1 (Modifié par Slimy 16/02/2017 à 19:21)

Échouer en langues... que faire ?

Bonsoir à tous,

J'ai décidé de créer ce post car je souhaite exprimer mon ras-le-bol. Je suis actuellement en khâgne B/L, je suis en échec en langues et c'est simple je n'en peux plus. 

Je suis arrivée avec un niveau que je considère comme "normal" en hypo (13 de moyenne en allemand LV1 et 14 en anglais LV2 au lycée, respectivement 16 et 17 au bac). Je suis tombée de haut au début de ma prépa dans ces matières (résultats catastrophiques, en-dessous de 4) L'allemand étant ma LV1 (et de surcroît pour l'ENS, mon épreuve de spécialité -j'ai été naïve pour info au début de l'hypo ou mal renseigné plutôt, je pensais que deux ans de BL me permettrais d'atteindre un niveau correct pour cette épreuve et je regrette vraiment de ne pas avoir continué le latin ) je l'a travaille avec harnachement depuis le début de ma prépa, mais quand je vous dit avec harnachement c'est vraiment le cas : j'écoute de l'allemand tous les jours, j'ai appris énormément de vocabulaire par moi-même en plus que celui que donne le prof; au cours de ces deux ans je connais sur le bout des doigts toute la grammaire allemande, (les verbes suivis datif/accusatif/génétif, les particules séparables, les inflexions ,les verbes forts...), je lis l'actualité au moins tous les deux jours, je reprends à chaque fois mes DS et je rends des corrections, je refais les versions et les thèmes faits en classe -en plus des devoirs qu'on a faire-, je suis même partie en Allemagne l'été dernier et malgré cela c'est simple à chaque DS  je n'ai jamais dépasser le 5 pour Cachan et le 6 au dossier d'Ulm.... Je suis vraiment désespérée. Mes résultats sont hyper décourageants,  à chaque fois, il faut que je me remotive, faire abstraction de la note ainsi que celle des autres (qui sont dans ma classe très bons et font peut être le tiers de mes efforts pour avoir la moyenne..) et à chaque fois mais à chaque fois c'est l'échec, à tel point qu'à deux mois des concours j'ai tout simplement arrêté d'y croire et j'ai envie de tout abandonner dans cette matière.

En anglais, je travaillais beaucoup en hypokhâgne, cependant au vue du nombre de mes matières et du peu d'intérêt que je porte aux écoles de commerce, j'ai fais un choix au début de l'année d'arrêter de l'a travailler donc mes résultats sont désormais en adéquation avec le travail que je fournie (7 de moyenne environ).


Je voulais vous demander si c'est normal de travailler autant et d'être comme ça, en échec malgré les efforts qu'on peut fournir ? d’avoir l'impression de travailler dans le vide et d'y perdre son énergie ? Parfois cela me met en colère avant de me rendre triste, je vois bien dans ma classe les inégalités sociales qui peut y avoir entre moi et mes camarades mais le travail devrait combler ce fossé non ?

En tout cas merci à ceux qui auront pris le temps de me lire jusqu'au bout, cela me fait du bien de pouvoir écrire.

Échouer en langues... que faire ?

Salut,

Quelles sont les épreuves de langues en B/L? Traduction / Commentaire?


J'ai l'impression que c'est un problème de méthode. As-tu parlé à ton/tes professeurs de tout cela? Est-ce un problème de langue?

Pour la traduction, en général, faire des fiches sur les "pièges" (i.e. les attendus du correcteur sur tel ou tel point grammatical) permettent de s'améliorer rapidement. Une fois apprises, elles facilitent l'analyse grammaticale de ton texte (je ne connais pas assez l'anglais et pas du tout l'allemand pour te donner un exemple), et donc la traduction. Cela vaut pour la version et le thème.


Pour le commentaire... Rien que de la méthode, que ce soit en commentaire suivi ou composé.

3 (Modifié par fidji45 16/02/2017 à 21:06)

Échouer en langues... que faire ?

bonsoir

Je suis allée voir tes autres posts pour te connaître un peu.

Tu es une personne pleine d'enthousiasme d'habitude et tu adores l'histoire (bravo pour ta présentation au concours général!)

Je ne sais pas ce que tu vises après ta prépa mais pas prof d'allemand (!)

Oui les mauvaises notes c'est vraiment pénible!

Reprends tes efforts en LV2 ça va t'encourager ; La LV1 ne passe pas ? Si le reste suit à peu près , ce n'est pas dramatique .

Essaie d'apprécier ta LV1 au-delà des notes .L'essentiel c'est de pouvoir communiquer en allemand même si c'est encore imparfait ;
La roue tourne , crois -moi!!
Tu fais ce qu'il faut pour mettre toutes les chances de ton côté alors OK pour te défouler mais ne cède ni au découragement ni à la panique.
OUI il est possible d'avoir l'impression d'être devant un mur infranchissable ,mais il faut que tu continues tes efforts car il ne te reste que deux mois avant de savoir quels seront tes "vrais" résultats .

Cesse de te comparer (temps perdu)

Et FONCE!!

Échouer en langues... que faire ?

Bon. Il y a deux choses à faire qui s'imposent :

- 1. Aller voir ton professeur, lui expliquer les efforts que tu fais, et lui demander ce que tu dois faire. Tout de suite, pour éviter de perdre du temps.

- 2. Bachoter pour le concours. Il faut que tu travailles non pas l'allemand, mais les épreuves du concours (autrement dit, fais un peu de traduction tous les soirs si tu as une version, et apprends les mots rhétoriques nécessaires si tu as un commentaire). Personnellement, j'ai eu 10 au bac en anglais et 14 à l'écrit et l'oral d'Ulm parce que j'ai bachoté (ce qui n'est pas "bien" car pas intéressant). Donc c'est possible.

Ca va aller. Il y a parfois des déclics qui changent tout. Il faut y croire, mais pour cela, il faut que tu en parles avec tes khâmarades de khlâsse et avec ton professeur.

Bon courage.

Échouer en langues... que faire ?

Bonsoir,

Lorsque j'étais en khâgne option anglais, j'ai moi-même eu un petit passage à vide en thème. Rien de très grave, mes notes étaient toujours au-dessus de la moyenne, mais malgré tous les efforts que je fournissais, je stagnais... En désespoir de cause, j'ai fini par arrêter de me focaliser sur le thème, et j'ai consacré tout le temps que je passais à travailler dessus à d'autres matières. Un mois plus tard, alors que j'avais paradoxalement divisé par deux le travail fourni en thème, mes notes ont bondi de deux, trois points...

Il faut se rappeler qu'en prépa, on intègre de façon accélérée ce que l'on apprend en trois, quatre ans à l'université. On brûle donc les étapes d'apprentissage qui nécessitent parfois un peu plus de recul, un peu plus de maturité... et donc un peu plus de temps ! Pour cette raison, il est tout à fait normal de se retrouver à piétiner dans telle ou telle discipline : parce qu'on a 35h de cours par semaine, parce qu'on travaille dur le reste du temps, on se retrouve à tourner en rond, on se focalise constamment sur les mêmes choses, on rate ce qui est évident à force de couper les cheveux en quatre. L'exemple que j'ai donné ne fonctionne pas pour tout le monde bien sûr, mais pour moi, ces quelques semaines de pause m'ont permis de prendre beaucoup plus de recul que je n'en avais, de laisser tout ce que j'avais appris au cours des mois précédents se décanter doucement... et je sais que plusieurs de mes camarades ont fait la même expérience : le mode d'apprentissage accéléré qu'on suit en prépa induit parfois simplement un décalage entre le travail fourni, et les résultats.

J'espère que cela répond à ta question. Par ailleurs, dis-toi que si tu souffres en langues, d'autres ont des difficultés dans d'autres disciplines ! En tout cas, je ne peux que t'encourager à en discuter avec tes professeurs pour voir si, comme dit plus haut, cela relève d'un problème de méthodologie, ou alors de lâcher prise et de te concentrer sur d'autres matières le temps de quelques semaines. Cela ne pourra pas te porter préjudice si tes notes sont déjà très basses, et cela te permettra de travailler d'autres disciplines dans lesquelles tu sens que tes efforts portent leurs fruits, de te reposer (ne jamais oublier l'importance du repos en prépa !), et peut-être de revenir aux langues avec un regard neuf et plus de recul. Peut-être peux-tu te remettre à travailler en anglais et laisser l'allemand de côté pour l'instant par exemple ?

Bon courage !

6 (Modifié par Slimy 17/02/2017 à 15:09)

Échouer en langues... que faire ?

Merci à tous de vos réponses! Elles m'ont remonté le moral!

Mattlev, mes épreuves sont un essai et une version en 3h pour les écoles recrutant sur l'épreuve Cachan (toutes en fait sauf ulm) et pour ulm une synthèse de document en 6h, c'est un peu différent du commentaire de texte je crois. Cependant il est vrai que je ne dois pas avoir la méthode pour cette épreuve. Pour la version, le professeur m'écrit souvent que j'analyse pas assez les phrases, sauf que je ne vois pas trop où il veut en venir. 

Je lui ai déjà parlé de l'incompréhension de mes notes, il m'a simplement dit que j'avais déjà beaucoup progressé, en rajoutant une chose que je n'ai pas supporté : au grand maximum j'atteindrai le 10 à l'épreuve de Cachan (c'est pas tant la note qui m'a insupporté mais plutôt le jugement qu'il s'est fait). En gros, je suis au max quoi. En hypokhâgne je lui avais déjà demandé de l'aide, il m'a envoyé baladé en me disant qu'il ne pouvait pas m'aider et qu'il n'y avait pas de méthode miracle.

Je vois ce que tu veux dire Calia, j'ai eu une progression similaire en sciences sociales entre la 1ere et 2ème année.

Je vise les écoles d'ingénieurs après ma khâgne

Échouer en langues... que faire ?

En hypokhâgne, on m'avait dit qu'il valait que j'aille préparer Lyon, car je n'aurais pas Ulm puisque l'oral d'anglais me ferait forcément rater. Non seulement j'ai eu 14 à l'oral d'Ulm comme dit plus haut, et je n'ai donc pas raté, mais j'ai eu l'occasion, par la suite, de vérifier que mon anglais pouvait s'améliorer très nettement. Bref, il faut passer outre et réfléchir à la méthode.

Courage !

8

Échouer en langues... que faire ?

Slimy a écrit :

Je voulais vous demander si c'est normal de travailler autant et d'être comme ça, en échec malgré les efforts qu'on peut fournir ? d’avoir l'impression de travailler dans le vide et d'y perdre son énergie ? Parfois cela me met en colère avant de me rendre triste, je vois bien dans ma classe les inégalités sociales qui peut y avoir entre moi et mes camarades mais le travail devrait combler ce fossé non ?

j'ai connu la même frustration en littérature et en philo en khâgne. Pour la littérature il y eut un déclic, un jour, ça m'a redonné confiance en moi et j'ai conservé un bon niveau. En revanche pour la philo je ne suis jamais arrivée à grand choses malgré mon travail.
Il y a certes le travail que l'on fournir mais il y a aussi nos dons et facilités personnelles. J'ai toujours été assez littéraire, assez peu philosophe. Les lettres me parlent, pas la philo. Et là ce n'est plus une question de méthode ni de travail, c'est l'iniquité inhérente à notre nature humaine. Navrée si ce n'est pas très encourageant...

Comme dans les posts précédents je te conseillerais de te rapprocher de ton professeur, de lâcher un peu la pression et de te focaliser sur tes points forts.

9 (Modifié par latucancita 18/02/2017 à 14:38)

Échouer en langues... que faire ?

Bonjour Slimy,

Je ne connais pas la méthodologie des épreuves en B/L mais je pense vraiment que comme on te l'a dit, c'est ce qu'il faut travailler en priorité. Par exemple, ce que t'a dit ton professeur sur l'analyse grammaticale des phrases en version, même si ça peut ne pas sembler très clair, est à prendre en compte : il faut traiter les versions de langue vivante avec la même rigueur qu'en langue ancienne, même si on a moins l'impression d'en avoir besoin pour vraiment comprendre le texte à traduire. Ton travail - impressionnant d'ailleurs - de ton côté est certes utile pour progresser d'une manière générale en langue, mais il faut tenir compte des exigences spécifiques des exercices, qui n'ont pas uniquement à voir avec le niveau de maîtrise de la langue.

Je connais - et je pense qu'on connaît tous - des étudiants bilingues qui ont de moins bonnes notes que des étudiants qui ont parfois laborieusement appris la langue vivante dans laquelle ils passent le concours, tout simplement parce qu'ils ne maîtrisent pas la méthode de la version ou du commentaire. Il ne faut donc pas se décourager ou se dire que c'est perdu d'avance, ou que les autres ont de toute façon un meilleur niveau dans l'absolu : ce qui compte le plus, c'est, encore une fois, la méthode !

Dernier exemple : j'ai une amie qui, comme toi, avait des notes franchement basses dans sa LV1 (l'anglais) pendant toute sa prépa, alors qu'elle avait eu 18 au bac... pourtant, elle travaillait régulièrement et faisait tout ce qu'il fallait pour progresser, et avait l'impression que ça ne payait pas. Résultat, au concours, elle a eu 14,5 à l'écrit d'anglais, et c'était une de ses meilleures notes. Tous les espoirs sont donc permis si tu ne te laisses pas impressionner !

Bonne chance !

Échouer en langues... que faire ?

Ok, ok je vais appliquer vos conseils, les connaissances que vous avez et qui ont réussi me remotivent!