Développer un argument dans le commentaire composé

Bonsoir,
Travaillant actuellement sur la méthode du commentaire composé, je me questionne quant au développement d'un paragraphe.
Une sous-partie correspond à un argument, suivi d'une explication et d'exemples?
Ai-je le droit pour un argument de développer plusieurs exemples? (c'est à dire, ai-je le droit de me justifier par plusieurs figures de style, ou je dois n'en choisir qu'une?)
Merci

2

Développer un argument dans le commentaire composé

Bonjour,

Il n'y a pas de règle stricte.
En fait, tout dépend du volume de tes observations.
Si elles sont nombreuses, tu auras sans doute intérêt à les regrouper.
L'important est que le regroupement des procédés illustre le même effet.

Un exemple à partir d'un extrait de Romances sans paroles de Verlaine :
« Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?"
Le poète y exprime son chagrin, sa tristesse : Voilà le fil conducteur ! Quels éléments du poème soutiennent cette déclaration élégiaque ? D'abord le vocabulaire, langueur et cœur (2), indique le champ lexical de l'affectivité. Ensuite la comparaison met en correspondance les larmes et la pluie ; le climat est à l'unisson de l'affliction du poète. La tristesse s'insinue dans l'esprit comme la pluie imbibe les vêtements. Enfin Verlaine joue sur la paronomase : « pleut » s'épand en « pleure ». La tournure impersonnelle « il pleure » décalque le vocabulaire météorologique (il pleut, il neige, il vente). Verlaine utilise des vers courts (hexasyllabes) pour une plainte rapide et accablante. Les trois derniers vers présentent un rythme binaire en 3 / 3 affectif et monotone.
Concernant les sons, nous pouvons relever plusieurs allitérations :
K (cœur, comme, quelle, qui, cœur) : le clapotis de la pluie ?
L (il, pleure, il, pleut, la, ville, quelle, langueur), consonne liquide comme les pleurs ou la pluie.
Mais aussi,
une assonance en E (pleure, cœur, langueur, cœur) doublée d’une allitération en R : voyelles aiguës ouvertes assorties du R liquide pour exprimer la souffrance vive.
et une forte proportion de voyelles nasalisées/dénasalisées (dans, mon, comme, langueur, pénètre, mon). Là, l'effet produit est l'allongement du son qui traduit l’amollissement, l'ennui et la tristesse.
Tout contribue à renforcer le sens premier perçu.

3 (Modifié par Gabrielle74 08/04/2017 à 10:50)

Développer un argument dans le commentaire composé

Un fil conducteur , c'est donc une impression ?

Développer un argument dans le commentaire composé

Un sens perçu, plutôt...

5

Développer un argument dans le commentaire composé

Ok! Mais le fil conducteur n'est pas un argument , non ?
Comment peut t-on formuler l'argument pour cette sous-partie ? Que c'est un passage élégiaque ...

6

Développer un argument dans le commentaire composé

Dans un commentaire composé, l'analyse progresse par des affirmations / idées / arguments qui répondent à un parcours de lecture.
Ici l'idée ou affirmation est indiquée en gras. Mais on aurait pu la formuler sous la forme que tu indiques.
Le but de cet exemple était de montrer qu'on peut regrouper plusieurs figures de style pour illustrer une même idée.
En revanche si tu manques d'idées, alors il convient de subdiviser le paragraphe :
Partie 1 : une strophe élégiaque
- un champ lexical de la tristesse,
- des comparaisons météorologiques signifiantes,
- des rythmes affectifs,
- des allitérations remarquables.

Développer un argument dans le commentaire composé

La notion "d'argument" au sens propre s'utilise surtout en dissertation, qui est vraiment un devoir argumentatif. En commentaire on développe des thèmes, des impressions, des interprétations sur le texte et on les justifie par des procédés d'écriture.