1

Verhaeren, La Ville

Tous les chemins vont vers la ville.

Du fond des brumes, Là-bas, avec tous ses étages
Et ses grands escaliers et leurs voyages
Jusques au ciel, vers de plus hauts étages,
Comme d’un rêve, elle s’exhume.
Là-bas,
Ce sont des ponts tressés en fer
Jetés, par bonds, à travers l’air;
Ce sont des blocs et des colonnes
Que dominent des faces de gorgones;
Ce sont des tours sur des faubourgs,
Ce sont des toits et des pignons,
En vols pliés, sur les maisons;
C’est la ville tentaculaire,
Debout,
Au bout des plaines et des domaines.

Des clartés rouges
Qui bougent
Sur des poteaux et des grands mâts,
Même à midi, brûlent encor
Comme des œufs monstrueux d’or,
Le soleil clair ne se voit pas:
Bouche qu’il est de lumière, fermée
Par le charbon et la fumée,

Un fleuve de naphte et de poix
Bat les môles de pierre et les pontons de bois;
Les sifflets crus des navires qui passent
Hurlent la peur dans le brouillard:
Un fanal vert est leur regard
Vers l’océan et les espaces.

Des quais sonnent aux entrechocs de leurs fourgons,
Des tombereaux grincent comme des gonds,
Des balances de fer font choir des cubes d’ombre
Et les glissent soudain en des sous-sols de feu;
Des ponts s’ouvrant par le milieu,
Entre les mâts touffus dressent un gibet sombre
Et des lettres de cuivre inscrivent l’univers,
Immensément, par à travers
Les toits, les corniches et les murailles,
Face à face, comme en bataille.

Par au-dessus, passent les cabs, filent les roues,
Roulent les trains, vole l’effort,
Jusqu’aux gares, dressant, telles des proues
Immobiles, de mille en mille, un fronton d’or.
Les rails ramifiés rampent sous terre
En des tunnels et des cratères
Pour reparaître en réseaux clairs d’éclairs
Dans le vacarme et la poussière.
C’est la ville tentaculaire.

Bonjour, ayant un devoir à rendre sur ce poème j'ai quelques problèmes concernant certaines questions.
En effet l'une des question est " Quelle image mythique est évoquée par cette ville dans les premiers vers ? "
Je n'en ai aucune idée, j'ai pensée peut être à l'après mort ? Le fait de monter vers le ciel ?

Vers 6 : quelles sont les deux figures de style ?

J'ai trouvé la comparaison et pour la deuxième j'ai pensé à la personnification avec le fait d'exhumer un cadavre ?

La dernière question avec laquelle j'ai le plus de mal :
Relevez un autre élément que la gorgone évoquant un mythe ou le merveilleux.

Je sèche complètement 

2

Verhaeren, La Ville

Bonjour,

1 - Cette construction qui s'élève jusqu'au ciel est sans doute une réminiscence de la Tour de Babel.

3 - peut-être l'évocation des fleuves infernaux avec "le fleuve de naphte et de poix".

3 (Modifié par floreale 12/03/2018 à 17:45)

Verhaeren, La Ville

Une ville tentaculaire
Verticalité
Horizontalité
Centre dévorant des plaines (pieuvre)

Une ville hallucinée
Une vision de la modernité
Une atmosphère inquiétante
Des habitants déshumanisés

http://leblogdelaville.canalblog.com/ar … 79751.html
Des ponts tressés : métaphore

4

Verhaeren, La Ville

Merci beaucoup pour vos réponses.
Que pensez vous des figures de style du vers 6 " Comme d'un rêve, elle s'exhume"
il est censé en avoir deux, j'ai trouvé la comparaison mais l'autre je sèche....

5 (Modifié par floreale 12/03/2018 à 18:11)

Verhaeren, La Ville

Si c'est le 5 :
Comme d'un rêve : comparaison
elle s'exhume (métaphore)

6

Verhaeren, La Ville

Roh merci beaaaaucoooouppp     
J'étais carrément à côté de la plaque !!!