1

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

Est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer la différence entre l'usage du plus-que-parfait et celui du passé antérieur dans cet extrait de la Symphonie pastorale de Gide?

J’ai dû laisser quelque temps ce cahier.
     La neige avait enfin fondu, et sitôt que les routes furent redevenues praticables, il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombre d’obligations que j’avais été forcé de remettre pendant le long temps que notre village était resté bloqué. Hier seulement, j’ai pu retrouver quelques instants de loisir.

Pourquoi, dans la deuxième phrase, le narrateur emploie-t-il le passé antérieur alors que la clause principale "il m'a fallu m'acquitter d'un grand nombre d'obligations" est au passé composé.  Il utilise d'ailleurs le plus-que-parfait dans la même phrase pour situer une action dans le même temps ("La neige avait enfin fondu").  Peut-être que la présence de "sitôt que" exige le passé antérieur, mais, dans ce cas, pourquoi "il m'a fallu m'acquitter..."? 

Je devrais ajouter que le récit mêle deux temps différents--celui de l'énonciation (le narrateur qui écrit dans son journal intime--prépondérance de présent et du passé composé) et celui de l'histoire qu'il raconte (ici le passé simple domine).

Merci de votre aide!je voulais dire passé "antérieur", bien sûr...

2

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

Bonjour McConnell

Cette page devrait te donner la solution.
Ici.

Le plus-que-parfait est ici employé pour son antériorité et son aspect accompli.
Avant de devoir s'acquitter, le narrateur a constaté que la neige avait complètement fondu.
Le passé antérieur est employé à la place d'un passé simple (ou pour marquer l'antériorité immédiate par rapport à un passé simple).
On pourrait réécrire la phrase selon cette formule : "Sitôt que les routes devinrent praticables, je dus m’acquitter d’un grand nombre d’obligations…"
Le plus-que-parfait peut se justifier par le fait que la fonte des neiges a dû être lente, tandis que le passé antérieur marque le passage rapide de l'indisponibilité des routes à leur disponibilité.

Il faut noter que Gide mêle les temps du discours, le passé composé, à ceux du récit, passé antérieur généralement associé au passé simple, et plus-que-parfait.

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

Bonjour à tous
     < La neige avait enfin fondu, et sitôt que les routes furent redevenues praticables, il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombre d’obligations que j’avais été forcé de remettre pendant le long temps que notre village était resté bloqué. Hier seulement, j’ai pu retrouver quelques instants de loisir. > ( Gide)

Moi aussi,  comme notre ami McConnell, ne peux pas comprendre l’usage des temps de Gide. Moi, je n’arriverai jamais à comprendre les nuances subtiles des temps. Pourquoi Gide, a-t-il le droit de jouer avec les temps et que tout le monde accepte ses phrases d’être correct sans question?
Il me semble que le passé antérieur n’est pas compatible avec les autres temps. J’ai remarqué qu’il emploie le mot « Hier »  - évidemment il y a un lien avec le temps de l’annonce. Tous les temps employés sont compatible avec cette idée sauf le passé antérieur - pourquoi n’a-t-il pas employé le passé surcomposé dans la subordonné du temps pour exprimé quelque chose accompli antérieur au passé composé de la principale ?
…. et sitôt que les routes ont été redevenues praticables il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombres d’obligations.

Je suis sûr qu’un apprenti étranger comme je le suis, en rencontrant une question dans un examen comme
Mettre le verbe entre parenthèses au mode et au temps  qui conviennent.
« …et sitôt que les routes furent redevenues praticables (falloir) m’acquitter d’un grand nombre d’obligations …. »
Si j’écris (comme Gide a fait)
…et sitôt que les routes furent redevenues praticables il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombres d’obligations ….
Ça serait fautif – zéro point
…et sitôt que les routes furent redevenues praticables il me fallut m’acquitter d’un grand nombre d’obligations ….
Félicitation ! – réponse correct – 1 point
J’ai appris que
« Aussitôt que les routes furent redevenues praticables » est une subordonnée du temps. L’auteur a choisi le passé antérieur pour exprimer une action achevée, (accomplie) et une action antérieure au temps des actions de la principale. Puis on doit choisi le passé simple dans la principale parce que le passé antérieur est le temps antérieur au passé simple.
Ou si la phase dans l’examen est
…et sitôt que les routes (redevenir) praticables il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombre d’obligations ….
La reponse correct serait
…et sitôt que les routes ont été redevenues ( passé surcomposé) praticables il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombres d’obligations ….
Gide, a-t-il le droit de jouer avec les temps parce qu’il est un grand écrivain où bien est-il un grand écrivain parce qu’il savait jouer avec les temps?
Wyn

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

Gide ne "joue" pas avec les temps du passé, il les utilise à bon escient
     La neige avait enfin fondu, et sitôt que les routes furent redevenues praticables, il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombre d’obligations que j’avais été forcé de remettre pendant le long temps que notre village était resté bloqué.

Comme dit Jean-Luc, il y a un passé qui a duré longtemps, la fonte des neiges, le village bloqué, le fait qu'il soit forcé de remettre ses démarches ; cela a duré plusieurs jours ou semaines, dailleurs il l'énonce : le long temps
La neige fond, et du coup les routes redeviennent praticables, c'est beaucoup plus bref et plus proche de son présent ; donc passé antérieur par rapport au passé composé de "il m'a fallu m'acquitter"
"Sitôt que" conforte cette concordance des temps ; il s'oppose à "le long temps"
Donc dans l'ordre
Le village est bloqué, il remet ses obligations, la neige fond : tout cela est parfaitement fini dans le temps > plus-que-parfait
Les routes sont praticables > passé antérieur
Il s'acquitte de ses obligations avant que de reprendre son cahier (donc avant hier) dès qu'il peut circuler > passé composé, retour dans le présent

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

Désolée Mc Connell j'ai fermé l'autre discuss sur Gide, alors que la problèmatique n'est pas tout-à-fait la même, et je n'arrive pas à la rouvrir
Ça marchera peut-être tout-à-l'heure  C'est réparé ! 

6 (Modifié par estebanasecas 19/01/2017 à 07:22)

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

Pourrait-on utiliser la passé simple au lieu du passé anterieur?Voici ma version

La neige avait enfin fondu, et sitôt que les routes devinrent praticables, il m’a fallu m’acquitter d’un grand nombre d’obligations que j’avais été forcé de remettre pendant le long temps que notre village était resté bloqué.

7 (Modifié par paulang 19/01/2017 à 12:58)

Différence entre le plus-que-parfait et le passé antérieur

La phrase me semble lourde, mais ce n'est que mon avis d'amateur. Sinon, le passé simple me parait même souhaitable.

La neige avait enfin fondu, et sitôt que les routes devinrent praticables, il me fallut m’acquitter d’un grand nombre d’obligations que j’avais été forcé de remettre pendant le long temps que notre village était resté bloqué.