1 (Modifié par Jehan 10/09/2017 à 18:00)

Absence de l'article avant les noms en poésie

Bonjour,

ça fait quelques fois que je constate en poésie, chez Malherbe notamment, et dans un roman l'absence d'article avant un nom, je me demandait donc si des règles grammaticales autorisent cette licence, sous certaines conditions peut être.
Il est possible cependant que ma compréhension des phrases dans lesquelles j'ai constaté cette particularité soit erronée.

merci d'avance pour vos réponses

Absence de l'article avant les noms en poésie

Bonjour.

Cela peut être aussi bien une tournure poétique qu'un usage grammatical normal, cela dépend des cas.
Le mieux serait que tu nous donnes plusieurs exemples précis.

3

Absence de l'article avant les noms en poésie

Laisse-moi raison importune,
Cesse d'affliger mon repos,
En me faisant mal à propos
Désespérer de ma fortune :
Tu perds temps de me secourir,
Puisque je ne veux point guérir.


C'est de Malherbe justement et l'absence d'article devant "temps" dans le cinquième vers m'intrigue... je pense qu'ici c'est la tournure de la phrase qui veut cela; si tu me le confirmes j’essaierai de trouver d'autres exemples plus à propos. j'ai peu lu d’œuvres de cet auteur et ses tournures assez complexes et anciennes m'échappent encore souvent.

4 (Modifié par Jehan 10/09/2017 à 19:26)

Absence de l'article avant les noms en poésie

Il semble que la locution verbale "perdre temps" soit une tournure ancienne des XVIe et XVIIe siècles.
https://books.google.fr/books?id=xuQNVz … mp;f=false
Dans d'autres locutions verbales qui elles sont  toujours en usage, l'absence d'article est fréquente : perdre pied, perdre contenance, prendre peur, prendre feu, toucher terre, crier famine, ajouter foi...

Voir également cette autre discussion : https://www.etudes-litteraires.com/foru … tions.html

5

Absence de l'article avant les noms en poésie

je te remercie pour tes renseignements je vais également faire un tour dans le Bescherelle pour approfondir un peu (maintenant que j'y pense), ça mange pas de pain après tout.