1 (Modifié par NemOuSushi 14/11/2017 à 12:16)

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Bonjour, bonsoir.
Nous sommes un groupe de TPE, et nous travaillons sur la place de la littérature dans l'éducation. Nous avons commencé par trouver des oeuvres littéraires et d'auteurs sur lesquelles s'appuyer (mais si vous en avez d'autres, nous sommes preneurs). Nous sommes donc partis sur cette liste d'oeuvres (et d'auteurs) :

Gustave FLAUBERT (Madame Bovary)
LAFONTAINE (Fables) (écrit pour instruire les hommes)
Victor HUGO (À propos d’Horace)
Rousseau (l’Emile)
Rabelais (Gargantua)
Montaigne
Shakespeare
Erasme
Molière (l’Ecole des femmes)
Truffaut
Freud (vision de l’éducation)
Kant
Eric Le Borgne (le Garçon qui savait tout)
Laclos (les Liaisons dangereuses)
Hegel (textes sur l’histoire)
Huxley (le Meilleur des mondes)
Berthold BRECHT (auteur allemand de la 2nde Guerre Mondiale contre Hitler)
Stendhal (le Rouge et le noir)
Todd STRASSER (la Vague)
VOLTAIRE (contes philosophiques)
MAURIAC (articles de journaux)

Nous avons finalement trouvé une ébauche de plan (il est peut-être mal formulé, mais il ne s'agit que d'une idée pour organiser les idées) :


II)    Partie contre : la littérature comme méthode d’embrigadement
a-    La mauvaise utilisation de la littérature dans l’imagination (Mme Bovary)
b-    L’utilisation de la littérature pour les dictatures (autodafés,…)

III)    Partie pour : la richesse/les bienfaits de la littérature dans l’éducation
a-    L’éveil de l’esprit par la littérature (développement)
b-    Le savoir et la culture apportés par la littérature


Plan que nous avons élaboré avec les idées suivantes :


-    Dictature et autodafés
-    Personnages (identification au perso)
-    Influence des romans sur la mentalité de la société
-    Education par la littérature (fables, contes, morales…)
-    Embrigadement (Mein Kampf ; HITLER)
-    Ecrire et lire pour enseigner (humanisme)
-    Utopies, contre-utopies et  visionnaires (Jules Verne)
-    Roman = moyen de s’exprimer, de partager sa vision des choses avec les autres
Le mot littérature, issu du latin litteratura dérivé de littera (la lettre), apparaît au début du XIIe siècle avec un sens technique de « chose écrite » puis évolue à la fin du Moyen Âge vers le sens de « savoir tiré des livres », avant d'atteindre aux XVIIe–XVIIIe siècles son sens principal actuel : ensemble des œuvres écrites ou orales comportant une dimension esthétique

Voilà, vous savez tout. Pourriez vous nous aider à trouver d'autres idées pour étoffer l'écrit et l'oral, s'il vous plait ?
Merci d'avance !

2

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

" Il faut croire aussi à la vertu des influences contradictoires".

Au risque de s’y briser... vous apercevez bien l’objection ? Vous entendez les cris des gens prudents : à quoi bon montrer aux jeunes, grondent-ils, ces images extrêmes et contradictoires de l’humanité où dominent peut-être les fous et les déséquilibrés ; à quoi bon les initier à Lautréamont, à Kafka et leur faire lire les horreurs d’Henri Michaux ? Et de proche en proche, Flaubert n’est-il pas immoral ? Faites-vous un choix dans Balzac ? n’est-il pas risqué d’étudier Baudelaire ? Rimbaud vous paraît-il très sain ?
Oui, madame, l’enseignement comporte des risques : d’un point de vue comme le vôtre, toute culture serait dangereuse parce qu’elle détruit la naïveté. Elle est aux antipodes de l’innocence, elle vieillit, elle flétrit votre enfant ; il se peut même qu’elle lui fasse mal. Toute croissance est douloureuse. L’existence, à moins d’enfermer votre fils dans le paradis de l’enfant Bouddha, se chargera aussi de le meurtrir. Simplement la culture vieillit précocement et en profondeur : c’est ainsi qu’elle prépare à la vie.
C’est toute une aventure que de suivre une classe de lettres et ce n’est pas aussi anodin que vous le croyez. Le propre de cet enseignement, j’allais dire son honneur, c’est de ne pas avoir peur de la réalité et de ne tolérer aucun interdit. On peut tout aborder à condition de l’expliquer, de le faire parfaitement comprendre. Et c’est pourquoi l’on considère comme un excellent maître un homme comme votre ami J., ce doux sceptique, cet aimable dilettante qui par son ironie sait si bien brusquer l’esprit de ses élèves, les étonner et les faire réfléchir. Il faut croire à la vertu pédagogique du scepticisme; il arrive même qu’il provoque par contraste des ardeurs et des fidélités plus intenses ; il purifie les fausses convictions au feu de ses sarcasmes, il force pour ainsi dire les vocations à se faire jour. Il faut croire aussi à la vertu des influences contradictoires. Après Vigny, il est bon d’étudier Balzac ; après Baudelaire, Hugo. La distance qui les sépare ouvre des horizons. Il est bon d’avoir plusieurs maîtres, différents d’esprit et de goûts. C’est le contraste, ici comme partout, qui fait penser, c’est le jeu complexe des influences qui libère : l’homme d’un seul livre est un esclave. Vous vous rappelez ce mot de J. l’an dernier : " Je n’ai rien à leur enseigner, disait-il avec son bon sourire, tout ce que je peux faire, c’est de les inquiéter un peu. Mais, ajoutait-il, ils sont tellement niais que c’est presque impossible. " L’inquiétude, c’est la vie même de la conscience. Toute vie suppose effort, dépense de forces. Ce que cherchent les élèves, trop souvent, c’est une réponse de catéchisme, " ce qu’il faut penser de... ", et dans leurs devoirs, ce qu’ils disent c’est ce qu’ils croient que l’on doit dire. Or le principe de l’enseignement littéraire est de leur faire admettre qu’il n’y a pas de dogme tout fait et qu’à chacun sa vérité. C’est à ce prix qu’on les arrache au troupeau et qu’on les rend à eux-mêmes. Mais combien savent en profiter ?
Jean ONIMUS

3 (Modifié par Ammy 14/11/2017 à 13:05)

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Il me semble que votre sujet est beaucoup trop vaste. A vérifier avec vos enseignants, mais comment parler dans un même TPE des romans, de Mein Kampf (littérature ?), des fables, des utopies, etc. ? ça me semble impossible à gérer.
Si vous gardez ce plan, changez à tout prix la formulation du II. Mais là encore il me parait compliqué de faire une partie sur Mme Bovary, les autodafés, mein Kampf... Tout cela n'a absolument rien à voir.
Commencez par un échange avec les professeurs qui vous suivent pour préciser et cibler davantage votre problématique, sinon vous allez vous perdre (et de même lors de la présentation orale, les questions vont partir dans tous les sens, vous vous mettez en situation délicate car vous ne pourrez pas répondre à des questions sur toutes ces œuvres)

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Complètement d'accord avec ce qui a été dit .

Il faut commencer par valider une problématique : en quoi .......?

Ce n'est pas une dissertation.
Effectivement trop de sources +incohérences.

La quantité ne se substitue jamais à la qualité .

5 (Modifié par Jehan 15/11/2017 à 12:56)

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Bonjour et merci pour vos réponses.
Nous avons déjà eu l'approbation de nos professeurs (nous étions d'abord partis sur l'éducation en général, un sujet encore plus vaste, avant de nous recentrer sur la littérature), qui ont beaucoup aimé notre idée. La liste d'oeuvres que nous vous avons présentée n'est pas décisive et nous l'avons réduite de moitié entre-temps.
En quoi trouvez-vous des incohérences ?
Quant à la problématique, nous l'avons reformulée en "La littérature est-elle essentielle à l'éducation ?"

De plus, l'une de nos professeurs nous a dit qu'il valait mieux ne pas formuler par "en quoi..." (désolé, fidji45) En revanche, tu as raison pour la quantité qui ne vaut pas la qualité.

6

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Pour l'instant, vous avoisinez le hors-sujet : vous êtes partis pour traiter les rapports de la littérature avec la morale, voire avec l'autorité politique.
C'est pourtant un sujet intéressant.
Pourquoi ne pas étudier la place de la littérature dans les systèmes éducatifs successifs ? Vous pourriez vous limiter à la période qui va de la IIIème république à nos jours, en consultant les programmes et recommandations pédagogiques parus lors de chaque réforme (mais peut-être difficilement trouvables) et les manuels de littérature anciens et modernes.
Il faudrait partir de ces documents et non des œuvres, bien sûr.

7 (Modifié par fidji45 16/11/2017 à 11:50)

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Si j'ai proposé la piste de "en quoi" c'est pour que vous répondiez vraiment à une problématique plutôt que de vous lancer dans une dissertation comme vous le faites.

Il est heureux qu'après avoir ouvert votre sujet pour demander plus d"apports" vous ayez réduit finalement votre liste de moitié!

Je l'ai déjà dit mais je me répète: certains profs valident de vraies problématiques , d'autres laissent filer ....

Vous avez défini le mot "littérature" , mais pour vous que veut dire  "littérature" . De même "l'éducation"(instruction-culture-connaissances-enseignement reçu  ? , dans quel but: culture, métier, ...?) : donnez votre vision et prenez quelques œuvres que vous aurez maîtrisées pour appuyez vos propos .

L'éducation sous tous ses aspects : réfléchissez à cela que veut-dire "avoir une bonne éducation" etc .... etc c'est ainsi que vous trouverez un angle d'attaque intéressant (c'est CA la "problématique")

Le principe du TPE n'est pas de distribuer 5 œuvres à lire à untel, 5 œuvres à l'autre (etc) et ensuite de tenter une mise en commun (qui fait les recoupements ,les enchaînements?)
C'est un travail à mener en commun quitte ensuite à se répartir les différentes idées  pour l'oral.

Il ne faut pas perdre de vue le but du TPE qui est de permettre à des élèves de travailler ensemble sur une durée conséquente .C'est le seul moment où votre parcours scolaire vous permet cela.

Je vous donne un exemple où des L ont eu 20/20 : ils ont fait des parallèles entre une œuvre théâtrale traitée par un auteur classique et moderne ; ils connaissaient leur sujet parfaitement (auteurs : leur vie, leurs œuvres, leurs influences), l'œuvre littéraire (origine(s) du mythe, variations dans les interprétations possibles) . Ils avaient présenté leur TPE de façon très divertissante, en se mettant en scène un temps puis en disant mais notre propos n'est pas de jouer la pièce, puis nous avons discuté de leur motivation, de leurs choix ..comme pour tout oral.

Les élèves qui ont de bonnes notes s'impliquent et trouvent leurs propres idées autour d'une problématique . La présentation du TPE  est originale : un petit film, un jeu etc...Pensez que les professeurs ont peu de temps pour lire les TPE qui arrivent tous la même semaine et généralement sous forme écrite .



Je ne comprends pas que vos profs aient validé une problématique qui n'existe pas ou une liste de livres qui part de de nombreuses directions....enfin c'est votre TPE si vous venez demander des conseils vraiment soyez attentifs à ce qui vous est proposé .
Bon courage

8 (Modifié par Jehan 16/11/2017 à 20:11)

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

Effectivement j'ai souvent lu et fait passer les oraux de TPE de L, et j'ai toujours vu des listes d’œuvres beaucoup plus réduites, souvent même l'étude d'une seule oeuvre et ses liens avec l'histoire, d'où mon inquiétude (pour vous) de voir un sujet si vaste. Mais c'est l'avis des profs qui vous encadrent qui compte, donc s'ils valident continuez dans cette voie. Attention tout de même : vous ne pouvez pas nommer une partie "contre" en réunissant Madame Bovary et Hitler... Si vous voulez parler des liens entre les dictatures et la littérature, faites-en une partie vraiment séparée.

TPE sur la place de la littérature dans l'éducation

J'ajouterais que bien sûr vous avez des profs encadrants (qui vous notent sur 8 quant à la qualité de la réflexion, le travail régulier et organisé) mais que ce ne sont pas les mêmes qui vous interrogent (et mettent une note sur 12) .

Enfin c'est comme ça que cela se passe (encore une fois tellement de variantes ..)Les profs "échangent " leurs élèves pour justement avoir un regard neuf sur le travail effectué .

J'ai beau vous relire ....je ne vois pas votre problématique , votre parti pris .

Comme Ammy je vous déconseille fortement certains rapprochements (je vous encourage même à retirer ce qui n'a pas trait au sujet )