1 (Modifié par webmestre 15/06/2017 à 14:33)

Sujets du bac français 2017, série L - Sujet d’invention

Série L - Écriture d’invention

Objet d’étude : Les réécritures, du XVIIe siècle jusqu’à nos jours

Invention : Poursuivez, en une cinquantaine de lignes, le récit de l’extrait du Vicomte de Bragelonne (texte D) : une fois dans sa cellule, l’homme au masque de fer se remémore les circonstances malheureuses qui l’ont conduit en prison et exprime avec amertume sa désolation.
Votre texte reprendra certaines caractéristiques du texte d’Alexandre Dumas.

https://www.etudes-litteraires.com/forum/style/Oxygen/sujet_bac.png

2

Sujets du bac français 2017, série L - Sujet d’invention

Bonjour/bonsoir, l'EAF est enfin passée et comme je m'y attendais, j'ai choisi l'écrit d'invention. La dissertation était envisageable mais l'invention me parlait plus. Il s'agissait de continuer l'extrait d'un roman de Dumas la consigne étant: Poursuivez, en une cinquantaine de lignes, le récit de l’extrait du Vicomte de Bragelonne (texteD): une fois dans sa cellule, l’homme au masque de fer se remémore les circonstances malheureuses qui l’ont conduit en prison et exprime avec amertume sa désolation.
Votre texte reprendra certaines caractéristiques du texte d’Alexandre Dumas.

Alors tout d'abord je tiens à dire qu'en voyant ce sujet j'étais tout heureux car il me laissait une certaine liberté, le seul bémol étant les connaissances littéraires que j'ai eu beaucoup de mal à placer car comment montrer ses connaissances personnelles dans un monologue intérieur ?
De plus, la consigne était claire et je n'y ai donc pas trouvé d'ambiguïté. Je pouvais donc commencer à structurer ma pensée et construire un plan au brouillon. J'ai d'abord présenté le personnage seul qui regarde par la fenêtre de la tour (condamnée par des barreaux) afin de contempler le coucher de soleil comme à son habitude (attachement à la liberté etc...). Ensuite les lueurs du soleil laissent place à l'obscurité de la nuit, la pénombre va alors être omniprésente dans la pièce (ici j'ai voulu montrer la solitude du Masque de fer, seul dans le noir total). Puis il trouve une lampe à huile, l'allume (rapide description de la cellule) et commence alors son monologue (j'ai indiqué qu'il pensait si fort que les mots en sortaient de sa bouche). Dans son monologue j'ai parlé très rapidement des circonstances (malheureusement), j'ai dit qu'il avait tenté d'égorger son frère Louis XIV mais qu'un garde l'en empêcha  (je m'en veux terriblement d'être passé aussi vite dessus). Ensuite j'ai surtout accentué le côté pathétique de la scène en jouant sur les sentiments c'est-à-dire avec le lexique de la tristesse, l'expression du regret, du souhait, les questions rhétoriques, les phrases négatives, les hésitations. J'ai dynamisé son monologue avec des phrases tantôt longues tantôt courtes puis parfois binaires ou ternaires. J'ai imagé son monologue avec des métaphores, comparaisons. J'ai présenté le personnage comme touché par la folie avec des contradictions mais aussi en le faisant accuser ses parents de l'avoir fait naître avec le même visage que son frère, une ressemblance qui pousse au vice, à la tentation du Diable. J'ai aussi parlé du masque qui pèse sur ses épaules et l'arrache à sa condition d'homme d'une part car il apparaît comme dénué de sentiments à cause de sa face dure et lisse et d'autre part car il est privé d'identité, il est "Maudit", voilà comme il faut qu'on le nomme. J'ai terminé avec une dimension chrétienne, le prisonnier demande au Seigneur de le faire mourir dans sa cellule loin de tous, afin de ne plus faire de mal à qui que ce soit (ici, pour signifier la désolation totale du Masque de fer qui choisit la mort comme expiation de ses pêchés mais aussi comme solution pour ne plus causer de mal à autrui).

Bon et bien, je vous ai fait une explication globalisée de mon écrit d'invention afin de vous donner une petite impression de mon travail. Personnellement j'étais très fier de mon travail au moment de rendre les copies (malgré mon tipex qui s'est renversé partout sur ma table et a tâché mes feuilles ) mais en regardant les corrigés sur internet je me suis rendu compte de d'un points TRÈS important que j'ai omis: Le sujet demandait de parler des circonstances qui l'ont conduit en prison, je ne l'ai pas vraiment traité .
Ah oui j'oubliais, le sujet demandait une cinquantaine de lignes, ce qui selon moi est une réelle contrainte car on ne peut pas vraiment laisser s'exprimer son imagination et son écriture sur quelque-chose d'aussi court...j'étais vraiment triste de devoir finir mon invention prématurément alors que j'avais encore pas mal d'idées en tête. J'ai donc au final écrit 59 lignes (la 59e était écrite en pattes de mouche afin d'être sûr de ne pas faire 60 et être pénalisé LOL).
Du coup pour conclure je dirais que même si je suis fier de mon travail je sais que j'ai fait une grosse erreur et que je le paierai dans la correction, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même ayant préféré faire prévaloir le lyrique plutôt que les faits et le concret (ou au moins les égaliser). Il n'y a plus qu'à attendre le 5 juillet pour les résultats !
Et si toi aussi tu as passé le BAC de Français, partage nous ton expérience, cela permettra à chacun de confroter ses idées avec celles des autres .

Sujets du bac français 2017, série L - Sujet d’invention

Bonjour,
Tu me sembles écrire très bien.
Si ton récit est aussi bien tourné que le récit de ta démarche, nul doute que tu auras une très bonne note.
Mais nous ne sommes pas devins et, quoique professeurs, n'avons pas ta copie sous les yeux.

Sujets du bac français 2017, série L - Sujet d’invention

Bonjour,est-ce grave si je n'ai pas réécris la dernière phrase du texte avant d'écrire la suite ?