1 (Modifié par alice84 30/05/2018 à 15:38)

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

Bonjour,je suis en classe de premiere et j'ai corpus à rendre vendredi. Il porte sur la poésie,le sujet est "En quoi ces oeuvres sont-elles l'expression poétique d'engagements ?",cependant il y a un des textes que je comprend pas du tout. Le voilà:

Tes monstres n'ont pas triomphés
Le chant ne remue pas les pierres
Il est la voix de la matière
Il n'y a que de faux Orphées


(...)


Ce ne sont pas les mots d'amour
Qui détournent les tragédies
Ce ne sont pas les mots qu'on dit
Qui changent la face des jours

Le malheur où te voilà pris
Ne se règle pas au détail
Il est l'objet d'une bataille
Dont tu ne peux payer le prix

Apprends qu'elle n'est pas la tienne
Mais bien la peine de chacun
Jette ton cœur au feu commun
Qu'est-il de tel que tu y tiennes

Seulement qu'il donne une flamme
Comme une rose du rosier
Mêlée aux flammes du brasier
Pour l'amour de l'homme et la femme

Va prends leur main Prends le chemin
Qui te mène au bout du voyage
Et c'est la fin du Moyen Age
Pour l'homme et la femme demain

Cela fait trop longtemps que dure
Le Saint-Empire des nuées
Ah sache au moins contribuer
A rendre le ciel moins obscur

Qui sont ces gens sur les coteaux
Qu'on voit tirer contre la grêle
Mais va partager leur querelle
Qu'il ne pleuve plus de couteaux

Peux-tu laisser le feu s'étendre
Qui brûle dans les bois d'autrui
Mais pour un arbre ou pour un fruit
Regarde-toi Tu n'es que cendres

Chaque douleur humaine sens-
La pour toi comme une honte
Et ce n'est vivre au bout du compte
Qu'avoir le front couleur du sang

Chaque douleur humaine veut
Que de tout ton sang tu l'étreignes
Et celle-là pour qui tu saignes
Ne sait que souffler sur le feu

Quelqu'un l'a compris? Merci,bonne fin d'après-midi

2

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

Bonjour,

C'est un poème qui est en faveur de la non-violence et de la compassion.
C'est une manière avant les hippies de chanter ce slogan bien connu : "Faites l'amour, pas la guerre".

3 (Modifié par Jehan 30/05/2018 à 16:56)

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

effectivement,je ne l'avais pas vu comme ça je pensais que c'était en faveur du communisme... j'étais à côté de la plaque  merci beaucoup

4

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

Ce n'est pas incompatible. Ici ce serait une version pacifiste du communisme, une version humaniste édulcorée éloignée du marxisme léninisme révolutionnaire pur et dur.

5

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

C'est seulement pour dire que le poème est très mauvais, comme beaucoup de ce qu'a écrit Aragon d'ailleurs. Quel texte à faire lire à ses étudiants...

6 (Modifié par alice84 30/05/2018 à 17:32)

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

@Jean-Luc,je pense aussi,quelle citation vous a permis d'en deduire ça svp?

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

Formalismeféministe a écrit :

C'est seulement pour dire que le poème est très mauvais, comme beaucoup de ce qu'a écrit Aragon d'ailleurs. Quel texte à faire lire à ses étudiants...

Ce n'est pas du grand Aragon, certes, mais de là à dire que c'est "très mauvais"...

8 (Modifié par Jean-Luc 30/05/2018 à 20:01)

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

Ce poème est tiré du recueil Le Roman inachevé publié en 1956, année où sont révélés les crimes du stalinisme.
L'idéal communiste orthodoxe d'Aragon vacille. L'auteur cherche alors à revisiter sa vie passée et à refonder son engagement politique.
Tu ne trouveras pas dans le texte (extrait bizarrement coupé pour en comprendre le cheminement général)
voir l'original complet ici
http://www.wikipoemes.com/poemes/louis- … damour.php
Le poème, dans son entier, est un exercice d'équilibriste de la part d'Aragon :
- concilier son maintien au PCF avec les exactions soviétiques,
- justifier son dandysme esthétique peu compatible avec la rusticité révolutionnaire,
- témoigner d'un engagement généreux, désintéressé et pacifiste qui peut sembler idéaliste (bien éloigné de la praxis révolutionnaire)...

Dans l'extrait que tu as à étudier, c'est ce dernier aspect qui est dominant.
Tu peux quand même noter
- une attaque contre la religion considérée ici comme un obscurantisme médiéval et une aliénation (le fameux "opium du peuple de Marx)

Va prends leur main Prends le chemin
Qui te mène au bout du voyage
Et c'est la fin du Moyen Age
Pour l'homme et la femme demain

Cela fait trop longtemps que dure
Le Saint-Empire des nuées
Ah sache au moins contribuer
A rendre le ciel moins obscur

- peut-être un engagement en faveur des guerres préventives "justes" :

Qui sont ces gens sur les coteaux
Qu'on voit tirer contre la grêle
Mais va partager leur querelle
Qu'il ne pleuve plus de couteaux

En tout cas contente-toi de ce qui est suggéré dans le seul extrait fourni.

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

Je comprend beaucoup mieux,merci beaucoup.

10

Louis Aragon, « Les mots qui ne sont pas d’amour »

jacquesvaissier a écrit :

Ce n'est pas du grand Aragon, certes, mais de là à dire que c'est "très mauvais"...

Pour le coup, j'assume totalement mes propos. C'est lourd, ça tombe sous le sens, c'est redondant, inélégant. Qu'on puisse écrire, 60 ans après Mallarmé, des vers tels que ceux-ci sans rougir : Cela fait trop longtemps que dure/Le Saint-Empire des nuées/Ah sache au moins contribuer/A rendre le ciel moins obscur

Le communisme aura, en partie, tué la littérature. C'est mon avis.