1 (Modifié par K.K.O. 09/02/2017 à 11:22)

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Bonjour à tous et à toutes,

cela fait une éternité que je n'ai pas été sur le forum et j'ai fait pas mal de chemin depuis, mais je me pose encore beaucoup de questions auxquelles certains d'entre vous pourront peut-être répondre.

Pour résumer mon parcours post-bac : j'ai fait une prépa littéraire, ai intégré l'ENS de Lyon en Histoire-Géo en 2013, ai fait ma licence d'Histoire, puis mon Master 1 en Histoire et j'ai enfin eu l'agrégation d'Histoire en 2016 (avec Master 2 Professionnel). Entre-temps je me suis prise de passion pour l'Asie centrale, c'est pourquoi j'ai demandé une année de césure dans le cadre de la scolarité de l'ENS pour pouvoir prendre le temps de réfléchir à la suite.

J'étudie donc cette année à Berlin, où je suis des cours de diverses disciplines de niveau Master (sciences politiques, sociologie, économie, langues à la Freie Universität ; anthropologie à la Humboldt Universität). Au bout d'un semestre, mon intérêt pour l'Asie centrale s'est confirmé voire renforcé et j'aimerais de fait entreprendre une transition de l'histoire à l'anthropologie.

J'ai déjà contacté un certains nombre de personnes et de ce que je comprends :

- il me reste une année d'ENS à achever, possiblement en Master 2 de sciences sociales (même si je doute de l'intérêt de cette formation dans le cadre de mon projet) et je dispose de droit d'une potentielle année de césure supplémentaire au sein de ma scolarité à l'ENS. Je peux donc envisager une réorientation en maximum deux ans sans problème administratif ;

- il existe des programmes intensifs en une année explicitement destinés à des étudiants de sciences sociales (et notamment d'histoire) qui souhaitent se réorienter vers l'anthropologie dans l'idée de faire par la suite une thèse dans la discipline : principalement au Royaume-Uni (Cambridge, Edimbourg, UCL, LSE). Mais les frais très élevés de ces universités sont pour moi un frein majeur. Il existe des programmes de financement, mais apparemment très rarement accordés à des étudiants qui ne sont pas (encore) en thèse.

- il existe un Centre d'Etudes sur l'Asie centrale à la Humboldt Universität, apparemment réputé, mais en deux années pleines sans pouvoir composer tout à fait avec la scolarité qu'il me reste à achever à l'ENS.

- enfin, il existe bien sûr le département d'anthropologie de l'EHESS de Paris, en deux années. J'envisage dans ce cas de préparer le Master 2 de sciences sociales à l'ENS de Lyon et le Master 1 d'anthropologie de l'EHESS l'an prochain, puis une fois cela fait, d'enchaîner avec le Master 2 d'anthropologie de l'EHESS l'année suivante. Cette solution me semble pour le moment un bon compromis, puisque je pourrais satisfaire aux exigences de l'ENS tout en bénéficiant à terme d'une formation complète en Master d'anthropologie.

J'aimerais donc savoir :

- si d'autres personnes ont eu un parcours similaire (transition de l'histoire à l'anthropologie) ;

- si certains d'entre vous auraient un avis ou des conseils sur les différentes universités évoquées (Cambridge et autres universités anglaises, EHESS, Humboldt, voire l'université d'Amsterdam qui a également un département d'anthropologie, même si peu de professeurs y sont spécialisés sur l'Asie centrale).

- si vous connaissez d'autres formations en France, Europe ou ailleurs qui me permettraient d'arriver à mes fins ;

- il me semble que rien n'interdit d'être inscrit la même année dans deux cursus différents de deux institutions françaises distinctes, mais j'aimerais en avoir confirmation.

Merci par avance pour vos réponses !

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Salut à toi !

Je trouve ton parcours intéressant et ton projet de réorientation encore plus ! Je suis arrivé à l'école en Histoire-Géo moi aussi il y a quelques années.
Je ne pourrai pas t'aider des masses pour ce qui est de la réorientation anthropo, cela dit sur la meilleure stratégie vis-à-vis de l'école, je peux peut-être te répondre.
Effectivement il me semble que rien ne t'interdit d'être inscrite en M2 à l'ENS et en M1 à l'EHESS, quand tu vois que certains étaient inscrits en master à Sc Po en même temps qu'une formation à l'ENS. Le problème pour moi c'est plus la question de la faisabilité (mener de front les deux masters...), mais ça c'est à toi de voir ! Ca me semble être la meilleure solution également.
Sinon as-tu regardé du côté des partenariats de l'ENS avec les universités britanniques ? Tu pourrais peut-être aller y étudier sans payer les frais de scolarité (à vérifier), ou dans le cadre d'un lectorat ou autre. Je t'avoue que je ne sais pas comment ça marche, mais tant que tu es élève tu devrais profiter de ces partenariats (jette un oeil à la rubrique "Partir à l'étranger" du site ou contact directement le service Mobilités Internationales).

Bon courage pour ton projet en tout cas !

3 (Modifié par Artz 13/02/2017 à 01:12)

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Ah ! Je m'étais dit que j'allais te répondre longuement et puis, j'ai oublié. Merci Troody de relancer ce sujet.

Donc :

- il existe des programmes intensifs en une année explicitement destinés à des étudiants de sciences sociales (et notamment d'histoire) qui souhaitent se réorienter vers l'anthropologie dans l'idée de faire par la suite une thèse dans la discipline : principalement au Royaume-Uni (Cambridge, Edimbourg, UCL, LSE). Mais les frais très élevés de ces universités sont pour moi un frein majeur. Il existe des programmes de financement, mais apparemment très rarement accordés à des étudiants qui ne sont pas (encore) en thèse.

A moins que Lyon n'ait un financement spécifique pour ces universités ou que tu ne sois pas (que) français, il est relativement improbable que tu obtiennes une bourse... Par ailleurs, je pense que les dates pour postuler sont déjà passées, à Cambridge du moins.

si certains d'entre vous auraient un avis ou des conseils sur les différentes universités évoquées (Cambridge et autres universités anglaises, EHESS, Humboldt, voire l'université d'Amsterdam qui a également un département d'anthropologie, même si peu de professeurs y sont spécialisés sur l'Asie centrale).

J'ai étudié à Cambridge les sciences politiques dans le cadre d'un échange, et je fais maintenant ma thèse à Oxford. Là aussi, c'était une réorientation après l'ENS Ulm où j'étais élève en philosophie. Comme je l'ai dit avant, je ne suis malheureusement pas sûr que ce soit en Angleterre que ce sera le plus simple (ou du moins, le plus économique) de partir. Mais si, par hasard, tu veux y faire ta thèse plus tard, en revanche, envoie-moi un message privé que l'on en discute.

il me semble que rien n'interdit d'être inscrit la même année dans deux cursus différents de deux institutions françaises distinctes, mais j'aimerais en avoir confirmation.

Aucun souci.

Maintenant, ce qu'il faudrait voir c'est :
- la question de l'agrégation (félicitations !), puisque si tu veux terminer ton M2 avant de commencer ta thèse, tu vas sans doute devoir rendre des comptes à l'Etat.
- la question des contrats doctoraux spécifiques à l'ENS Lyon. En effet, peux-tu postuler en anthropologie ? Peux-tu postuler un an après la fin de ta scolarité (dans le cas où tu prendras une année pleine pour finir ton master à l'EHESS) ?
- la question de la thèse à l'étranger. En effet, à Ulm, cela entre dans le cadre du contrat décennal, mais je ne sais pas ce qu'il en est pour Lyon. Donc à vérifier si par hasard tu voulais voir ailleurs.

Par ailleurs, je suis d'accord avec Troody : l'EHESS semble la meilleure solution, même si cela te promet une année très intense. Et je crois en effet que tu devrais jeter un oeil aux accords internationaux. Attention toutefois, le lectorat est à géométrie variable, donc il peut être très exigeant sur certains postes, et moins sur d'autres. Il y a aussi des postes de recherche, qui conviendraient peut-être mieux à ce que tu cherches.

Bon courage !

4

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Hello,

Je suis aussi à l'ENS de Lyon en HG. Je ne m'y connais pas du tout en universités étrangères, mais pour compléter les réponses de mes camarades : ça vaudrait le coup de tenter de prendre une césure l'an prochain pour faire un M1 à l'EHESS puis d'utiliser ta 4e année pour faire ton M2 à l'EHESS, qui compterait pour ton M2 recherche de dernière année d'ENS. Après tout, certains valident bien leur M2 à Sciences Po en Affaires publiques ou autre dans le cadre de leur 4e année, donc pourquoi pas toi avec ton projet d'anthropo  Et tu pourrais ainsi faire une demande de contrat doc cette année-là, dans le département socio-anthropo de l'ENS.

Les normaliens en Histoire à Lyon peuvent demander un contrat doc une fois leur scolarité finie, mais ils ne peuvent plus candidater pour un contrat doc spécifique normalien, et sont classés avec les auditeurs, qui n'ont qu'un seul contrat.... des chances très réduites donc, ce qui est dommage, car tu pourrais postuler à un CDSN.

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Les normaliens en Histoire à Lyon peuvent demander un contrat doc une fois leur scolarité finie, mais ils ne peuvent plus candidater pour un contrat doc spécifique normalien, et sont classés avec les auditeurs, qui n'ont qu'un seul contrat.... des chances très réduites donc, ce qui est dommage, car tu pourrais postuler à un CDSN.

Je n'ai pas compris, Sohanelle, pourrais-tu développer ? Même si, et je m'en excuse, cela nous fait faire un pas de côté vis-à-vis de la discussion générale.

6

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Bien sûr Artz je crois que c'est pareil à Ulm aussi, il y a un assez grand nombre de contrats doctoraux donnés chaque année pour les normaliens par le ministère de l'Enseignement supérieur. Il y en a un par département qui est attribuable sur liste principale aux auditeurs libres qui effectuent leur scolarité à l'ENS. Du coup, la grande majorité des auditeurs se retrouvent sur la liste complémentaire. C'est aussi le cas des normaliens qui ont déjà fini leur scolarité à l'ENS; ils se retrouvent aussi sur cette liste complémentaire.

C'est assez compliqué ^^ Je demande un contrat doc cette année et une ancienne de l'ENS postule également, je rapporte donc ce qu'elle m'a dit

7 (Modifié par K.K.O. 13/02/2017 à 13:18)

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Merci beaucoup pour toutes vos réponses à la fois éclairantes et encourageantes !

Tout d'abord, sur les questions institutionnelles, ce que je sais :

1-Tant que je suis inscrite à l'ENS de Lyon, je peux demander un report de stage de l'agrégation, ce qui veut dire que tout va bien tant que ma 4e année précède directement une première année de thèse. Concrètement, je vais sans doute demander ma 2ème année de césure pour l'année prochaine tout en restant inscrite au Diplôme de l'ENS. Ainsi, l'année suivante (2018/2019), je serai officiellement en 4ème année, en Master 2 Recherche, avant de commencer a priori une thèse.

2- Je me suis déjà renseignée sur ce point et les statuts de l'ENS de Lyon - tout comme à Ulm, si je comprends bien - autorisent les thèses à l'étranger dans le cadre du contrat décennal. Mais je n'en suis pas là pour le moment, même si je pense que je préfèrerais faire une thèse en France ou à l'étranger, mais pas forcément à l'ENS. Pour ce qui est des partenariats étrangers : l'an dernier, les partenariats avec Cambridge étaient extrêmement ciblés (par exemple, il y avait un poste de lecteur pour historien, mais seulement sur la Première Guerre mondiale) et très souvent d'abord destinés à des anglicistes, voire à des anglicistes ayant déjà fait du lectorat. Cela me paraît assez illusoire. Quant à développer un partenariat exceptionnel pour un élève, je ne sais pas si l'ENS en a les moyens "diplomatiques", encore moins si elle serait vraiment partante de s'engager là dedans.


Mon principal souci est que j'ai exposé mon projet à l'ENS et que contrairement à ce que je pensais, l'école s'est montrée plutôt bienveillante... mais je crois qu'elle souhaite surtout que je m'inscrive dans leur nouveau Master de Sciences sociales, et pas que j'aille "batifoler" à l'EHESS. Je ne sais pas si elle serait prête à accepter que je valide ma 4e année d'école avec le M2 de l'EHESS... Mais peut-être que vous pouvez m'en dire davantage (je pense à la réponse de Sohanelle notamment, qui allait dans ce sens) ?

Ca me faciliterait bien la vie si je pouvais m'éviter ce Master 2 de Sciences sociales avec deux cours d'anthropologie des hôpitaux en France et rien du tout qui se rapprocherait un tant soit peu de l'espace qui m'intéresse. Très franchement, je n'en vois pas l'intérêt dans mon cas (même si les responsables du Master essayent de me convaincre du contraire). Sans compter qu'effectivement, je ne sais pas bien comment je pourrais concilier deux masters différents la même année, l'EHESS propose des années bien chargées en Master. La seule chose que cela m'apporterait, ce serait de pouvoir postuler à un contrat doctoral en tant que normalienne en anthropologie via la mention "Sciences sociales". Mais si j'arrive à faire valider mon M2 d'anthropologie de l'EHESS comme M2 Recherche à l'ENS, cela réglerait le problème non ?

8

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Oui en effet, ça règlerait le problème ! Effectivement ils recherchent des gens pour ce master de sciences sociales, essayent de recruter au maximum, et avec tes nouveaux centres d'intérêt ça fait de toi une proie de choix ^^ A part insister, essayer de s'adresser à d'autres interlocuteurs que ceux à qui tu as déjà parlé, je ne vois pas trop comment faire effectivement...

De l'histoire à l'anthropologie après l'ENS et l'agrégation d'histoire

Bien sûr Artz  je crois que c'est pareil à Ulm aussi, il y a un assez grand nombre de contrats doctoraux donnés chaque année pour les normaliens par le ministère de l'Enseignement supérieur. Il y en a un par département qui est attribuable sur liste principale aux auditeurs libres qui effectuent leur scolarité à l'ENS. Du coup, la grande majorité des auditeurs se retrouvent sur la liste complémentaire. C'est aussi le cas des normaliens qui ont déjà fini leur scolarité à l'ENS; ils se retrouvent aussi sur cette liste complémentaire.

Merci pour ta réponse. Le fonctionnement à Ulm est différent (ça m'aurait étonné qu'ils arrivent à s'organiser pour faire quelque chose d'analogue), mais je vois mieux maintenant !