Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Bonjour, j'ai 25 ans et déjà un gros passé derrière moi. J'ai obtenu un baccalauréat littéraire sur le tard. Je n'ai pas fait d'études supérieures, mais j'aimerais reprendre mon parcours pour rendre utile celui réalisé auparavant. Je ne sais pas si c'est possible de s'inscrire à l'Université sans sortir d'une classe de Terminale, surtout maintenant avec une telle crise du système éducatif : la surcharge des amphis, le taux d'échec et la société qui fait tout pour nous dissuader, nous écarter du savoir qu'on cherche à faire devenir un monopole exclusif réservé à une petite catégorie de la population, principalement la plus aisée. Sachant que les enfants de professeurs sont les grands gagnants de ce système, je gage ma pauvre extraction. En effet, je ne suis pas née dans un milieu intellectuel, loin sans faut... mais dans une famille où on a le goût de l'effort. Aussi, je ne sais pas si cela est possible ou si ce serait judicieux de faire des études à mon âge. Si vous avez quelques conseils à me donner, je vous souhaite une bonne nuit.

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Bonjour,
Tu as ton baccalauréat,  donc que JE PENSE QUE tu as quand même quelques portes qui te sont ouvertes.
Dans le cadre universitaire,  il n'est jamais trop tard pour reprendre ses études,  dès lors qu'on se donne mes moyens pour réussir.

"Sachant que les enfants de professeurs sont les grands gagnants? " je ne comprends pas trop.- envisages-tu de suivre des études dans l'enseignement afin de donner un avenir serein et sûr à tes enfants?
Penser comme ça,  me semble-t-il n'est pas très intelligent, encore moins mâture.  Il faut dans la vie aimer ce que l'on fait.
Dans l'idée où j'aurai interprété ton commentaire à l'envers, si tu es fille de professeur,  cela n'empêche pas que tu aies des difficultés scolaires, dans la vie. Après tout,  tu es humaine avant d'être fille de professeur,  n'est-il pas ?
J'aimerais ajouter que tu as ton bac L,  en choisissant d'emprunter cette voie,  je me doute que tu avais un objectif d'avenir ?!
Afin de maintenir ton niveau en langues, ou dans la langue française, mets-toi à lire, si ce n'est déjà le cas, ressource-toi pour ne pas , si tu l'envisages retourner/aller  à la FAC après avoir tout perdu de ce que tu as obtenu durement.
Demande à faire quelques jobs , stages d'immersion dans le milieu de l'écriture,  littérature. ? Ce qui te plaît bien quoi, et à l'insu de cette expérience professionnelle, tu pourras décider par toi-même si tu es apte à reprendre le chemin des bancs de l'école en section littéraire.
Je t'ai partagé mon point de vue.- voici mon humble avis, j'espère qu'il t'aura été même un peu utile.
Bonne soirée.

3 (Modifié par mattlev 16/08/2017 à 02:51)

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

@Ted01: si j'étais à ta place, je me garderais de faire des réflexions sur la mäturité et l'intelligence de la pensée des utilisateurs de ce forum. Le retour de bâton pourrait s'avérer douloureux, d'autant que tu n'as rien compris à ce que dit ZazGab (en gros, que la proportion de fils d'enseignants parmi les acteurs du monde des lettres en général, surtout dans l'enseignement -primaire, secondaire, supérieur- est notable et montre qu'un fils de prof aura, statistiquement bien plus de chances de "réussir" dans les lettres qu'un fils d'ouvrier, d'artisan, etc.)

ZazGab, Cela est globalement vrai, mais il reste ce que je nomme (un peu pompeusement?) l'"hypothèse libérale": un destin personnel peut bien sûr déjouer les statistiques, par le travail acharné comme tu le dis toi même. Ne pars pas perdant.e. Ne baisse pas les bras avant d'avoir affronté le Mammouth -dégraissé ou pas. (Je suis fils de prof thésé et d'institutrice, c'est facile pour moi de dire ça). Concernant la société et le dissuadement, bof.  Depuis la création de l'école Républicaine, je crois que cette idéologie n'a plus trop cours, au contraire.


Serait-il possible que tu nous en dises-plus sur tes objectifs? Tu peux postuler à une formation supérieure à n'importe quel âge de la vie. Je ne sais pas si compte tenu des réformes en cours de l'enseignement supérieur l'accès y est toujours "automatique" (au moins en L1), mais je crois que c'est possible. Je crois (c'est mon intime conviction, en toute humilité mais affirmée avec force), je crois qu'il est toujours judicieux d'étudier. Mais ce n'est pas suffisant... La question est: comment faire (avec quels moyens?) et pour quoi faire ensuite?

Bref, c'est sûrement un peu bateau comme réflexion... Mais que veux-tu faire après? Enseigner?

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

ZazGab n'a donc pas changé, sauf son avis sur les membres de ce forum puisqu'il sollicite leurs conseils...

5

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Tu devrais lire ces livres : "Les transclasses ou la non reproduction" de Chantal Jacquet ainsi que les autobiographies de Annie Ernaux, Didier Erebon, Richart Hoggart, l'ami retrouvé de Fred Ulhlman.... 

25 ans c'est jeune !! Si tu aimes la littérature française, fonce ! Ce n'est pas parce que tu n'as pas des parents professeurs que tu ne peux pas réussir.


Si tu es passionné et bon, tu réussiras.

"la surcharge des amphis, le taux d'échec et la société qui fait tout pour nous dissuader, nous écarter du savoir qu'on cherche à faire devenir un monopole exclusif réservé à une petite catégorie de la population, principalement la plus aisée"

Je ne suis pas vraiment d'accord.

Les Amphi ne sont pas surchargés à la fac ( à part la filière Psycho...)mais ensuite la fac se vide rapidement , et seuls les élèves motivés restent.

Je viens d'un milieu social ouvrier et j'avais beaucoup de désavantages, et même si ma famille ne voulait pas que je fasse d'études, j'ai décidé d'en faire , et cela se passe bien.

La France est un pays où la méritocratie est importante. (l’anonymat aux examens, le système de bourses sociales du CROUS..).

Parfois il faut se battre pour ce qu'on veut.

Je fais des études littéraires et scientifiques.

Je ne dis pas que c'est le monde des bisounours, mais je vois ça comme un jeu.

Il y en a qui ont des avantages ( parents profs, de l'argent....) et d'autres qui en ont moins ou pas du tout.

Mais avec le travail et du temps, les deux sont au même niveau.

Rencontrer des étudiants d'un autre milieu social  m'a d'ailleurs donné envie de persévérer. 


Certains élèves ont des parents professeurs, ingénieurs, chercheurs etc, tant mieux pour eux. Il ne faut pas leur en vouloir, ou les pointer du doigt ! En général ce sont des gens vraiment sympas, pas prétentieux et ouverts d'esprit.

Ensuite ces élèves fils de prof ou autre, même si ils ont un certain avantage, ils bossent énormément aussi et ils ont du mérite. Et ce n'est pas parce que tu as des parents ingénieurs, que tu vas forcément réussir.

Tu peux quand même te cultiver même si tes parents ne sont pas profs. ( Pour l'argent beaucoup de livres classiques sont proposés en occasion à 1 ou 2 euros, tu peux emprunter gratuitement des livres à l'université...)

Sur internet également tu as plein de ressources gratuites.


« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » Oscar Wilde

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Je ne crois pas qu'il y ait une volonté de quelques uns de monopoliser le savoir. Je ne crois pas non plus que la méritocratie soit importante en France, où les aides sociales sont insuffisantes, où le privé prend de plus en plus de place (c'est évident dans le médical et le paramédical, mais il me semble que ça s'impose partout). Si je puis me permettre, la méritocratie ne consiste pas à faire des études, elle consiste à ce qu'on puisse connaître une progression sociale par le mérite, notamment académique. Or, le problème me semble bien résider dans le fait qu'en France, ceux qui peuvent vivre grâce aux humanités sont globalement des gens qui viennent d'un milieu à fort capital culturel et / ou financier.

Bref, plutôt qu'un complot, je dirais plutôt qu'il y a un système inégalitaire où les inégalités s'accroissent (notamment en raison des moindres moyens donnés à l'Education nationale et à l'Enseignement supérieur et à la recherche).

7 (Modifié par Quentin7 16/08/2017 à 18:31)

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

@Artz Pour toi les aides sociales sont insuffisantes ? Je trouve plutôt qu'elles sont suffisantes et si on compare avec d'autres pays nous avons de la chance en France de les avoir.

Oui la méritocratie c'est une progression sociale par le mérite. Cette progression sociale passe notamment par le niveau académique donc les études.

"Or, le problème me semble bien résider dans le fait qu'en France, ceux qui peuvent vivre grâce aux humanités sont globalement des gens qui viennent d'un milieu à fort capital culturel et / ou financier."

Ce n'est pas vrai, il y a énormément d'étudiants à l'université/IUT ou en CPGE  ( en filière littéraire ou scientifique) qui sont boursiers et qui peuvent faire des études grâce à ces bourses, que ce soit des bourses au mérite , ou des bourses de l'enseignement supérieur.

Ensuite comme dit avant, même si on vient d'un milieu ouvrier on peut quand même se cultiver et acquérir une culture littéraire, philosophique, scientifique...


Au contraire l’Education Nationale a plein de moyens pour lutter contre les inégalités sociales.  (Notamment la possibilité pour tous les élèves de faire du Latin-Grec Ancien ou d'aller en Section Euro), il y a des remises à niveau...

Les élèves ont aussi un certain nombre de choix concernant les lycées. ( Choisir un bon lycée en ville avec des options intéressantes qui permettra à ces élèves de faire de nouvelles rencontres, d'avoir accès à une autre culture... )

Didier Eribon raconte sa rencontre amicale avec un  fils de professeur d'université et cette rencontre est très importante dans son parcours de transclasse.

L'école publique est gratuite et de bonne qualité.

Concernant l'enseignement supérieur les Boursier Crous sont exonérés des droits d'inscriptions ,sinon c'est 400 euros et quelque mais c'est quand même moins cher par rapport a d'autres pays, il y a des aides ponctuelles et d'urgences du crous, des aides qui peuvent exonérer des droits d'inscriptions les étudiants qui ont des difficultés...

Les CPGE sont gratuites aussi...

Le prêt étudiant garanti par l'Etat  permet aussi à des étudiants n'ayant pas beaucoup de moyens financiers et dont les parents ou autres ne peuvent pas se porter caution, de bénéficier d'un prêt afin de faire des études ou de payer un logement.

On peut même prolonger la date de remboursement.

Concernant les logements étudiants les aides sont assez importantes (APL,ALS...).

L'université forme de très bons chercheurs ( littéraires ou scientifiques).

Peut-être qu'il y a plus d'étudiants des milieux aisées, mais ce n'est pas ça l'important, l'important c'est que peu importe du milieu social auquel on vient, si on est motivé, on peut réussir tout autant que les autres et rejoindre un autre milieu social.

Le film "Moi Daniel Blake" montre qu'il y a quand même une grande différence entre le système britannique et le système français qui  lui est un système  plutôt solidaire.



C'est mon humble avis de jeune étudiant optimiste.

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Je réponds à la volée :

Les aides sociales permettent-elles aux étudiants d'en vivre ? Echelon 5 (soit le maximum) : 3500 euros/an. A cela s'ajoute les APL, il est vrai. Donc, a priori, non, ça n'est pas suffisant.

Je n'ai sans doute pas été clair : faire des études, dans un système éducatif qui n'est pas sélectif à l'entrée, ne signifie pas qu'il y a eu une ascension sociale. Beaucoup de gens peuvent faire des études de lettres. Beaucoup moins de gens peuvent vivre des lettres (par exemple, en obtenant le CAPES ou l'agrégation). Or, si être au chômage après des études de lettres ne veut pas dire que c'était vain (les choix de vie n'obéissent pas tous à un objectif de rentabilité, du moins on peut l'espérer), j'aurais tout de même du mal à parler de méritocratie dans ces conditions.

Tous les élèves ne peuvent pas aller en Latin/Grec ou en euro, cela dépend où on est (les langues anciennes disparaissent de plus en plus des collèges des petites villes).

Le prêt étudiant en France a un taux d'intérêt choisi par la banque partenaire, ce qui n'est pas le cas dans tous les pays européens (ex : au Royaume-Uni où il est à taux 0). Il est limité à 15 000 euros, ce qui n'est pas suffisant dans un certain nombre de cursus où le master devient inévitable et/ou les frais d'inscription sont supérieurs à ceux de l'université.

Dans les grandes écoles, le taux de boursier est inférieur au taux national. Il me semble (mais je n'ai pas réussi à trouver confirmation sur google) que c'est également le cas en général à partir du master.

Quant à "I, Daniel Blake", c'est un tout autre problème, qui est celui du NHS (la sécurité sociale britannique). Il se trouve que je vis en Angleterre, donc on peut discuter de la comparaison France - Angleterre, si tu veux, mais je ne suis pas convaincu que ce soit vraiment nettement mieux en France qu'Outre-Manche.

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Artz a écrit :

Les aides sociales permettent-elles aux étudiants d'en vivre ? Echelon 5 (soit le maximum) : 3500 euros/an.

Non. A l'échelon 5, le montant est de 4505 €, et il y a 7 échelons (5 551 €).
https://www.aide-sociale.fr/simulation- … rse-crous/

Commencer des études de lettres modernes à 25 ans

Bonjour,

Je n'ai pas lu les réponses précédentes, donc je vais peut-être répéter quelques petites choses.
Alors moi j'ai 22 ans et après un parcours scolaire chaotique je rentre en L1 lettres modernes. Je me dis et tout le monde me dit qu'il n'est jamais trop tard. Bien au contraire. On a la chance d'avoir acquis une certaine maturité qui aide quand même beaucoup à la fac. Ce qui importe c'est ce que tu te sentes bien dans ce que tu fais.
Par contre je ne sais pas où tu en es dans tes démarches, mais pour ma part j'ai un bac ES à 19 ans et j'ai plus m'inscrire pour septembre via admission post bac. Tu peux encore si tu veux t'inscrire pour septembre selon s'il y a de la place. Par contre il faut vraiment se dépêcher parce que c'est un dossier important à compléter.
Pour ma part je dois payer environ 400 euros pour l'inscription (sécu et fac).
Enfin bon courage, et n'hésites pas à poser des questions !