1 (Modifié par Invité 21/02/2018 à 10:44)

Kafka, Le Procès - Quelle édition choisir ?

Bonjour,

Je suis à la recherche d'une bonne édition, ou en tout cas d'un bon traducteur pour Le procès de Kafka.

L'edition Flammarion dont le traducteur est Bernard Lortholary, est la plus fidèle?

2

Kafka, Le Procès - Quelle édition choisir ?

Je ne sais pas pour Flammarion, mais l'édition en Pléiade est excellente, de même que son appareil critique.
http://www.la-pleiade.fr/Catalogue/GALL … ompletes48
On peut la trouver d'occasion dans les 20 €.

3

Kafka, Le Procès - Quelle édition choisir ?

Difficile d'évaluer si une traduction est fidèle. Changer la langue, c'est déjà trahir le texte, puisque sa matérialité s'en voit complétement évacuée. Une traduction est toujours problématique en elle-même, c'est plutôt la somme des traductions d'un même texte qui permet à celui-ci de prendre corps. L'idéal (autre que celui de lire le texte dans sa langue originelle) serait de toutes les lire et de les comparer en tenant compte de leurs contextes respectifs d'écriture.

La traduction la plus récente est celle du Livre de poche, mais, hormis quelques repères bio-bibliographiques éclairants, l'appareil de notes de cette édition est assez modeste.

L'édition Folio l'emporte sans doute pour ce qui est du rapport qualité-prix (moins de 10 €, je crois, et l'appareil critique est sensiblement le même qu'en Pléiade. C'est la même traduction aussi).

Quant à l'édition Flammarion, je ne l'ai pas lue, mais elle me semble assez mince et peu accompagnée.

C'est à vous de trancher.

4 (Modifié par freddy.lombard 30/09/2018 à 10:17)

Kafka, Le Procès - Quelle édition choisir ?

La traduction d'Alexandre Vialatte des trois grands romans de Kafka semble aujourd'hui l'objet d'une controverse.

En 1976, l'édition en Pléiade relevait les erreurs manifestes de traduction : le responsable de l'édition, Claude David, proposait des traductions plus pertinentes dans les notes de fin de volume. Comme cela représente des centaines et des centaines de variantes, la lecture n'en n'était pas facilitée pour qui voulait comparer les deux versions.

Ce mois d'octobre 2018, Gallimard propose une nouvelle traduction de l'ensemble des romans et récits de Kafka, sous la direction Jean-Pierre Lefèbvre. Il a fallu pas moins de quatre traducteurs pour s'y coller : Isabelle Kalinowski, Jean-Pierre Lefebvre liu-même, Bernard Lortholary et Stéphane Pesnel.

Quant à savoir si la traduction sera plus fidèle, c'est une autre histoire. En revanche, la lecture sera plus fluide.

Pour mémoire, j'ai mentionné dans un autre fil les diverses traductions de l'incipit de La Métamorphose :

« Un matin, au sortir d’un rêve agité, Grégoire Samsa s’éveilla transformé dans son lit en une formidable vermine. » Alexandre Vialatte, 1928.

« En se réveillant un matin après des rêves agités, Grégoire Samsa se retrouva dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte. » Bernard Lortholary, 1988.

« Lorsque Grégoire Samsa s’éveilla un matin au sortir de rêves agités, il se retrouva dans son lit changé en un énorme cancrelat. » Claude David, 1989.

« Quand Grégoire Samsa sortit un matin d’un sommeil peuplé de rêves inquiétants, il se retrouva transformé dans son lit en une sorte d’énorme punaise. » Catherine Billmann, 1997.

« Quand Gregor Samsa se réveilla un beau matin au sortir de rêves agités, il se retrouva transformé dans son lit en une énorme bestiole immonde. » Jean-Pierre Lefebvre, 2018