1

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Bonjour,

Au jour d'aujourd'hui j'ai 22 ans, bientôt 23. Je viens de finir un master de Physique (le stage de fin d'études vient de s'achever).
J'ai eu peu de temps pour réfléchir, mais je savais que je ne voulais pas faire de thèse ni bosser dans une boîte.

Non, j'ai plutôt envie de faire des lettres. J'ai passé des entretiens d'embauche pour être enseignant contractuel en physique, à vrai dire je me cherchais un taf à temps partiel ; à côté il y en effet beaucoup de disciplines que j'aimerais étudier, et je n'ai pas pu au cours de mes études de physique (pas le temps), aujourd'hui je me dis que ça suffit. Je suis très motivé, j'ai beaucoup d'idées (pas qu'en lettres), mais ça va me prendre beaucoup de temps avant de pouvoir vivre de mes projets (si ça marche).

En particulier, je voudrais vivre de ma plume : essayisme, littérature, entre autres. J'ai commencé un roman. Je ne me fais pas d'illusions, mais je vais continuer à le bosser à fond.

Ma question concerne le contenu des formations dispensées en fac : à vrai dire, je ne sais pas si j'ai vraiment envie de me relancer dans trois années d'études (il y a des chances pour que je passe en L3 de Lettres Modernes direct). Ce qui me rebute surtout : tout ce qui est apprentissage de la méthodologie, apprendre à faire une dissertation bien proprette, bien carrée, analyse d'une oeuvre littéraire, j'ai vécu ça au lycée, j'ai aimé, mais je me dis que ça ne me sera pas d'une énorme utilité pour mon métier futur (et je ne souhaite pas enseigner, ou alors à court terme - au fond, je veux vivre de mon art, je suis prêt à en chier). Passer des heures à étudier Hugo par exemple, ne me tente pas, comparé à une année d'enseignement de physique à temps partiel où je me donnerais à fond pour faire avancer mes projets. Mais je me demande si je me fais une idée juste de ce qu'est l'enseignement en fac...

Une âme illuminée pour éclairer ma lanterne ?

2 (Modifié par Laoshi 18/09/2017 à 18:06)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Bonjour,

En particulier, je voudrais vivre de ma plume : essayisme, littérature, entre autres.

C'est une ambition fort difficile à réaliser. Bien des écrivains avant de pouvoir vivre de leur plume ont eu un emploi alimentaire à côté.
Mais tu n'as pas besoin de toute façon pour cela d'aller passer une licence de lettres, ce qui ne fera pas de toi un écrivain.

3 (Modifié par LacheveluredeFalmer 18/09/2017 à 18:22)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Merci pour ta réponse.
J'en ai bien conscience (d'où l'enseignement contractuel), d'ailleurs j'ai commencé à écrire bien avant d'avoir le bac. Disons que j'ai bien envie de me lancer par moi-même, de toute façon un jour ou l'autre, diplôme de lettres en poche ou pas, il faudra y aller.
Es-tu passé(e) par la licence ?

4 (Modifié par Laoshi 18/09/2017 à 21:28)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Je ne suis pas écrivain !
Seulement professeur.
Mais je raisonne à partir d'exemples que je connais.
Sinon, oui, j'ai passé la licence en vitesse, et le moins de temps possible à la fac.

5 (Modifié par LacheveluredeFalmer 18/09/2017 à 19:59)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Si tu es passé par la fac, pourrais-tu m'en dire un peu plus sur ce qu'on y fait, me dire si je me fais une idée juste des enseignements (avec le côté bosser des auteurs, faire de la méthode, ..., si c'est ce qu'on fait la plupart du temps ou pas si souvent que ça) ?:)

6 (Modifié par Helisenne 18/09/2017 à 20:20)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Bonsoir LacheveluredeFalmer,

Je ne sais pas exactement quelle idée tu te fais de l'université mais oui, nous étudions des auteurs et nous faisons de la méthodologie. En cinq ans (Licence puis Master de Lettres), c'est essentiellement ce que j'ai fait. Ce n'est pas un jugement de valeur (j'ai vraiment aimé mes cours et je m'y suis épanouie) mais il est vrai que nous faisons surtout de l'analyse de texte, des commentaires et des dissertations sur auteurs. C'est en tout cas ce que nous faisions là où j'étais (je ne généraliserais donc pas, ne connaissant qu'une seule université). Avec le jeu des options, tu peux faire des choses différentes mais les cours de Littérature servent majoritairement à nous préparer au métier d'enseignant (pas uniquement mais la plupart du temps) et aux concours et il faut donc acquérir la méthode.
Si tu veux d'autres précisions sur l'université, n'hésite pas à me contacter en MP (je suis maintenant professeur-stagiaire après avoir obtenu les concours de l'enseignement l'année dernière).

Quant à tes projets, Laoshi a raison et ce n'est pas une Licence de Lettres qui te permettra ou non de les mener. Si je peux me permettre un conseil, vu ton parcours, une entrée en Licence sans une sérieuse motivation me paraît risquée (dans le sens où tu risques de t'y ennuyer). Ne pourrais-tu pas te glisser quelques heures dans des cours de Licence pour voir un peu si cela te convient ou non ? Dans mon université, certaines personnes le faisaient parfois, simplement pour avoir une idée du contenu des cours. Dans un amphi, les enseignants ne les remarquaient même pas et en TD, ils ne disaient pas non lorsque la taille des salles le permettait.

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Tu devrais chercher les programmes, y compris ceux de L1 et L2, sur le site de ta future fac, puisque c'est variable selon les fac et les options choisies.

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Je ne peux guère parler pour ma part de ce que l'on fait en fac. J'y ai suivi très peu de cours, il y a longtemps (je suis une vieille), et en général je m'y suis prodigieusement ennuyée.
Mais c'est peut-être différent aujourd'hui.

9 (Modifié par LacheveluredeFalmer 24/09/2017 à 19:08)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Bonjour à tous et merci pour les réponses.

J'ai pris le temps de réfléchir un peu.


J'ai fait deux cours à Saint-Denis, plutôt intéressants, je vais peut-être y retourner demain, j'ai été pris en L3 de Lettres (mais quelle jungle cet endroit... Triste qu'on doive supporter ça alors qu'on est là pour étudier...).

Je ne sais pas trop si on a beaucoup de temps libre en L3 de lettres, si c'est jouable de bosser à côté. Il me faudrait pas mal de temps libre à vrai dire. (Vivre de son art demande un fort investissement.)

Je me dis que la fac (dites-moi si je me trompe) va surtout me permettre d'avoir une grande culture littéraire, et me permettre de développer encore plus mon sens critique, mon sens d'analyse des textes. Que c'est difficile de parvenir à cet état des connaissances sans passer par la fac. Mais qu'en dehors de ce côté "culture G" (histoire de la littérature + analyser un texte - et je me dis qu'en me mettant à une table pendant quatre heures, je suis tout aussi capable qu'un élève de M2 de sortir une dissert' qui en jette), ça ne va pas plus loin.
J'ai un diplôme de physique, ce serait super d'avoir un master de lettres, mais si c'est juste pour le diplôme, est-ce que ça vaut le coup ?
(Et est-ce qu'aujourd'hui on n'est pas emmenés dans une soif du diplôme, de la "forme", par opposition au "fond" ?...)

10 (Modifié par fidji45 25/09/2017 à 02:16)

Doutes au sujet de mon orientation en L3 de lettres modernes

Bonsoir

J'ai lu ton projet initial et ton parcours.
J'ai fait mes études en fac en France et aux Etats Unis (par un échange)
Tu parles de "faire un dissert'" bien propette Cela m'a vraiment interpelée ...aux Etats-Unis  c'est justement cette rigueur dans une démonstration qui m'a permis d'avoir de très bonnes notes car cela démontre une maîtrise du sujet traité (et ce n'est pas si facile....)

Tu dis que ton but est de devenir écrivain , et tu fais un masters de physique et tu penses pouvoir faire en quatre heures une bonne dissert "comme au bac" Cela aussi me laisse perplexe.
Effectivement, ce n'est pas d'avoir un diplôme en lettres qui te permettra de devenir écrivain (ça c'est certain) mais quand on fait des études supérieures en lettres on apprend des choses que l'on ne fait pas ou que l'on ne "voit" pas en terminale. De même se contenter des lectures d'un programme de fac est une erreur , dans toutes les matières il faut savoir écouter (les profs font souvent des références à d'autres livres, d'autres auteurs)

Oui il y a un renchérissement du diplôme , bien souvent pour juguler le taux de chômage .

Je prends toujours l'exemple des anciens "maîtres et maîtresses" qui enchaînaient un concours et une formation après un bac , puis il a ensuite fallu avoir un "deug" (deux ans de fac) pour se présenter au concours puis une licence, puis un master pour présenter le concours de "profs des écoles "
Si tu as l'occasion de suivre des cours en L3 de lettres, pourquoi s'en priver? Je suis sûre que cela t'ouvrira des pistes de réflexions, des idées de lectures...
On ne mesure vraiment pas la chance en France de faire des études quasi-gratuites.

Je sais que tout n'est pas idéal (tu décris cette fac comme une jungle )Si cela reste ainsi il n'est pas utile que tu continues dans cette fac.
Par contre si tu t'aperçois que la voie que tu as choisie est très ardue, il peut être intéressant d'avoir une Licence (ou plus) en lettres car les entreprises recherchent des profils atypiques souvent (donc on ne sait jamais)
C'est à toi de savoir quel serait ton plan B /C si ton plan  A ne marche pas .

Avoir un plan B /C ne veut pas dire que l'on ne mette pas la même volonté à suivre son projet A :il permet de retomber sur ses pattes.