1

Molière, Dom Juan, acte II, scène 1

Bonjour, je suis une élève de 1erL et je rencontre des difficultés pour un petit exposé que je dois effectuer en Français. Je reste bloquer sur mon sujet et n'y arrive pas du tout. Pourriez-vous m'aider?
Je dois montrer ce qui est satirique dans la description ridicule des vêtements nobles faite par Pierrot dans Dom Juan. (acte 2 scène 1)
TEXTE:

PIERROT.- Nannain, ils l’avont rhabillé tout devant nous. Mon quieu, je n’en avais jamais vu s’habiller, que d’histoires et d’angigorniaux  boutont ces messieus-là les courtisans, je me pardrais là dedans pour moi, et j’estais tout ébobi de voir ça. Quien, Charlotte, ils avont des cheveux qui ne tenont point à leu teste, et ils boutont ça après tout comme un gros bonnet de filace. Ils ant des chemises qui ant des manches où j’entrerions tout brandis  toi et moi. En glieu d’haut-de-chausse, ils portont un garde-robe  aussi large que d’ici à Pasque, en glieu de pourpoint, de petites brassières, qui ne leu venont pas usqu’au brichet  , et en glieu de rabats un grand mouchoir de cou à reziau  aveuc quatre grosses houppes de linge qui leu pendont sur l’estomaque. Ils avont itou d’autres petits rabats au bout des bras, et de grands entonnois de passement aux jambes, et parmi tout ça tant de rubans tant de rubans, que c’est une vraie piquié. Ignia pas jusqu’aux souliers qui n’en soiont farcis tout depis un bout jusqu’à l’autre, et ils sont faits d’eune façon que je me romprais le cou aveuc  .

Je serais ravi que vous me mettiez sur une piste, merci d'avance! 

Molière, Dom Juan, acte II, scène 1

Bonjour.

Tu as sans doute étudié un peu le registre satirique et ses caractéristiques...
Petit rappel :
https://www.etudes-litteraires.com/registres.php

3

Molière, Dom Juan, acte II, scène 1

Merci, j'en ai pris connaissance. Mais je ne voit toujours pas comment la satire est utilisée dans cet extrait.

Molière, Dom Juan, acte II, scène 1

Tu ne vois aucune exagération, aucune moquerie ?

5

Molière, Dom Juan, acte II, scène 1

La description est prise en charge par Pierrot qui se surpasse ici dans le "langage paysan". Il reprend, de la tête aux pieds, donc de la perruque aux souliers tous les éléments du costume de courtisan. Des expressions montrent son grand étonnement et chaque pièce du vêtement est présentée par exagération (trop ample, trop court, trop de rubans ...)