1

Jacques Réda, Aux Arènes

Bonjour, en parallèle, j'ai également besoin d'aide pour l'analyse d'un poème récent encore une fois par lequel j'aimerai répondre à une problématique en rapport avec Paris. Il s'agit du poème de Jacques Reda, Aux Arènes. Merci beaucoup

Le voici :


Aux Arenes
La petite lectrice des Arènes de Lutèce
Que lisait-elle dans ce gros volume ? Était-ce
Un catalogue, un manuel ou quelque insipide roman ?
Je dis: elle lisait, alors qu'apparemment
Rien ne peut l'empêcher de lire encore des années :
Elle est en marbre blanc.
Des voix époumonées
Montent du milieu de l'arène où l'on joue au football.
La lumière laiteuse y mousse dans un bol.
Tout autour, des arbres savants s'adressent des harangues,
Des amoureux muets s'instruisent de leurs langues.
Cependant la liseuse lit,mais lit-elle vraiment ?
Si l'on observe un peu ce petit monument
Dont l'art a désarmé la raideur et la pierre,
On voit bien que les yeux, sous la fine paupière,
Se portent au-delà de l'ouvrage : sur le gazon
Précis ou bien plutôt vers un vague horizon
Qui flottait déjà entre deux lignes de la lecture.
Non, elle ne lit pas, mais elle s'aventure
Dans ce monde aussi délicat et pâle que ses traits.
Car je n'ai pas noté que la liseuse est très
Jolie.
Elle ne lira plus. Elle attend que paraisse
Sur la page ennuyeuse et que sa main caresse,
L'ombre d'une autre main attendue. Alors en claquant
Le livre, d'un seul bond elle foutra le camp. 



Jacques Réda, l'Adoption du système métrique, 2004.

2

Jacques Réda, Aux Arènes

Bonjour,

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/ … nument.jpg

Ce lien te permettra d'apprécier le poème impressionniste de Reda.

3 (Modifié par floreale 06/03/2018 à 13:23)

Jacques Réda, Aux Arènes

De surprise en surprise ...

Découverte d'un lieu : les arènes de Lutèce
http://paris1900.lartnouveau.com/paris0 … lutece.htm

Découverte d'une liseuse mystérieuse

Découverte  d'un poète disponible, musicien et léger (qui rencontre, qui écoute, qui imagine) et qui joue avec la métrique (notamment le vers de 14 syllabes) et avec la langue (dernier pied de nez avec la trivialité du dernier vers)

4 (Modifié par Distopia62 06/03/2018 à 13:47)

Jacques Réda, Aux Arènes

Désolée... Merci

et merci pour la photo de la liseuse, j'y vois plus clair maintenant. 


Peut-on dire que l'expression "des voix époumonées" est une métonymie et une hyperbole ?

5

Jacques Réda, Aux Arènes

Bonjour, pourriez vous m'aider à analyser ces quelques vers ?

"Cependant la liseuse lit, mais lit-elle vraiment ?"

"Sur la page ennuyeuse et que sa main caresse"

6

Jacques Réda, Aux Arènes

floreale a écrit :

De surprise en surprise ...

Découverte d'un lieu : les arènes de Lutèce
http://paris1900.lartnouveau.com/paris0 … lutece.htm

Merci floreale. J'ajoute que c'est toujours un lieu de jeux : des enfants y jouent souvent au ballon.

7

Jacques Réda, Aux Arènes

Cependant la liseuse lit, mais lit-elle vraiment ?
.

L'explication est dans les vers suivants.

Si l'on observe un peu ce petit monument
Dont l'art a désarmé la raideur et la pierre,
On voit bien que les yeux, sous la fine paupière,
Se portent au-delà de l'ouvrage : sur le gazon
Précis ou bien plutôt vers un vague horizon
Qui flottait déjà entre deux lignes de la lecture

8

Jacques Réda, Aux Arènes

Merci beaucoup, seulement je n'arrive pas à justifier le caractère énigmatique de la liseuse avec des figures de style...

Jacques Réda, Aux Arènes

À part une reprise du verbe lire, qui sert à corriger la première proposition énoncée,  je ne vois pas dans cette phrase de figure de style.

10 (Modifié par Distopia62 08/03/2018 à 14:47)

Jacques Réda, Aux Arènes

D'accord merci beaucoup pour votre réponse