1 (Modifié par Diogène le Cynique1 16/02/2017 à 21:27)

Les spécialités en khâgne

Bonjour à tous,
Tout nouveau sur ce forum, je voudrais m'informer sur la question des différentes spécialités en deuxième année de classe prépa. Etant en terminale S (je m'y prends à l'avance), mais avec le désir ardent de rejoindre une hypokhâgne (pas une B/L), je voulais avoir les avis des personnes étant passés par une classe prépa pour connaître leur opinion sur la spécialité de khâgne poursuivie. Je dois encore vous dire que je ne suis aucunement fixé entre une A/L et une LSH et que l'histoire et la philosophie m'attirent autant l'une que l'autre.
Je sais pertinemment que le choix de telle ou telle spécialité est déterminé par les goûts et le projet professionnel de chacun, mais je voudrais quelques détails supplémentaires :
-Me conseillez-vous simplement de me faire ma propre opinion l'année prochaine?
-Quelle sont les options que vous diriez spontanément les plus "casse-gueules" pour les différentes ENS et à l'inverse celles qui sont réputées "plus abordables"?
-Faut-il une culture livresque à l'origine pour bien réussir son option ou est-ce que ces dernières s'appuient sur les connaissances vues pendant l'année?
-Que me conseilleriez-vous plus globalement et sur quels points retiendriez-vous mon attention pour préparer dès à présent mon cycle prépa?
J'en appelle aux ex-prépas qui auront la patience de me lire et suis persuadé que ce topic puisse intéresser les autres.
Merci encore...

2 (Modifié par Artz 16/02/2017 à 19:43)

Les spécialités en khâgne

Les lettres classiques et les langues ont le mérite d'être des disciplines plus techniques (en gros, tu travailles, ça paye), ce qui ne veut pas dire que ça soit plus facile, mais c'est plus "fiable". De la même façon, une fois à l'oral, les options rares (chinois, théâtre, musique, etc) sont en général favorisées, parce que le jury essaye toujours de mettre une excellente note à un ou deux candidats admissibles pour avoir un admis dans cette discipline.

Tu auras le temps de te constituer une culture. De même, tu auras le temps de te positionner sur A/L, LSH. En revanche, si tu veux avoir la possibilité de choisir, il est sans doute préférable de choisir un lycée qui propose les deux, sinon tu risques de devoir changer entre l'hypokhâgne et la khâgne.

Lis beaucoup.

Bon courage.

3

Les spécialités en khâgne

Tout comme Artz ; j'ajouterais que le plus "stratégique" pour le concours est de prendre en spécialité la matière où l'on réussit le mieux (en hypokhâgne, pas au niveau du lycée où ça ne veut encore pas dire grand chose, les attentes dans chaque matière évoluent quand même beaucoup). ça parait tout bête dit comme ça, mais ce n'est pas forcément la matière que l'on préfère .

Globalement les spécialités sont sur programme (sauf peut-être pour les langues vivantes ?) donc ce sont sur des connaissances que tu acquiers en khâgne, et des méthodes que tu travailles dès l'HK.

4

Les spécialités en khâgne

Merci beaucoup à vous deux de m'avoir répondu et éclairé de vos lumières et je loue également la rapidité avec laquelle m'est parvenue votre réponse.
Bonne continuation à vous

Les spécialités en khâgne

j'ajouterais que le plus "stratégique" pour le concours est de prendre en spécialité la matière où l'on réussit le mieux (en hypokhâgne, pas au niveau du lycée où ça ne veut encore pas dire grand chose, les attentes dans chaque matière évoluent quand même beaucoup). ça parait tout bête dit comme ça, mais ce n'est pas forcément la matière que l'on préfère .

Pour Ulm, je suis d'accord, puisqu'on peut très facilement se ré-orienter, mais pour Lyon, on risque ensuite de se retrouver bloqué, non ?

6 (Modifié par mattlev 16/02/2017 à 23:58)

Les spécialités en khâgne

@Artz: Ouep. Mauvaise idée à mon avis. La réorientation à Lyon est possible, mais elle est difficile (cela peut signifier valider deux M1 la même année) et jamais automatique. Et il faut être bon dans la matière visée, de toutes façons.

@Sohanelle: en option langues vivantes, les épreuves sont aussi au moins en partie (l'oral) sur programme, que ce soit pour Ulm ou Lyon, si ça n'a pas changé dans les cinq dernières années.

7

Les spécialités en khâgne

Oui c'est vrai Artz et mattlev, je disais ça vraiment dans le cas où deux matières nous plaisent et qu'on hésite entre deux spécialités, mais si on est déjà sûr de la matière que l'on veut continuer par la suite, il faut en effet faire cette spécialité dès la khâgne. C'est sûr que la réorientation est plus compliquée à Lyon, et je ne sais pas trop quelle tournure ça va prendre avec les changements de déroulement dans la scolarité qui sont en train de se faire (tout le monde rentre en L3).