1

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

bonjour, J'ai une explication de texte à faire mais je n'arrive vraiment a faire mon développement , le découpage en lui même me pose problème. Je trouve tout le côté philosophique de l'extrait mais pas de figures de styles et rhétoriques

texte :

J'allais presque tous les dimanches passer la journée aux Pâquis chez M. Fazy, qui avait épousé une de mes tantes et qui avait là une fabrique d'indiennes. Un jour j'étais à l'étendage dans la chambre de la calandre et j'en regardais les rouleaux de fonte : leur luisant flattait ma vue, je fus tenté d'y poser mes doigts et je les promenais avec plaisir sur le lissé du cylindre, quand le jeune Fazy s'étant mis dans la roue lui donna un demi-quart de tour si adroitement qu'il n'y prit que le bout de mes deux plus longs doigts ; mais c'en fut assez pour qu'ils y fussent écrasés par le bout et que les deux ongles y restassent. Je fis, un cri perçant, Fazy détourne à l'instant la roue, mais les ongles ne restèrent pas moins au cylindre et le sang ruisselait de mes doigts. Fazy, consterné, s'écrie, sort de la roue, m'embrasse, et me conjure d'apaiser mes cris, ajoutant qu'il était perdu. Au fort de ma douleur la sienne me toucha, je me tus, nous fûmes à la carpière où il m'aida à laver mes doigts et à étancher mon sang avec de la mousse. Il me supplia avec larmes de ne point l'accuser ; je le lui promis et le tins si bien, que plus de vingt ans après personne ne savait par quelle aventure j'avais deux de mes doigts cicatrisés ; car ils le sont demeurés toujours. Je fus détenu dans mon lit plus de trois semaines, et plus de deux mois hors d'état de me servir de ma main, disant toujours qu'une grosse pierre en tombant m'avait écrasé les doigts.
Magnanima menzôgna ! or quando è il vero
Si bello che si possa a te preporre ?

Mon travail :

1.    Caractérisation du passage

[copier-coller Internet]

2.    Structure du texte

1- L1 à  L14 : circonstance de l’accident
2- L14 à L20 : La crainte du cousin
3- L20 à 28: Le secret gardé par Rousseau

Problématique : Comment Rouuseau concilier ses penchants pour la vérité tout en exercant le mensonge ?


4.    Développement
1 –
Un jour : pas de précision , reverie

2-

3-

[copier-coller Internet]

Merci d'avance pour votre aide

2

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

La quatrième Rêverie comme un examen de conscience.
Il faudrait relire toute la quatrième Promenade pour éclairer l'intention de ce récit, les différents types de mensonges, la notion de vérité, récit : mémoire et imagination.

Un lieu / le narrateur acteur et le jeune Fazy/des faits
mais
tout un art de la confession : récurrence du JE, souffrance physique, mensonge "moral". Quelle vérité ?

Parmi les figures de style : le champ lexical des termes techniques, celui de la douleur, le discours indirect ("ajoutant qu'il était perdu/ disant toujours qu'une grosse pierre ..."), les temps : imparfait et passé simple, les oppositions ("je fis un cri/s'écrie, je me tus"), les connotations de la roue, du sang, les sens sollicités : la vue, l'ouïe, le toucher, en filigrane, des allusions bibliques : le sang qui coule, la douleur, ne pas accuser, les larmes, les doigts lavés, la notion du temps : "plus de vingt ans après, trois semaines, toujours, deux mois" , la gradation : "Fazy, consterné, s'écrie, sort de la roue et me conjure..."

3

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Merci beaucoup pour votre aide

et au niveau de la structure , mon découpage est-il bon ?

4

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Je me méfie des plans qui séparent fond et forme.

5 (Modifié par Jehan 08/10/2017 à 20:52)

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Surtout, s'il s'agit d'une étude littéraire.
Il  faut absolument traiter le fond et la forme ensemble. Quoi et comment en suivant l'ordre du texte, c'est bien cela une explication linéaire.

6

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Je n'ai pas compris , quel est le problème avec mon plan ?
Qu'entendez-vous par font et forme ?

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Le fond, c'est ce qui est raconté, la forme, c'est la façon dont c'est raconté, le style, le ton, les figures de style, l'art du récit...

8

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Et la structure ...

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Il me semble toutefois que l'on peut annoncer dans une explication linéaire la composition d'un passage avant de l'expliquer "dans l'ordre".

10 (Modifié par bea139715 10/10/2017 à 14:23)

Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire - J'allais presque tous les dimanches...

Et une structure :

L1 à L14 : circonstance de l’accident (récit : mémoire et imagination.)

L14 à L28 : Choix du mensonge moral

Est-ce déjà plus cohérent ?