministres ne sont que secondaires. On suit les péripéties de Ruy Blas qui passe d’un simple valet à un ministre par l’intermédiaire de Don Salluste. Les autres personnages interviennent dans la pièce et servent les enjeux.

2 – La présence de personnages secondaires est nécessaire du point de vue de la construction de la pièce
Voir les types et les emplois dans la comédie/tragédie. Le roi et la reine permettent de débloquer l’intrigue : ce sont des deus ex machina, la confidente permet aux premiers rôles de raconter ce qu’il s’est passé avant pour éclairer les spectateurs, la duègne tente de raisonner les protagonistes… Nombreux sont les auteurs qui comptent faire jouer leur pièce, ils pensent de ce fait aux aménagements nécessaires pour les spectateurs.

3 – Il existe des personnages secondaires du point de vue de la distribution de la parole
Ex : Roméo et Juliette ont beaucoup plus de répliques que Benvolio ou la Nourrice. Figaro a plus de répliques que Brid’oison par exemple. De ce point de vue là, les personnages qui ont peu de répliques apparaissent comme secondaires (au niveau de la parole)

II -  Mais tous les personnages sont importants.

1 – Les personnages secondaires font avancer l’histoire
Ex : Dans le Cid, le roi permet à Chimène et à Rodrigue de se « réconcilier » . Dans Les Fausses confidences de Marivaux, Dubois joue l’intermédiaire entre Araminte et Dorante pour qu’ils se mettent ensemble.  Ce ne sont pas les personnages principaux qui débloquent l’histoire mais bien souvent les personnages secondaires (notamment les valets/soubrettes qui regorgent d’ingéniosité)

2 – Il arrive qu’il n’y ait pas de personnages secondaires dans une pièce
Ex : Dans En attendant Godot, il n’y a que deux personnages : Vladimir et Estragon sur scène.

3 – Les personnages principaux ne sont pas toujours ceux auxquels on pense au premier abord
Ex : Dans le Mariage de Figaro, on pense que Figaro est le personnage principal mais c’est plutôt Suzanne. C’est elle l’enjeu de la pièce, elle a la maîtrise de l’action et de la parole et comprend le mieux les quiproquos (après les spectateurs).

III – Chaque personnage a son importance
1 – Chaque personnage a été pensé par l’auteur, ils sont tous là pour une bonne raison
Chaque personnage a une utilité sur scène. Encore une fois, l’auteur pense à la mise en scène au moment de l’écriture de son texte et quand un personnage rentre sur scène c’est qu’il a un but, une utilité.
Ex : Dans Dom Juan, le mendiant représente la religion et permet de dessiner une opposition entre le personnage de Dom Juan qui refuse de lui donner quelque chose et ce-dit mendiant représente la religion, ça permet de « prédire » la suite de la pièce où Dom Juan s’oppose à Dieu. Pareillement, l’opposition entre Dom Juan, libertin (d’esprit comme de mœurs) et son valet Sganarelle permet aux spectateurs de s’interroger sur le personnage de Dom Juan très ambigüe qui précède la période du libertinage en France.

2 – Tout dépend des choix de mise en scène effectués
Si le texte fournit une première indication sur les personnages secondaires et principaux, on peut aussi décider durant la mise en scène de mettre l’accent sur d’autres personnages.
Ex : Mise en scène de Britannicus par Brigitte Jacques Waujeman à la Comédie Française : mise en avant de la relation entre Néron et Agrippine (la colonne rouge sang qui se déplace et symbolise le cordon ombilical). Un autre metteur en scène pourrait privilégier la relation entre Britannicus et Néron.

3 – Le lecteur peut choisir
Le lecteur peut s’improviser metteur en scène ou tout simplement, durant sa lecture, s’intéresser pour un personnage plus qu’un autre. Chaque personnage a une histoire et soulève des interrogations, il suffit de s’y pencher.
Ex : Marceline dans Le Mariage de Figaro. C’est un personnage secondaire et pourtant, on peut très bien se pencher sur son personnage et se demander si elle est ridicule ou pas etc..

2

Au théâtre, existe-t-il vraiment des personnages secondaires ?

Bonjour,

Une réflexion assez bien menée.
Son principal défaut est que II et III doublonnent.
Peut-être aurait-il fallu examiner comment et pourquoi le personnage réputé secondaire devient principal.

3 (Modifié par Hippocampe 09/06/2018 à 19:56)

Au théâtre, existe-t-il vraiment des personnages secondaires ?

Je me permets une réflexion qui n'a peut-être pas d'intérêt.
Dans une pièce de théâtre chaque personnage a un coût car il faut payer un comédien pour le jouer à chaque représentation ; de plus chaque personnage complique la mise en scène, il faut aussi lui prévoir des vêtements et autres matériels, il faut l'emmener en tournée...
Ce n'est pas le cas dans un roman dont l'auteur peut consacrer quelques paragraphes ou quelques pages à un personnage de passage sans que ça ne lui coûte rien, ni en argent ni tellement en complication du roman.
D'ailleurs il y a peu de personnages dans une pièce de théâtre alors qu'il peut y en avoir beaucoup dans un roman.
On peut donc avancer que si un auteur de théâtre introduit un personnage dans une de ses pièces, c'est qu'il a une bonne raison de le faire.
Ce que je dis, très terre à terre, est sensé ou est-ce n'importe quoi ? Je n'ai jamais entendu dire ça à l'école mais je me mets à la place de l'auteur et à celle du metteur en scène...

4

Au théâtre, existe-t-il vraiment des personnages secondaires ?

Bonsoir,

En fait l'augmentation du nombre de personnages complique l'intrigue, or la pièce de théâtre est limitée dans le temps de son exécution. C'est pourquoi les classiques au nom de la vraisemblance, mais pas seulement, avaient formulé la règle des trois unités.
A l'époque moderne, Lorenzaccio de Musset ou Le Soulier de satin de Claudel qui ambitionnaient de recréer la complexité du monde sur scène sont difficilement jouables.
Par essence, le théâtre focalise sur un microcosme, l'homme.

5

Au théâtre, existe-t-il vraiment des personnages secondaires ?

Je trouve que ton plan est vraiment bon même si tu peux te répéter dans ton II et ton III.
Mais ton exemple ne marche pas pour ton 2 du II, il existe deux autres personnages dans En Attendant Godot (Pozzo et Lucky).