1 (Modifié par Frydman Charles 28/03/2018 à 06:24)

Les couleurs chez Proust

Les couleurs chez Proust ont fait couler beaucoup d'encre . Livres, publications, thèses. ..

Notamment le pan de mur jaune du tableau de Vermeer "vue de Delft" , qui a fasciné Proust.
http://www.lintermede.com/dossier-coule … herche.php

http://proust-personnages.fr/?page_id=8959

Le personnage de Bergotte :

"Dans La Prisonnière, l'une des plus célèbres pages de Proust raconte sa mort : en pleine crise d'urémie, il se lève pour aller voir la Vue de Delft de Vermeer. En regardant le « petit pan de mur jaune », il s'écroule mort."

La distinction entre couleurs vives et couleurs douces est elle importante chez Proust ?
Je crois que le sujet a été abordé dans plusieurs publications sur internet...J'en ai parcouru rapidement .

Les couleurs pastels , douces , celles des jeunes filles en fleur , des violettes de Parme  qui font penser à "la chartreuse de Parme"
que Proust appréciait . La couleur Parme qui en dérive,  le violet, le mauve...

Et par ailleurs les couleurs vives , dures qui reviennent souvent . Le rouge, le jaune, le blanc..Des couleurs agressives. ..
On lit dans " le côté de Guermantes" :

"Il avisa, parmi quelques pièces de velours, une du rouge le plus vif et si criard que, malgré le mauvais goût qu’il avait, il ne put jamais, par la suite, porter."

Quelquefois des couleurs vives adoucies, pastellisées. ..

http://www.cnrtl.fr/definition/pastelliser

"PASTELLISER, verbe trans.

A. − Dessiner au pastel. Synon. pasteller.Je parle à MmeVerdurin des paysages et des fleurs de là-bas délicatement pastellisés par Elstir (Proust, Temps retr., 1922, p.714).

− Au part. passé, en empl. adj. Pastellisé de.Peint au crayon pastel; recouvert de pastel. La gelée droite et grise de ses yeux [du danseur] trembla et brilla entre ses cils raidis et peints, et un sourire prolongea des deux côtés sa bouche dans sa face pastellisée de rouge (Proust, Guermantes 2, 1921, p.178)."

Le film "dernier domicile connu" , fait des clins d’oeil à Proust  . Jeanne Dumas (Marlene Jobert) lit Proust des nuits entières et ne le trouve pas soporifique . Le film est très coloré , des couleurs vives , celles de la fresque mosaïque dans le hall de  l'immeuble "Le Périscope",  rouge, noir et blanc,
Le rouge de la petite Marie habillée en petit chaperon rouge avec son manteau bordé de fourrure blanche . Son chat blanc est décédé , il peut faire penser au "chat blanc"  dans "la Prisonnière" ,  "tu parles ! mon petit chat blanc" , en fait ce n’est pas un animal mais un diminutif pour un homme. Jeanne Dumas lui offrira un autre chat blanc. On trouve 32 occurrences de "rouge" dans "la prisonniere" , dont 4 "robe rouge" , celle de Mme de Guermantes. Une interprétation psychanalytique du conte "le petit chaperon rouge" pourrait peut être s'appliquer à "la prisonnière" http://aaricialouve68.canalblog.com/arc … 62169.html ?


Et des couleurs douces, mauves...La tranche d’un livre de Proust de Jeanne Dumas ,violette dans un café , puis remplacé par un livre à la couleur jaune dans le Hall du Périscope , "un amour de Swann" édition 1962 . Au café Jeanne Dumas est en rouge et noir , mais un rouge orangé  "Pastellisé"  , et porte une ceinture noire. Sur la table un deuxième livre de Proust, le plus épais , a une tranche d’un rouge orangé plus foncé . Dans ce même café , en  arrière plan , sur une nappe d’un jaune Pastellisé , la même nappe que celle de la table de Jeanne Dumas et Leonetti, une corbeille de fruits . Une orange , du raisin , une banane formant un joli tableau multicolore , surmonté de roses roses (il existe des roses de couleur vives, rouge, jaune...) . Derrière encore ,des petites fleurs de toutes les couleurs.