1

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

Bonjour,
J’essaie d’analyser la nature de l’erreur grammaticale liée au groupe de mots « quelles sont les activités qui me le permettent ? » dans la phrase suivante :
« Après la lecture d’un livre qui me marque fortement, je chemine vers ce que je ne veux pas faire : je ne veux plus vivre en ville, donc quelles sont les activités qui me le permettent ? »
J’avais d’abord pensé à un usage abusif du style direct dans une formulation de type style indirect… mais je suis revenue sur cette hypothèse qui ne me semble pas juste (si j’ai bien compris, ici on n’est pas en train de rapporter les paroles ou pensées de quelqu’un donc la question du style direct ou indirect ne se pose pas).
Du coup, j’avais proposé comme « correction » de remplacer ce groupe de mots par :
Soit : je me pose alors la question suivante : « quelles seraient les activités qui me le permettraient? »
Soit : je me pose alors la question de savoir quelles sont les activités qui me le permettent
Soit : j’essaie donc de cerner les activités qui me le permettent.
Et j’ai l’intuition maintenant que la nature de l’erreur est peut-être plutôt que la conjonction de coordination « donc » se devrait de réunir deux propositions ayant le même sujet et qu’ici on passe du sujet « je » au sujet « les activités » ce qui donne cette impression d’incorrection dans la phrase. Mais je n’ai trouvé nulle part trace de cette règle de grammaire et mon intuition cale pour trouver une nouvelle piste…
Merci par avance à la personne qui pourra m’éclairer sur la nature exacte de l’erreur commise…

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

Mais qui a dit qu'il y avait une erreur dans votre passage ?
Il est au contraire assez original de passer de la narration au monologue intérieur. Il faudrait simplement que ce monologue arrive après une ou deux autres phrases afin qu'il ne semble pas trop brusque et donc imputable à une incorrection. Le "donc" n'est pas très bon non plus.

3

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

merci pour votre réactivité !
D'accord pour l'originalité et la proposition de recomposition avec quelques phrases intermédiaires... mais comment expliquer à l'auteur ce qui fait que "grammaticalement" c'est incorrect en l'état ? ça relève de quoi ? mélange de style ? est-il vrai que donc ne peut s'employer avec un changement de sujet ? ou bien est-ce le caractère trop elliptique (d'un point de vue purement formel il manque "je me pose donc la question de savoir...") ?
merci encore

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

"Je me pose la question de savoir" serait lourd et affecté. Le problème est plutôt stylistique : la question est maladroitement formulée et sans doute trop vite amenée. Mais pour moi, ce n'est pas incorrect ou alors, à ce compte, il faudrait corriger beaucoup d'écrivains modernes !
Mais que voulez-vous dire par "expliquer à l'auteur" ?

5

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

Les conjonctions de coordination ne doivent elles pas relier deux propositions de même nature ?
Or ce n'est pas le cas ici.

6

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

Merci Jacques et Perluète pour vos retours.
Jacques,
Ce que je veux dire par « expliquer à l’auteur » : En fait ce problème se pose pour moi dans le cadre d’une sorte de « cours » que je donne à quelques personnes pour « améliorer leurs écrits professionnels ». Dans la petite partie où je traite de « relecture, orthographe, grammaire, syntaxe » j’ai voulu aborder la question de la confusion actuelle entre style direct et indirect (Michel Serres disait lors d’une émission : « Le français est en train de perdre son style indirect ») qui peut être considérée comme l’usage d’un langage « parlé » à l’écrit et décrédibiliser le support.
Voilà en gros ce que je disais :
« Il faut faire attention à l’usage du style direct camouflé en style indirect.
Le style direct correspond aux paroles directement prononcées (ou pensées) par une personne à l’oral. Normalement, le discours direct est mis entre guillemets.
Mon père me demande : « qu’est-ce que tu fais ? » « pourquoi fais-tu cela ? »
Le style indirect correspond à des propos ou pensées rapportés : 
Mon père me demande ce que je fais, quelles sont les raisons pour lesquelles je fais cela.
De plus en plus on utilise le style direct sans le signaler comme tel (sans guillemets et sans formulation l’introduisant, notamment pour l’usage de « pourquoi » et « comment ») à l’écrit. Dans une certaine mesure cela permet d’être plus percutant, mais il ne faut pas en abuser. »

Pour illustrer cela de façon à ce que ça leur soit le plus utile possible j’ai voulu m’appuyer sur l’extrait d’un texte que l’un d’eux avait rédigé. J’ai un peu modifié la phrase qui était très bancale au démarrage pour la simplifier et garder juste ce qui semblait encore « bancal » à mon oreille, c’est-à-dire cette fin de phrase introduite par un « donc » pas très heureux et dont j’ai l’impression qu’elle ne « fonctionne » pas grammaticalement. Mais je me suis, comme je le disais, trompée de problème en attribuant cela à l’usage inadapté du style direct… Du coup j’ai dit à la personne que l’exemple n’était pas bon, et que la nature de l’ « erreur » n’était pas de ce type et que je leur expliquerai la prochaine fois ce qui était en cause dans cette phrase, mais du coup j’ai du mal à l’identifier précisément…
Sauf peut-être à travers la piste que me donne Perluète…
Perluète,
Pouvez-vous m’en dire plus du coup sur les natures respectives de ces deux propositions ?
Et si cela reste une question pour vous, quelqu’un a-t-il les éléments concernant cette règle sur le fait que les conjonctions de coordination doivent relier des propositions de même nature ? (de plus j'ai vu sur un autre site que "donc" aurait tendance à être déclassé du statut de conjonction de coordination et à être vu comme un adverbe, du fait qu'on pouvait le placer ailleurs dans la phrase qu'entre les deux propositions ou groupes de mots concernés...)
Merci à vous

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

quelqu’un a-t-il les éléments concernant cette règle sur le fait que les conjonctions de coordination doivent relier des propositions de même nature ?

La règle dit que l'on ne coordonne que des éléments de même nature :

père et mère,
Pierre et Paul,
bête et méchant,
où est-il et quand reviendra-t-il ?
et ainsi de suite...



Pour le statut de dont, il suffit de consulter le Tlfi :

Conjonction, adverbe et particule de coordination, dont la place est assez mobile dans la phrase, et qui sert tantôt à relier logiquement une phrase ou une proposition à une autre, tantôt à renforcer une phrase, une proposition ou un mot.

8 (Modifié par Jehan 07/04/2017 à 18:39)

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

Un souriceau tout jeune (adjectif qualificatif), et qui n'avait rien vu (proposition relative)
(La Fontaine)
Peut-on considérer qu'il s'agit ici d'éléments de même nature ?
Riegel préfère parler d'identité de fonction syntaxique (ici, expansions du nom à valeur d'épithètes).

Pour le statut de dont

Plutôt de donc.

9

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

je ne veux plus vivre en ville, donc quelles sont les activités qui me le permettent ?

Je ne veux plus vivre en ville: proposition indépendante.
donc quelles sont les activités : proposition principale, suivie d'une proposition subordonnée relative.

Ceci étant, même si on écrivait "donc je me demande" on aurait aussi une proposition principale.

Je pense qu'il faut ici considérer "donc" comme un adverbe, et non comme une conjonction de coordination, analyse que je n'avais pas faite dans un premier temps... j'en suis désolée!

10

Analyser la nature de l’erreur grammaticale dans une phrase

Jehan a écrit :

Un souriceau tout jeune (adjectif qualificatif), et qui n'avait rien vu (proposition relative)

La virgule avant et ne change t-elle pas la donne ?