1 (Modifié par webmestre 18/10/2017 à 15:50)

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Bonjour ! voilà j'ai un corpus à faire sur ces poèmes ci dessous. J'ai trouvé quelques éléments les reliant mais rien de très fabuleux. Je ne trouve vraiment rien, je crois que je ne comprends pas trop ces textes. La question est comment les poètes expriment-ils leur sentiment amoureux ?
Merci d'avance c'est urgent. Je vous supplie de m'aider même une information peut me faire avancer

Beauté, mon beau souci, de qui l'âme incertaine
A, comme l'Océan, son flux et son reflux,
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,
Ou je me vais résoudre à ne le souffrir plus.

Vos yeux ont des appas que j'aime et que je prise,
Et qui peuvent beaucoup dessus ma liberté;
Mais pour me retenir, s'ils font cas de ma prise,
Il leur faut de l'amour autant que de beauté.

Quand je pense être au point que cela s'accomplisse
Quelque excuse toujours en empêche l'effet;
C'est la toile sans fin de la femme d'Ulysse,
Dont l'ouvrage du soir au matin se défait.

Madame, avisez-y, vous perdez votre gloire
De me l'avoir promis, et vous rire de moi;
S'il ne vous en souvient, vous manquez de mémoire,
Et s'il vous en souvient, vous n'avez point de foi.

J'avais toujours fait compte, aimant chose si haute,
De ne m'en séparer qu'avecque le trépas;
S'il arrive autrement, ce sera votre faute
De faire des serments et ne les tenir pas.

Malherbe.

Si c'est aimer, Madame, et de jour, et de nuit
Rêver, songer, penser le moyen de vous plaire,
Oublier toute chose, et ne vouloir rien faire
Qu'adorer et servir la beauté qui me nuit :

Si c'est aimer que de suivre un bonheur qui me fuit,
De me perdre moi même et d'être solitaire,
Souffrir beaucoup de mal, beaucoup craindre et me taire,
Pleurer, crier merci, et m'en voir éconduit :

Si c'est aimer que de vivre en vous plus qu'en moi même,
Cacher d'un front joyeux, une langueur extrême,
Sentir au fond de l'âme un combat inégal,
Chaud, froid, comme la fièvre amoureuse me traite :

Honteux, parlant à vous de confesser mon mal !
Si cela est aimer : furieux je vous aime :
Je vous aime et sait bien que mon mal est fatal :
Le coeur le dit assez, mais la langue est muette.

Ronsard

Tant que mes yeux pourront larmes épandre
A l'heur passé avec toi regretter,
Et qu'aux sanglots et soupirs résister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre ;

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignard luth, pour tes grâces chanter ;
Tant que l'esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toi comprendre,

Je ne souhaite encore point mourir.
Mais, quand mes yeux je sentirai tarir,
Ma voix cassée, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel séjour
Ne pouvant plus montrer signe d'amante,
Prierai la mort noircir mon plus clair jour.

Louise Labé

2

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Dans ces textes, est-ce que l'amour est présenté comme un sentiment conduisant le "moi" au bonheur  ?

3

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Pour ma part si j'ai bien compris je répondrai que non. Le poète est déçu à tel point d'évoquer la mort et ne sera jamais heureux. Le bonheur ne ressort pas au contraire on ressent énormément le mal-être.

4

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Eh bien, ce n'est pas mal.

Pour chaque poème, pouvez-vous expliquer l'obstacle qui s'oppose à la réalisation de l'amour, et qui cause le mal-être que vous évoquez ?
On en profitera pour s'assurer que tout est bien compris.

5

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Pour un ensemble je répondrai qu'on leur donne de faux espoirs ? Les poètes évoquent leur sentiments amoureux dans les premieres strophes mais ces femmes et cet homme pour Louise Labé se sont moqués d'eux et de ce qu'ils éprouvent. Les poètes se confessent aux personnes qu'ils aiment  et finissent par avoir honte de s'être fait  trahis. Il n'y avait que promesses mais aucun n'aboutissement. Ils finissent ainsi seul et c'est pourquoi leur mal-être est profond . Il n'y a aucune réciprocité.
Dans le poème de Louise Labé elle n'a plus l'homme dont elle est éprise. Il l'a quitté ? " ne pouvant plus montrer signe d'amante". ce serait pourquoi elle a la sombre idée de penser à la mort au dernier vers ?  Dans les premiers strophes il y a comme une lueur d'espoir en elle, afin qu'il revienne :" Du mignard luth, pour tes grâces chanter" puis prends conscience que non.

Pour Sonnets pour Hélène, Ronsard dévoile ses pensées à Hélène . Il y a l'obsession de l'amour avec le champs lexical  de l'amour " plaire, adores, beauté". C'est un madrigal donc un poème galant et nous pouvons le voir dès la première strophe " Rester, songer,penser le moyen de vous plaire". Mais il est comme coupé net lorsqu'il dit " Si c'est aimer de suivre un bonheur qui me fuit". Le bonheur ici représente Hélène et elle le fuit. Il le comprends, elle ne l'aime pas. Un amour donc pas réciproque. Il le dit directement comme si il avait le souffle coupé. ( ça me donne cette impression). Il devient alors malade d'amour et il décrit ses symptômes allant de plus en plus mal. "chaud, froid, comme la fièvre amoureuse me traite ". Pour finir il annonce que son mal est fatal, relié à la mort ?

Enfin pour Malherbe, son discourt est direct, c'est à son image. Déclaration de l'emprise de cette muse sur lui, et de ses sentiments qui sont nés. " vos yeux ont des appas que j'aime et que je prise".  Puis il annonce une sorte de trahison et nous avoue que quand il pense enfin avoir l'amour de sa vie il y a toujours un obstacle. Le plus grand est justement cette femme qui ne cesse de donner d'excuses." Quelque excuse toujours en empêche l'effet". Pour Malherbe l'amour serait jusqu'à sa mort mais ce n'est pas le cas et il finit par accuser  cette dame en lui déclarant que c'est sa faute si il en est autrement. Il évoque ainsi la mort peut être d'une certaine manière comme une sorte de chantage pour lui faire peur et qu'elle aille avec lui.

Ils ont tous vécus une défaites

6

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Comment ?

Il faut te méfier des reformulations qui appauvrissent le poème voire le déforment. Pour Louise Labé, l'expression amoureuse, c'est l'évocation vague de l'aimé et surtout l'expression lyrique du JE.

Bien sûr il y des procédés mais pas que ... 

Le sentiment amoureux, le thème de l'amour est éternel en poésie et traverse toutes les époques. Chacun le revisite en fonction justement de son époque, de sa conception de la poésie. il y a les constantes : amour/déception. Amour/distance/ Amour souffrance. Comme souvent, la norme, et l'écart.
Mais pour chacun, c'est "un mal délicieux".
Alors, ne cherchons pas la sincérité mais une occasion de dire, de sublimer.
Par des incantations, des interpellations de l'aimée, des références , des métaphores, des champs lexicaux, des débuts de blason. Bref chacun tente de faire preuve d'originalité et d'intemporalité.

7 (Modifié par danselor 19/10/2017 à 17:44)

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Ce qui veut dire que j'ai pu déformer le poème ? J'ai cru comprendre quelque chose qu'en réalité Louise Labé ne voulait pas transmettre ?
Pour répondre à ma question il faut donc que je démontre les métaphores, les champs lexicaux etc..si j'ai bien compris ?
Il y a aussi une chose que je ne sais pas comment faire. Dans chaque poème les poètes interpellent l'être aimé mais pour Louise Labé a part des pronoms comme "tes", on ne sait pas vraiment. On se sait même pas qu'elle parle d'un homme même si on s'en doute. Je n'ai pas  tout compris.

8 (Modifié par jacquesvaissier 19/10/2017 à 20:19)

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Oui, tu t'es trompé dans l'interprétation du sonnet de Louise Labé

Il faut bien faire attention à la structure grammaticale : "tant que..." (1er quatrain)... "tant que..." (2ème quatrain)... la proposition principale n'intervient qu'au début du premier tercet.

Tant que mes yeux pourront larmes épandre 
A l'heur passé avec toi regretter,
Et qu'aux sanglots et soupirs résister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre ;

C'est bien le futur qui est utilisé ici : s'il y a regret du moment heureux (heur) passé avec l'amant, la perspective que cette situation se renouvelle montre bien qu'il n'est pas parti

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignard luth, pour tes grâces chanter ;
Tant que l'esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toi comprendre,

Même chose : aussi longtemps que l'amour et la poésie auront un objet ...

Je ne souhaite encore point mourir.

Le vie - et le bonheur - pourront se prolonger.

Mais, quand mes yeux je sentirai tarir,
Ma voix cassée, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel séjour
Ne pouvant plus montrer signe d'amante,
Prierai la mort noircir mon plus clair jour.

A toi de trouver ce qui pourrait lui faire désirer la mort.

Tu le vois, bien loin d'être parti, l'amant est bien là (dans le poème, bien sûr, ne confonds pas la réalité et l'espace littéraire, surtout poétique) !!!

Il faudra tirer partie de cette composition dans ton commentaire : opposition des quatrains et des textes (et en même temps suite logique des choses...) Effet de prolongement des "tant que...", etc...

9

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Wouah euh c'est vrai que j'ai du mal avec ce poème. Son interprétation est assez dure à intégrer dans ma petite tête malgré votre description parfaitement détaillée. D'ailleurs merci beaucoup de m'aider.

Son amant est là ? mais pourtant il la quitte n'est ce pas ? " ne pouvant plus montrer signe d'amante " le prouve bien ?
Mais si elle perd sa voix c'est à ce moment qu'elle pensera à la mort ? car elle aura absolument tout perdu ce qu'elle aime : l'amour et le pouvoir de chanter ?
Je suis vraiment désolé si je me trompe complètement.

10 (Modifié par jacquesvaissier 19/10/2017 à 20:33)

Comment ces poètes expriment-il leur sentiment amoureux ?

Son amant est là ? mais pourtant il la quitte n'est ce pas ? " ne pouvant plus montrer signe d'amante "

Mais non, ce vers veut dire "Quand mon esprit ne pourra plus manifester des signes d'amour"

Autrement dit, quand la vieillesse fera décliner l'esprit et le corps (regarde ce qui arrive au visage !) le "moi" appellera la mort.

Tu as bien compris que le "moi" est une voix féminine ?

Peut-être que son amant la quittera, mais ce n'est pas dit, donc cela n'existe pas. L'amour est ici vu exclusivement du côté de l'amante. Penses-y pour ta question.

Tu le vois, il ne s'agit pas de relever simplement des procédés, mais de montrer comment ceux-ci mettent en valeur telle ou telle conception de l'amour, du moi et de l'autre.

Il faut songer à "jeter" des idées sur le papier et à les organiser. Pour l'instant, tu peux prendre les poèmes l'un à la suite de l'autre.

A demain.