C'est voilà deux mois que...

Merci.

On peut dire, par contre :

C'est cet appareil dont j'ai besoin.

?

12 (Modifié par floreale 06/12/2017 à 07:11)

C'est voilà deux mois que...

C'est voilà deux mois que...
J'avais cru comprendre dans la consigne de départ que "C'est   ... que" était imposé ...

Au départ, oui ; ensuite, Smoke a abandonné C'est... que et est passé à Ca fait.. que/Voila ... que. :

C'est voilà deux mois que...
J'ai trouvé : pour mettre en relief une durée, on utilise "Ca fait.. que/Voila ... que".

(Graissé par moi.)

D'où  mon intervention selon laquelle pour mettre en relief une durée, il y a ... que peut aussi être employé :

J'ai trouvé : pour mettre en relief une durée, on utilise "Ca fait.. que/Voila ... que".

Dans ce but, on peut utiliser aussi il y a ...que : Il y a deux mois qu'ils ont célébré leurs noces d'or.

C'est voilà deux mois que...

Smoke a écrit :

Merci.

On peut dire, par contre :

C'est cet appareil dont j'ai besoin.

?

Non: C'est de cet appareil que j'ai besoin.

C'est voilà deux mois que...

L'académie française dit pourtant :

★III. Remarques.
☆1. Dont équivalant à de qui, de quoi. C'est un pléonasme aujourd'hui condamné que de dire : C'est de cette affaire dont je vous parle. On dira : C'est de cette affaire que je vous parle ou c'est l'affaire dont je vous parle.http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/dont

Je suis un peu perdu là. Pourrais-tu expliquer ton choix Jehan s'il te plaît ?

Merci !

15 (Modifié par Jehan 05/12/2017 à 20:51)

C'est voilà deux mois que...

Le sens n'est pas tout à fait le même.
Il y a effectivement mise en relief par encadrement dans :
C'est de cette affaire que je vous parle = Je vous parle de cette affaire, et pas d'autre chose.
Tandis que dans "C'est l'affaire dont je vous parle", il n'y a pas véritablement mise en relief par encadrement, mais un simple présentatif C'est  suivi de son régime : "l'affaire dont je vous parle".
Voilà l'affaire dont je vous parle.

C'est voilà deux mois que...

Merci Jehan.

Je voulais néanmoins que tu précises la raison pour laquelle tu avais choisi :

- C'est de cet appareil que j'ai besoin.

Et non pas :

- C'est cet appareil dont j'ai besoin 

Merci !

17 (Modifié par paulang 05/12/2017 à 21:59)

C'est voilà deux mois que...

Peut-être parce qu'on ne dira jamais J'ai besoin cet appareil, mais J'ai besoin de cet appareil.

C'est voilà deux mois que...

La mise en relief  d'un complément par encadrement se fait par c'est...que.
C'est de cet appareil que j'ai besoin. correspond à J'ai besoin de cet appareil.
Si c'est...dont était vraiment une mise en relief par encadrement,
C'est cet appareil dont j'ai besoin.  correspondrait à un incorrect *J'ai besoin cet appareil.

C'est cet appareil dont j'ai besoin, ou plus naturellement C'est l'appareil dont j'ai besoin sont simplement l'équivalent de : Voilà cet appareil dont j'ai besoin ou Voilà l'appareil dont j'ai besoin. Pas de mise en relief d'un complément par encadrement, mais une structure "présentatif simple + régime du présentatif".

19 (Modifié par lamaneur 06/12/2017 à 09:37)

C'est voilà deux mois que...

Jehan a écrit :

Le sens n'est pas tout à fait le même.
Il y a effectivement mise en relief par encadrement dans :
C'est de cette affaire que je vous parle = Je vous parle de cette affaire, et pas d'autre chose.
Tandis que dans "C'est l'affaire dont je vous parle", il n'y a pas véritablement mise en relief par encadrement, mais un simple présentatif C'est  suivi de son régime : "l'affaire dont je vous parle".

Mais quand l'encadrement porte sur un COD, on est dans une situation comparable
Marie a rencontré Jeanne au cinéma : c'est Jeanne que Marie a rencontrée au cinéma.
La phrase de mise en relief ne se distingue pas ici d'un présentatif suivi d'une simple relative.

Pour en revenir à dont, mise en relief officielle ou pas, il me semble tout à fait courant que dontjoue ce rôle, dans diverses structures comme celle qu'on a citée :
J'ai besoin de cet appareil-là ==> C'est cet appareil-là dont j'ai besoin, équivalent en pratique à c'est de cet appareil-là que j'ai besoin.
ou
Le père de Marie est mort, pas celui de Jeanne ==> C'est bien Marie dont le père est mort équivalent en pratique à c'est bien de Marie que le père est mort.

C'est voilà deux mois que...

On dira peut-être aussi, sans utiliser dont : C'est bien le père de Marie qui est mort, pas celui de Jeanne.

Quant à la distinction "mise en relief" / "présentatif + relative, elle est souvent faite, dans le second cas, en détachant la relative :
C'est Paul que j'ai connu au lycée. C'est Paul, et non pas Jacques, que j'ai connu au lycée. 
C'est Paul, que j'ai connu au lycée. Je vous présente Paul, je l'ai connu au lycée.