1

Passer d'un M1 maths aux lettres

Bonjour,

Je suis actuellement en master de maths après une licence validée haut la main puisque major de promo, mais plus le temps passe en m'éloignant des années lycée, plus je me rends compte que les maths me déplaisent à haute dose.

Déjà au lycée j'hésitais entre MPSI et hypokhâgne, et ayant de bons résultats à la fois en maths et en lettres, j'ai choisi, un peu poussé par les profs et l'attrait d'une sécurité future, d'aller en maths sup.

J'ai beau bien aimer les maths, pas mal de raisons me font détester leur pratique à trop haut niveau. Finalement je m'étais résigné à passer l'agreg pour devenir prof, après avoir compris que les métiers de l'ingénierie ou de la recherche me seraient vite insupportables, puis j'ai fini par me poser cette question simple : "Si je devais devenir prof, préférerais-je être prof de lettres ou prof de maths ?". La réponse m'a conduit à vouloir passer l'agreg...de lettres.

Me voilà donc bien décidé à tout recommencer. Point de vue pratique je sais que j'ai encore droit aux bourses pour un moment, mon expérience des maths me permet de donner des cours particuliers, et la licence validée m'aidera au pire de trouver des jobs étudiants relativement facilement, donc je n'ai pas d'inquiétude à ce niveau.

Ma volonté de réorientation étant motivée par une réflexion de plus de trois ans, je n'en doute pas non plus. D'autant que je sais que les réorientations maths-lettres ont lieu relativement souvent (pour avoir assisté à quelques cours en fac de philo et lettres, je compte pas mal d'agrégés en maths qui ont tout lâché pour passer l'agreg de philo et enseigner cette discipline).

Mais des questions subsistent.

Déjà, j'aimerais dans l'idéal aller en hypokhâgne en septembre. Je me doute que des réorientations tardives dans ces filières sélectives doivent avoir lieu à l'occasion, mais mon âge me porte à croire que pas mal d'établissements me refuseront (22 ans en septembre prochain), ce qui est une première source d'inquiétude.
En principe l'admission se fait par APB, et vu que mes résultats en lettres au lycée et au bac étaient bons (19 à l'écrit de Français, 20 à l'oral, 20 en philo), je pense avoir quand même mes chances.
Je pense que certaines prépas sont regardantes sur l'âge et d'autres s'en foutent, mais dans ce cas comment savoir lesquelles pourraient m'accepter ?
Enfin, si, en grand idéaliste, je veux passer les concours des ENS, l'âge n'est-il pas un handicap ? Il me semble qu'il y a un âge limite pour ces concours.

Ensuite, j'aimerais quand même que ma licence de maths ne soit pas complétement perdue par principe, (en dehors du fait qu'acquérir la méthode et rigueur scientifique aide un peu partout).
Si j'arrête les études de maths maintenant pour aller en lettres, et qu'une raison X ou Y me pousse à vouloir reprendre les études en master ou en école, ma licence validée sera-t-elle suffisante ou l'absence de pratique mathématique pendant quelques années peut-elle jouer ? Ce n'est pas une question de doute sur le fait d'abandonner les maths, mais plutôt, encore une fois, un souci d'éviter d'avoir totalement perdu 4 années.

Il y a la solution de la prépa B/L, mais j'ai un peu peur d'être mal vu par les prépas et écoles post-prépa comme étant un homme qui a su calculer habilement son parcours post-bac, étant donnée l'avance phénoménale que donne d'office la maitrise des maths dans une filière qui en propose 5h par semaine.
C'est pourquoi j'irais plutôt vers une A/L. Mais en faisant ça je pense m'asseoir totalement sur mon parcours antérieur et je ne cache pas que ça me fait un peu mal.

Bref, j'espère que des cas particuliers de réorientés tardifs passeront par là et pourront m'éclairer, car étant donné la rareté relative de ce genre de parcours, personne ne peut vraiment m'aider dans mon entourage.

Merci d'avance

2 (Modifié par mattlev 07/11/2017 à 14:44)

Passer d'un M1 maths aux lettres

Il n'y a plus d'âge limite pour candidater au concours de l'ENS, me semble-t-il. Il y a droit à trois essais, par contre.


Cependant, je ne crois pas que tu sois en mesure d'intégrer une prépa B/L, car tu as déjà validé une licence de mathématiques. À vérifier, mais je ne crois pas dire de bêtises.

La culture scientifique est un grand plus dans des études de lettres... Même si elle ne sert pas directement. Tu ne t'assieras (¿?) jamais entièrement sur ton parcours passé...

Passer d'un M1 maths aux lettres

Pourquoi ne pas aller au bout du master ? Il serait un élément important sur le marché du travail si jamais les choses ne se passaient pas comme prévu...

4

Passer d'un M1 maths aux lettres

Alors, autant une réorientation tardive en L1 de lettres me paraît être un projet relativement faisable même s'il est assez audacieux, autant une réorientation en hypokhâgne alors que tu es en M1 et que tu auras 22a en septembre... C'est une formation qui reste très scolaire et infantilisante, même si c'est très stimulant intellectuellement seras tu capable de supporter cette ambiance très particulière qu'est celle de la prépa, qui rappelle beaucoup le lycée car on y est encadré et fonctionne vraiment en groupe de classe. Ensuite en effet, je ne te cache pas que même si tu as un très bon dossier et  la motivation pour passer l'ENS, beaucoup de prépas vont tiquer sur ton âge et le fait que tu as déjà un M1. Il me parait donc difficile d'être accepté dans ces conditions, les plus vieux khâgneux de ma promotion ont 21 ans et ils sont khûbes. Cela dit, ce n'est pas impossible, ma professeur d'anglais d'hypo a déjà eu un élève de 23 ans en hypokhâgne mais c'était un cas très spécial... Il faudrait que tu fasses les portes ouvertes de plusieurs CPGE de différents niveaux -sans hésiter à demander des B/L si ça t'intéresse de toute façon ton dossier sera reçu comme très atypique et tu auras au moins un gros avantage en maths si tu dois passer le concours - et que tu exposes ton dossier et ton projet aux professeurs avant de demander sur APB, tu pourrais aussi envoyer des mails aux prépas que tu vises, ça se fait dans un cas comme le tien. Ça te permettra d'avoir une idée et de te faire connaître, toi et ta motivation, c'est important sinon les professeurs ne vont qu'un dossier étrange noyé au milieu de dizaines d'autres sur APB. Je pense tout de même que tu devrais valider ton master, quitte à faire une L1 de lettres à distance et un M2 en même temps par exemple, ça serait plus sur...

5

Passer d'un M1 maths aux lettres

Merci pour toutes vos réponses.

Pour ce qui est de HK plutôt que L1 lettres c'est simplement par attrait du caractère hétéroclite de ces études, ainsi que pour avoir une bonne colonne vertébrale pour la suite.
Mais faire une licence de lettres ne me dérange pas plus que ça, et étant donné que je suis rôdé à bosser en autonomie, je pense que ça ne mitraille pas mes chances pour l'agreg. Qui plus est, je peux y entrer dès janvier, quitte à faire dès septembre prochain les premiers semestre de L1 et L2 en parallèle (ce qui parait-il est possible, une amie le fait actuellement), et me fait économiser une année.

Pour le A/L plutôt que B/L ce dernier m'intéresse plus à cause du côté "sciences humaines" en fait. Je pense comprendre vaguement que la B/L a une vision de la littérature plus "concrète et diplomate", là où la A/L s'intéresse plus aux arts et à la culture.

Mais comme le dit Clemoock, et c'est un des facteurs qui m'avait éloigné de la prépa lettres au lycée, j'ai peur du côté trop scolaire de la prépa en effet, que j'ai su aisément pardonner en sciences mais que je tolère plus difficilement en lettres, tant il ne me plait pas de ne pas pouvoir me faire mon avis sur une oeuvre à cause d'un préavis scolaire qui le biaisera.
Donc en fait j'ai une sorte de dilemme : la prison scolaire de la khâgne au profit d'une formation solide, ou bien la liberté que je chéris aux détriments d'un parcours plus hasardeux. Je sais que je suis capable de bosser seul (étant donné que je l'ai fait durant toute ma fac, et que je lis beaucoup par moi-même), mais je sais aussi avec l'expérience des sciences qu'avoir des profs compétents et à l'écoute durant au moins une année pour ne pas suivre les mauvaises trajectoires est une aide très précieuse.

Quant à finir le master de maths, j'en suis tout à fait incapable pour le moment. Sans vouloir faire l'AW, j'ai passé deux années très dépressives et il faut que je coupe un nœud gordien. C'est un peu pour ça que tout mon entourage m'encourage à m'écouter, sur ce coup

Passer d'un M1 maths aux lettres

Il n'est plus vrai qu'on ne peut se présenter au premier concours si on a 240 ECTS ou plus ?
On trouve pourtant cette phrase :

Les personnes titulaires d’un diplôme correspondant à 240 unités ECTS (European Credit Transfer System) ne peuvent être autorisées à concourir.

.
Mais je ne trouve pas la source officielle.