1 (Modifié par minerale 22/02/2017 à 00:01)

William James - La Vérité, quelle idole parfaite...

Bonsoir.

Voici le texte  :

La Vérité: quelle idole parfaite de l'esprit rationaliste! J'ai lu dans une vieille lettre - d'un ami doué  qui est mort trop jeune - ces mots: «En tout en science, art, morale et  religion, il doit y avoir un système qui est juste et tout autre mauvais. Quelle caractéristique de l'enthousiasme d'une certaine étape de la jeunesse! À vingt et un ans, nous sommes à la hauteur d'un tel défi et nous nous attendons à trouver le système. Il ne vient jamais à l’esprit de la plupart d'entre nous, même plus tard, que la question « qu’est-ce que la vérité »? n'est pas une vraie question (étant sans rapport avec toutes les conditions) et que la notion tout entière de vérité est une abstraction du fait des vérités au pluriel, une simple phrase utile qui résumant comme la langue latine ou la loi.

Les juges de droit parlent parfois de la loi et les maîtres d'école parlent de la langue latine, de façon à faire croire à leurs auditeurs qu'ils signifient des entités préexistantes aux décisions ou aux mots et à la syntaxe, les déterminant sans équivoque et les obligeant à obéir. Mais le moindre exercice de réflexion nous fait voir que, au lieu d'être des principes de ce genre, la loi et le latin sont l’une et l’autre des résultats. Les distinctions entre le licite et l'illicite dans la conduite, ou entre le correct et l'inexact dans la parole, ont grandi à propos parmi les interactions des expériences des hommes dans le détail; et d'aucune autre manière les distinctions entre le vrai et le faux dans la croyance grandissent toujours.

La vérité se greffe sur la vérité précédente, la modifiant dans le processus, tout comme l'idiome se greffe sur l'idiome précédent, et la loi sur la loi précédente. Une loi antérieure et un cas original, fera que le juge les transformera en une nouvelle loi. Idiome précédent; nouveau argot ou métaphore ou bizarrerie qui frappe le goût du public - et presto, un nouvel idiome est créé. Vérité antérieure; faits nouveaux: - et notre esprit trouve une nouvelle vérité.William James, Le pragmatisme

Pouvez vous m'aider pour le commentaire de texte et ensuite développer les trois parties à expliquer . Je ne suis pas bonne en philosophie.

Pouvez vous me répondre svp,  j'ai besoin d'aide de faire développement des parties merci ; je ne suis pas bonne.

Pouvez vous me répondre svp

2

William James - La Vérité, quelle idole parfaite...

Vous ne lisez pas les règles ou quoi ? Quel est donc ce "travail personnel préalable", ces "pistes de recherches personnelles" justifiant une demande d'"aide ponctuelle" de votre part ?

3 (Modifié par 22/02/2017 à 19:22)

William James - La Vérité, quelle idole parfaite...

Bonjour, je fais mieux, j'ai les difficultés pour la rédaction pouvez vous m'aider

Thème :
Vérité et la connaissance

Thèse : Il est possible de remettre les questions la vérité elle n'est pas inébranlable il faut l'adapter aux faits nouveaux.

Problématique: De quelle manières James conduit-il sa réflexion d'en arriver au fait que la vérité est quelque chose qui n'est pas absolue au sens où elle évolue en fonction des fait nouveaux, du temps ?


Annonce du plan :
1/ Wiliam James pose sa thèse en partant d'un exemple les jeunes gens qui cherchent d'une vérité simple et donnée
2/ Parallèle entre le juge et le professeur et leurs rapport à le vérité
3/ Comment on adapte les anciennes lois, mots et idées aux nouveaux faits et où se trouve la vérité.

Je vous remercie de votre réponse.

pouvez vous m'aider svp

4

William James - La Vérité, quelle idole parfaite...

Si la thèse est effectivement celle que vous annoncez, en revanche la problématique ne va pas du tout. Ce qu'on appelle "problématique" (ou plus simplement "problème"), c'est la (les) question(s) qu'entraîne(nt) l'adoption d'une certaine thèse et à laquelle (auxquelles) il n'est pas aisé de répondre d'emblée. Donc s'"il est possible de remettre les questions la vérité elle n'est pas inébranlable il faut l'adapter aux faits nouveaux", comme vous le dites, qu'est-ce que cela suscite immédiatement comme questionnement ? Est-ce qu'il est évident que toute vérité doive "se greffe[r] sur la vérité précédente, la modifiant dans le processus" ? Est-ce qu'il va de soi que "les distinctions entre le licite et l'illicite dans la conduite, ou entre le correct et l'inexact dans la parole, ont grandi à propos parmi les interactions des expériences des hommes dans le détail; et d'aucune autre manière les distinctions entre le vrai et le faux dans la croyance grandissent toujours" ? Quant à l'affirmation selon laquelle "la Vérité [est l']idole parfaite de l'esprit rationaliste" et qui ouvre le texte, cela vous laisse de marbre, cela ne vous fait pas réagir ? Vous ne pourrez pas construire un plan de dissertation aussi longtemps que vous n'aurez pas senti quel(s) est (sont) le(s) problème(s) que pose ce texte.