1 (Modifié par olivier68 27/01/2018 à 22:40)

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

Bonsoir,

Et meilleurs vœux et remerciements à tous ceux et toutes celles qui interviennent ici.

Il me vient une question un peu naïve, de syntaxe ou de morphologie, je ne sais où la classer,

Pourquoi, en latin, la préposition "pro" prise dans le sens de "pour/envers quelqu'un" est-elle suivie de l'ablatif ?
Un datif d'attribution/d'intérêt n'eût-il pas été plus logique ?

Du coup, dans la même veine... même question pour "in + accusatif" pour signifier "contre quelqu'un"... Pourquoi un accusatif ?

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

In + accusatif : mouvement vers.
Pro est toujours suivi de l’ablatif.
Aucune préposition n’est suivie du datif.
Le datif peut être employé seul comme complément d’attribution.

3

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

Ben oui, je suis d'accord... Mais cela ne répond pas à ma question ;-)

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

Et à quoi veux-tu que l’on réponde exactement ?
Pourquoi existe-t-il des langues à déclinaisons ?
Pourquoi certaines ont-elles plus de cas que d’autres ?
Pourquoi d’autres procèdent par idéogrammes ?
Sincèrement si je n’ai pas répondu à ta question, c’est que je n’ ai pas dû la comprendre.
D’autres seront peut-être plus perspicaces.

5 (Modifié par Yvain 28/01/2018 à 15:17)

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

Il faut tenir compte de l'histoire du latin.

L'ablatif latin résulte du syncrétisme de trois cas indo-européens : l'ablatif proprement dit (éloignement), l'instrumental (moyen) et le locatif (lieu).

La préposition pro a comme sens premier "devant", "en avant de" (cf profanus "en avant du temple"); de ce sens dérivent tous les autres. C'est donc l'ablatif locatif qui a joué ici, les autres valeurs contenues dans l'ablatif, surtout l'instrumental, pouvant se passer de préposition.

L'accusatif, comme Laoshi l'a dit, exprime la "direction active" (je ne sais plus de qui est l'expression, peut-être de Benveniste), le mouvement vers qqn ou qqch, l'objet du procès. Dans le cas de in + acc., on a donc affaire à l'emploi primitif avec une petite dérivation du sens facile à saisir (vers qqn = contre qqn). D'autres langues indo-européennes, comme l'allemand ou le russe, ont exactement la même alternance (accusatif/locatif) derrière cette préposition ou son équivalent.

Il ne faut donc pas se fixer sur tel ou tel sens ; la sémantique, et aussi une part d'arbitraire qu'il ne faut pas nier, masquant la situation historique.

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

Eh bien, j’espère notre questionneur rassasié.

7

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

L' ablatif qui accompagne " Pro" est bien un ablatif et non un locatif. Ainsi " Pro castris" veut dire littéralement " en avant en partant du camp" . Ce sens de " en avant ", "devant" explique l'idée de défense, de protection, d'où "pour", "dans l'intérêt de".

8 (Modifié par Yvain 28/01/2018 à 16:08)

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

poenulus, j'utilise le vert pour corriger, c'est moins agressif et plus poli.

C'est juste. Cela explique du reste que la préposition πρό soit suivie du génitif en grec, ce dernier cas ayant récupéré les valeurs de l'ablatif i-e.

9 (Modifié par Jehan 28/01/2018 à 19:19)

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

De gustibus coloribusque non est disputandum! Le vert vire au bleu?

10

Pourquoi la préposition "pro", dans le sens de "pour / envers quelqu'un", est-elle suivie de l'ablatif ?

Bonsoir Jacques,
Bonsoir Poenulus,
Bonsoir Laoshi,

Merci pour ces réponses éclairantes.
Rassurez-vous, je ne me formalise pas quant au code de couleurs ;-)

Mes questions peuvent paraître "naïves", voire "incongrues"... Mais en fait, j'ai un parcours scientifique... et donc j'aime bien comprendre la logique des choses, pour peu qu'il en existe une.

Alors évidemment, pour répondre à Laoshi, on ne pourra sans doute pas tout expliquer... mais quand une chose est explicable, par continuité, je cherche à trouver le lien. Ce qui est compliqué pour moi, car si j'arrive à suivre le latin dans son postclassicisme académique, je ne le connais absolument pas dans son pré-classicisme, n'ayant aucunes notions de phonétique ni d'indo-européen... ni même de grec.
J'ai toujours pensé qu'une langue était logique dans son propre référentiel, mais parfois avec des divergences "à la Darwin", lesquelles vont s'amplifier (amenées par exemple par le côtoiement d'autres langues). Je pense que ma question, finalement, s'entend plus généralement, dans le cadre d'une comparaison linguistique générale.

J'ai peut-être, sûrement, mal formulé ma question initiale. J'y disais simplement que "pro" me semblait redondant avec un simple datif qui aurait pu se suffire à lui même. Mais effectivement, c'est ainsi :

Dona eis requiem vs. ora pro nobis

ou bien les frontispices d'églises qui sont au seul datif.

J'ai souri en lisant le message de Jacques rappelant qu'il y avait en allemand des prépositions suivies du génitif ! O combien ai-je pu, plus jeune, batailler avec ;-)))