Peut-on croire avoir dit la vérité ?

Bonjour,
Dans la réponse orale à une question de journaliste, la candidate à une importante élection  aux  Etats Unis a déclaré en novembre 2016 :
1°) «  Je crois avoir dit la vérité . »   On ne peut s’empêcher de sourire devant cet étrange aveu.
Que signifie-t-il exactement ?
Que faut-il comprendre par « croire » et par « vérité » dans cette assertion ?
Il y a une certaine forme de contradiction dans cette formulation car cette « vérité » dont il est question est en réalité un  témoignage , donc le récit de faits qui ne peuvent être démentis par son auteur   puisqu’il prétend qu’ils sont vrais par définition .
Dès lors celui ou celle qui fait cette déclaration ne peut dire qu’il « croit » avoir dit la vérité, car cela exprimerait un doute incompatible avec le contenu de la déclaration elle-même , censée être la vérité ou un témoignage donc en principe incontestable.
En fait, si elle avait voulu employer à tout prix le verbe croire, elle aurait pu dire «  je crois n’avoir rien oublié dans mes explications » . Si elle avait voulu employer à tout prix le mot « vérité », elle aurait dû dire « j’affirme avoir dit la vérité » ( bien que cette notion de « vérité » en la circonstance soit plus que discutable). 

2°) « je m’efforce de ne pas mentir » ! … encore heureux !   Cela fait aussi bien rire, car implique que la tendance normale de la personne questionnée serait de mentir,  et que pour s’en empêcher il lui faut faire un gros effort !

2 (Modifié par paulang 05/02/2017 à 16:41)

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

Chacun peut sincèrement penser que ce qu'il dit est vrai mais cependant se demander si sa vérité (ce qu'il pense) est bien la vérité. Donc, ce doute l’amène à dire Je crois avoir dit la vérité.

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

Ce n'est qu'une traduction et comme on n'a pas le verbe d'origine, on ne peut pas tirer de conclusions.

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

retrouvé en ligne :
"She said that she has “always tried to” tell the truth and doesn’t “believe” she’s ever lied or ever will in an interview on Thursday’s “CBS Evening News.”

5

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

Donc l'aveu est un peu différent de ce que tu as d'abord présenté : elle a dit qu'elle avait toujours essayé de dire la vérité et elle ne croit pas qu'elle ait jamais menti ou qu'elle mentira jamais.
("jamais", au sens positif de un jour)

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

A mon avis, celui qui croit détenir la vérité , ne peut douter qu’il la détient ( cf. Spinoza) .
Il ne peut donc se contenter d’essayer  de la dire,  mais doit l’affirmer et la proclamer. 
En fait il ne s’agissait pas de la « vérité » , mais de la relation de faits au sujet desquels  elle s’efforçait d’être exhaustive ou sincère.
Quant à dire croire qu’elle n’avait jamais menti, cela fait bien sourire en vérité, car si elle a jamais  menti ( au sens positif de « un jour ») , elle est bien placée pour le savoir exactement et non pas le croire, ce qui implique évidemment un doute de sa part, ou l’impossibilité de le démontrer c’est-à-dire la « certitude sans preuve » ( selon Alain,  mais cela serait une tout autre discussion …)

7 (Modifié par Portia 07/02/2017 à 15:24)

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

http://www.cbsnews.com/news/campaign-20 … the-truth/

Ils discutent dans la deuxième partie de l'interview de la phrase de Jimmy Carter, "I will never lie to you " le you représentant les Américains.  Il ne s'agit pas de faits discutés auparavant dans l'interview.

1ère réponse  :

Well, I have to tell you I have tried in every way I know how literally from my years as a young lawyer all the way through my time as secretary of state to level with the American people.

Clinton répond sur son passé depuis ses débuts :  " I have tried ...to level with the American people"
Sur toute sa carrière elle a essayé ...d'être franche  (to level) avec les Américains.

Ensuite

PELLEY:You talk about leveling with the American people. Have you always told the truth? "Avez vous toujours dit la vérité ?"

CLINTON:I've always tried to. Always. Always.

Et encore
Pelley revient sur la phrase de Carter "Je ne vous mentirai jamais".

PELLEY:I mean, Jimmy Carter said, "I will never lie to you."

CLINTON

:Well, but, you know, you're asking me to say, "Have I ever?" I don't believe I ever have. I don't believe I ever have. I don't believe I ever will. I'm gonna do the best I can to level with the American people.

Elle voit qu'il lui demande "avez vous jamais menti ?" et elle répond en plusieurs phrases en commençant pas des "I believe" et en terminant là où elle avait commencé à savoir qu'elle va faire de son mieux pour être franche avec le peuple américain.

C'est la troisième réponse et le journaliste n'a pas accepté les deux premières donc elle essaie encore en parlant du passé et de l'avenir pour rejeter une accusation mais sans changer sa ligne de réponse.

D'un côté on a une promesse de campagne de Jimmy Carter brillante certes mais une promesse quand même et probablement un discours et non une réponse à trouver du tac au tac.  De l'autre on a sans aucun doute des phrases plus terre à terre voire  maladroites et criblées par toutes les petites réserves des "essayé" ou  "je ne crois pas" ou  "tout ce que je peux".  Hillary Clinton reste tout de même sur sa position de base être franche avec les Américains.

Un menteur a souvent de l'aplomb et ne se soucie pas de petites nuances et de minimisations.   Il va aussi chercher à s'extraire rapidement d'une situation déplaisante et non à répondre plusieurs fois à la même question mettant en cause sa conduite.

Donc je ne souris pas en lisant les réponses d'Hillary Clinton.
N.B. elle n'a pas dit "je crois" mais "je ne crois pas"

8

Peut-on croire avoir dit la vérité ?

Au-delà des problèmes contextuels de traduction que je ne discute pas ici, l'expression (en français) "je crois avoir dit la vérité" me semble avoir plusieurs significations possibles :
- cela peut vouloir dire, littéralement, "je crois que ce que viens de dire est vrai", sous-entendu "sous réserve de vérification ultérieure", en d'autres termes "j'émets une hypothèse à laquelle j'adhère fortement mais qui n'est pas encore vérifiée" ; par exemple si je fais aujourd'hui une prédiction sur l'issue de l'élection présidentielle française, même si mes arguments sont convergents et convaincants, la vérification factuelle ne pouvant intervenir que dans trois mois, je ne puis que croire avoir dit la vérité
- cela peut aussi vouloir dire que je connais suffisamment la complexité de la psychologie humaine en général et, en particulier de la mienne, pour ne pas exclure totalement d'être de mauvaise foi, c'est-à-dire de mentir, de prime abord, à moi-même en me dissimulant réellement tout ou partie de la vérité que j'essaie de vous dévoiler ; ce phénomène que les anglo-saxons appellent self-defeating a été analysé, entre autres, par Freud, par Sartre et par Deleuze et a trouvé une illustration littéraire notamment chez La Fontaine (le Renard et les Raisins) et chez Albert Cohen (Belle du Seigneur)
- cela peut aussi n'être qu'une simple clause rhétorique, soit de redondance formelle (équivalant alors à "je persiste et signe"), soit de convenance conversationnelle (au sens de "je vous invite à me croire", sous-entendu "en l'absence de toute vérification possible").