Camus, L’Étranger - Meursault et la mer

Bonjour,
Je suis en 1ère L, et je dois faire, à partir de l’œuvre L'étranger de Camus, faire un exposé sur un sujet particulier: "Meursault et la mer".
La seule chose que j'ai trouvé est Marie, qui est comparée à la mer (pleine de vie)
Pouvez-vous m'aidez svp ?
Merci

2

Camus, L’Étranger - Meursault et la mer

Il faudrait lister les évocations de la mer dans le roman.

La Méditerranée  comme nostalgie d'une harmonie perdue entre l'homme et le monde.
par exemple :

Nous sommes descendus tous les trois et Marie s'est immédiatement jetée dans l'eau. Mon camarade Masson et moi nous avons attendu un peu. Le sable commençait à chauffer sous les pieds. J'ai retardé encore l'envie que j'avais de l'eau, mais j'ai fini par dire à Masson : « On y va ? ». J'ai plongé. L'eau était froide et j'étais content de nager. Avec Marie, nous nous sommes éloignés et nous nous sentions d'accord dans nos gestes et dans notre contentement. Au large, nous avons fait la planche.

Je crois que j'ai dormi parce que je me suis réveillé avec des étoiles sur le visage. Des bruits de campagne montaient jusqu'à moi. Des odeurs de nuit, de terre et de sel rafraîchissaient mes tempes. La merveilleuse paix de cet été endormi entrait en moi comme une marée.


La mer/La mère
La femme, Marie, transformée en créature marine. La mer et l'amour
. (Il se baigne avec elle à trois reprises)
Marie, médiatrice entre lui et le monde.

« J'avais laissé ma fenêtre ouverte et c'était bon de sentir la nuit d'été couler sur nos corps bruns. »

La mer et Camus

« Ici même, je sais que jamais je ne m’approcherai assez du monde. Il me faut être nu et puis plonger dans la mer, encore tout parfumé de essences de la terre, laver celles-ci dans celle-là, et nouer sur ma peau l’étreinte pour laquelle soupirent lèvres à lèvres depuis si longtemps la terre et la mer. Entré dans l’eau, c’est le saisissement, la montée d’une glu froide et opaque, puis le plongeon dans le bourdonnement des oreilles, le nez coulant et la bouche amère – la nage, les bras vernis d’eau sortis de la mer pour se dorer dans le soleil et rabattus dans une torsion de tous les muscles; la course de l’eau sur mon corps, cette possession tumultueuse de l’onde par mes jambes – et l’absence d’horizon. Sur le rivage, c’est la chute sur le sable, abandonné au monde, rentré dans ma pesanteur de chair et d’os, abruti de soleil, avec, de loin en loin, un regard pour mes bras où les flaques de peau sèche découvrent, avec le glissement de l’eau, le duvet blond et la poussière de sel".
Noces

Camus, L’Étranger - Meursault et la mer

Mais d'un autre côté lors du meurtre la mer joue aussi un rôle "la mer a charrié un souffle épais et ardent"

4

Camus, L’Étranger - Meursault et la mer

Oui et le meurtre a lieu sur la plage.