1

Relevez dans ces trois poèmes les procédés qui font l'éloge de la femme aimée

Bonjour,j'ai une question de corpus que je ne comprends pas très bien."relevez dans ces trois poèmes les procédés qui font l'éloge de la femme aimée.Les poèmes sont

Je veux mourir pour tes beautés, Maîtresse

Je veux mourir pour tes beautés, Maîtresse,
Pour ce bel oeil, qui me prit à son hain,
Pour ce doux ris, pour ce baiser tout plein
D'ambre et de musc, baiser d'une Déesse.

Je veux mourir pour cette blonde tresse,
Pour l'embonpoint de ce trop chaste sein,
Pour la rigueur de cette douce main,
Qui tout d'un coup me guérit et me blesse.

Je veux mourir pour le brun de ce teint,
Pour cette voix, dont le beau chant m'étreint
Si fort le coeur que seul il en dispose.

Je veux mourir ès amoureux combats,
Soûlant l'amour, qu'au sang je porte enclose,
Toute une nuit au milieu de tes, bras.

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son œil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair… puis la nuit ! — Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

Je pense à toi mon Lou ton cœur est ma caserne
Mes sens sont tes chevaux ton souvenir est ma luzerne

Le ciel est plein ce soir de sabres d’éperons
Les canonniers s’en vont dans l’ombre lourds et prompts

Mais près de toi je vois sans cesse ton image
Ta bouche est la blessure ardente du courage

Nos fanfares éclatent dans la nuit comme ta voix
Quand je suis à cheval tu trottes près de moi

Nos 75 sont gracieux comme ton corps
Et tes cheveux sont fauves comme le feu d’un obus
qui éclate au nord

Je t’aime tes mains et mes souvenirs
Font sonner à toute heure une heureuse fanfare
Des soleils tour à tour se prennent à hennir
Nous sommes les bat-flanc sur qui ruent les étoiles

Dois-je parler par exemple que Bauleraire fait plutôt une description physique  et dois je citer les adjectifs qualificatifs,,les comparatifs,les superlatifs...... en fait ,je ne sais pas trop
Merci de m'aider

2

Relevez dans ces trois poèmes les procédés qui font l'éloge de la femme aimée

Bonjour,

Il y a d'abord l'omniprésence de la femme qui envahit totalement la conscience de son amant.
Puis la mort qui est en assonance avec l'amour.
Tu as aussi l'image du combat...

Enfin stylistiquement, pour renforcer ces thèmes, relève les anaphores, les métaphores (filées), les procédés affectifs, les hyperboles... tout emploi au service du lyrisme.

3 (Modifié par hanneton 28/02/2017 à 12:10)

Relevez dans ces trois poèmes les procédés qui font l'éloge de la femme aimée

Voilà j'ai commencé pour le premier poème, pouvez-vous me dire si ça tient la route

Tout d'abord, l'éloge de la femme est présent dans les 3 poèmes. En effet, les narrateurs créent une vision valorisante de leur bien-aimée. Ainsi, dans le poème de Pierre de Ronsard, on trouve pour l'éloge de la femme, mélé à l'évocation de la mort, un champ mélioratif "bel", "doux", trop chaste","douce". Il décrit sa maîtresse  en utilisant l'adjectif démonstratif "ce" pour lui dire qu'il est prêt à mourir mais pour elle uniquement

Est-ce que ça peut aller ?