Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

bonjour,
Je dois étudier l'emploi du pronom personnel sujet en ancien français. Pouvez-vous me dire si ce que j'ai fait est correct ou non. D'avance merci.

11Si furent agu e destroit
de biaus cops fere et de jouster
qu'i[l] s'entraloient encontrer
la ou li uns consivoit l'autre.
Lors s'en vindrent lance sor fautre*
li chevalier lez l'eschafaut.
Devant les dames par le gaut
poignent e joustent e assamblent,
que por le bruit des lances samblent
que dui ost soient assamblé,
tant q'as puceles a samblé
qu'il fu mout bons. E il si fu,
que maint chevalier coneü
i fu e maint prince aduré.
.II. jors a li tornois duré
plenierement jusqu'au tierz jor.
Ne ferai mie lonc sejor
en lor pröeces deviser,
ainz vos vueil le conte conter
si come g'en sai la matire,
e mon engin e mon sens tire
32 a conter en la verité.

Les pronoms personnels ont pour rôle de remplacer un nom, dont ils occupent la place et assument la fonction. Les pronoms personnels se déclinent selon la personne grammaticale, le nombre et le cas de leur référent.
Il convient de distinguer les pronoms personnels nominaux d'une part (P1, P2, P4 et P5), qui renvoient aux acteurs de l'énonciation sans nécessiter d'antécédent et qui sont un héritage direct des pronoms personnels latins, et les pronoms personnels représentants d'autre part (P3 et P6), dont le référent ne participe pas à l'interlocution, qui nécessitent un antécédent et qui sont issus du démonstratif latin ille, illa, illud - c'est pourquoi les pronoms représentants marquent le genre du référent, tandis que les pronoms nominaux n'ont pas de morphème générique.

L'emploi médiéval des pronoms personnels sujets constitue une transition entre l'usage latin et le français moderne : les terminaisons verbales latines suffisaient à marquer les personnes grammaticales, les pronoms personnels sujets étaient donc redondants et employés uniquement comme renforts d'expressivité ; l'évolution phonétique du système verbal aboutit à une confusion de certaines formes, et en ancien français, la désinence ne suffit plus à différencier les personnes ; pour pallier cette uniformisation, l'expression du pronom personnel sujet se généralisa, jusqu'au français moderne pour lequel elle est généralement indispensable.
À partir de la fin du XII° siècle, cette systématisation changea progressivement les pronoms personnels sujets, originellement prédicatifs, en clitiques, obligatoirement conjoints au verbe en faveur duquel ils ont perdu leur accentuation.

Période de transition, l'ancien français a un usage complexe du pronom personnel sujet : en nous appuyant sur l'étude des vers 11 à 32 de Raoul de Houdenc nous verrons dans quels cas le pronom personnel sujet peut être omis, ou être exprimé.

1. Omission du pronom personnel sujet

L'extrait de Meraugis de Portlesguezc  démontre que la systématisation que  l'expression du pronom personnel sujet n'est pas encore acquise, car on note plusieurs omission de pronoms.
vers 11  : Si furent agu e destroit : omission du pronom personnel sujet lorsque la proposition débute par "si". On note une omission car la 1ere position étant occupée par un mot tonique, la deuxième par le verbe, le pronom sujet se trouverait, s'il était employé, post-posé au verbe. Mais l'information que le pronom personnel sujet est censé transmettre a déjà été fourni par la désinence verbale. Le pronom personnel sujet est redondant.
Vers 18 : poignent e joustent e assamblent, vers 19 : que por le bruit des lances samblent  Omission du pronom personnel sujet car l'énoncé précédant comporte un sujet identique : li chevalier.
Vers 27 : Ne ferai mie lonc sejor.
omission du pronom personnel sujet je renvoyant au narrateur. L'information est donnée par la désinence verbale.
2. Expression du pronom personnel sujet

Au XII° siècle, l'usage du pronom personnel sujet est donc encore facultatif, relevant d'un souci d'expressivité ou de clarté dans l'identification des référents évoqués par le discours .
vers 13: qu'i[l] s'entraloient encontrer  ( renvoie aux chevaliers)  v.14 la ou li uns consivoit l'autre.( renvoie à damoiselle et chevalier).

L'expression du pronom ne vise pas ici à accroître l'expressivité du récit ou à clarifier le schéma actantiel. Facultatifs grammaticalement et sémantiquement, ces trois pronoms ne le sont cependant pas du point de vue de la versification, et leur présence témoigne de la lente généralisation de leur usage en ancien français, dans la construction sujet-verbe-complément qui s'imposera en français moderne.

Les pronoms personnels sujet du vers 22 qu'il fu mout bons. E il si fu, sont des pronoms impersonnels en même temps que celle des autres pronoms personnels sujets.

La prédicativité du pronom personnel sujet n'est pas illustrée dans l'extrait, le pronom étant chaque fois employé conjointement au verbe, comme en français moderne


Je ne sais pas quoi dire en conclusion.

Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

Je dois étudier l'emploi du pronom personnel sujet en ancien français. Pouvez-vous me dire si ce que j'ai fait est correct ou non. D'avance merci.
Etude de l'usage des pronoms personnels sujets dans l'ancien français  à partir d'un extrait de .........de Raoul de Houdenc (mettre la date)

11Si furent agu e destroit
de biaus cops fere et de jouster
qu'i[l] s'entraloient encontrer
la ou li uns consivoit l'autre.
Lors s'en vindrent lance sor fautre*
li chevalier lez l'eschafaut.
Devant les dames par le gaut
poignent e joustent e assamblent,
que por le bruit des lances samblent
que dui ost soient assamblé,
tant q'as puceles a samblé
qu'il fu mout bons. E il si fu,
que maint chevalier coneü
i fu e maint prince aduré.
.II. jors a li tornois duré
plenierement jusqu'au tierz jor.
Ne ferai mie lonc sejor
en lor pröeces deviser,
ainz vos vueil le conte conter
si come g'en sai la matire,
e mon engin e mon sens tire
32 a conter en la verité. 

Les pronoms personnels sujets ont pour rôle de remplacer un nom, dont ils occupent la place et assument la fonction. Les pronoms personnels se déclinent selon la personne grammaticale, le nombre et le cas de leur référent.

Il convient de distinguer d'une part, les pronoms personnels nominaux  qui renvoient aux acteurs de l'énonciation sans nécessiter d'antécédent et qui sont un héritage direct des pronoms personnels latins ,et d'autre part  les pronoms personnels représentants dont le référent ne participe pas à l'interlocution, qui nécessitent un antécédent et qui sont issus du démonstratif latin ille, illa, illud - c'est pourquoi les pronoms représentants marquent le genre du référent, tandis que les pronoms nominaux n'ont pas de morphème générique.
Les pronoms nominaux n'ont pas de morphèmes générique tandis que les pronoms représentants marquent le genre du référent (car comme je l'ai dit auparavant ils viennent du démonstratif latin)

L'emploi médiéval des pronoms personnel sujets constituent une transition entre l'usage latin et le français moderne

En ancien français et conformément à l'usage latin , le pronom personnel sujet est généralement omis :en effet les terminaisons verbales latines suffisaient à marquer les personnes grammaticales. : les pronoms personnels sujets étaient donc redondants et employés uniquement comme renforts d'expressivité. Pourtant la langue évolue et les pronoms personnels sujets sont de plus en plus exprimés .En nous appuyant sur l'étude des vers 11 à 32 de Raoul de Houdenc nous étudierons dans quels cas le pronom personnel sujet peut être omis ou au contraire exprimés.

1. Cas/exemples où le  pronom personnel sujet est omis.

L'extrait de Meraugis de Portlesguezc  démontre que la systématisation que  l'expression du pronom personnel sujet n'est pas encore acquise, car on note plusieurs omissions de pronoms:
vers 11 " Si furent agu e destroit" : la proposition débute par "si"(expliquer la signification de "si" "si" =............) Ainsi la 1ère position est occupée par un mot tonique, la deuxième par le verbe: le pronom sujet se trouverait, s'il était employé, postposé au verbe. Mais l'information que le pronom personnel sujet est censé transmettre a déjà été fourni par la désinence verbale.Le pronom personnel sujet est omis.
Vers 18 :" poignent e joustent e assamblen" vers 19 :" que por le bruit des lances samblent " : l'énoncé précédent comporte un sujet identique :" li chevalier". Omission du pronom personnel sujet.
Vers 27 :" Ne ferai mie lonc sejor.
À partir de la fin du XII° siècle, cette systématisation changea progressivement les pronoms personnels sujets, originellement prédicatifs, en clitiques, obligatoirement conjoints au verbe en faveur duquel ils ont perdu leur accentuation

2. Cas/exemples où le pronom personnel sujet est exprimé.

Au XII° siècle, l'usage du pronom personnel sujet est donc encore facultatif mais par souci d'expressivité ou de clarté dans l'identification des référents évoqués par le discours , il commence à apparaître.

vers 13:" qu'i[l] s'entraloient encontrer " ( renvoie aux chevaliers)

vers14" la ou li uns consivoit l'autre "( renvoie à damoiselle et chevalier).

L'expression du pronom ne vise pas à  accroître l'expressivité du récit ou à clarifier le schéma actantiel . S'ils sont facultatifs grammaticalement et sémantiquement, ces trois pronoms ne le sont cependant pas du point de vue de la versification, et leur présence témoigne de la lente généralisation de leur usage en ancien français, dans la construction sujet-verbe-complément qui s'imposera en français moderne.

vers 22:" qu'il fu mout bons. E il si fu," les pronoms personnels sujets aussi sont des pronoms impersonnels .( A VERIFIER, c'est ce que j'ai compris car la phrase de départ était très confuse; si ce n'est pas cela;pas de problème)

Il est à noter que :
La prédicativité du pronom personnel sujet n'est pas illustrée dans l'extrait, le pronom étant chaque fois employé conjointement au verbe, comme en français moderne .


Ainsi nous avons vu que:

L'emploi médiéval des pronoms personnels sujets constitue une transition entre l'usage latin et le français moderne : les terminaisons verbales latines suffisaient à marquer les personnes grammaticales, les pronoms personnels sujets étaient donc redondants et employés uniquement comme renforts d'expressivité ; l'évolution phonétique du système verbal aboutit à une confusion de certaines formes, et en ancien français, la désinence ne suffit plus à différencier les personnes ; pour pallier cette uniformisation, l'expression du pronom personnel sujet se généralisa, jusqu'au français moderne pour lequel elle est généralement indispensable.
À partir de la fin du XII° siècle, cette systématisation changea progressivement les pronoms personnels sujets, originellement prédicatifs, en clitiques, obligatoirement conjoints au verbe en faveur duquel ils ont perdu leur accentuation.
(L'oralité de la langue qui va  brouiller les messages ainsi que le respect de la versification des textes poétiques entraîneront un ajout de plus en plus fréquent de pronoms personnels sujets pour aboutir au fils des siècles au français moderne..: j'ai regroupé les deux idée fortes ensemble, il y a peut-être d'autres causes mais je pense que vous pouvez avancer que ce sont deux causes majeures: l'oralité dans ttes les langues est la cause de l'évolution d'une langue et on pourrait même dire que la versification est là pour l'oralité aussi afin d'équilibrer un poème parlé. Bien sûr libre à vous d'ajouter cela)


(Je ne sais pas ce que vous pensez de l'idée de mettre une partie de votre introduction en conclusion car c'est après avoir étudié l'œuvre que vous pouvez en venir à des réflexions générales et qui découlent de votre travail)
Je ne suis pas une spécialiste mais j'ai analysé vos termes et les mots que vous employez et j'ai essayé d'organiser votre texte différemment car il a été clair pour moi que "vous tiriez ttes vos cartouches "dés le début. J'espère que cela vous convient .

3

Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

Oui, c'est la remarque que j'aurais faite aussi. Trop charger l'introduction est un défaut classique.

Autrement, rien à dire, si ce n'est que vous avez oublié une occurrence :
si come g'en sai la matire

Une erreur au tout début :
"Les pronoms personnels sujets ont pour rôle de remplacer un nom"
Non, car, comme vous le dites ensuite, c'est le cas du seul pronom de la troisième "personne".
Il me semblerait opportun de signaler que la grammaire moderne parle justement d'indices personnels et non de pronoms pour les 1P 2P 4P 5P.

4 (Modifié par fidji45 09/01/2017 à 17:23)

Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

bonjour Jacques

Quelle est la signification de "si"?
J' ai trouvé "il" et "et il" je crois mais si c'est "se"

Curiosité....merci

5 (Modifié par jacquesvaissier 09/01/2017 à 20:09)

Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

si, c'est le mot à tout faire en AF ; issu du latin sic, sa valeur originelle est consécutive ou temporelle, mais il en vient à assumer une fonction de coordination parfois purement stylistique ou expressive. Le mot entre aussi dans certaines locutions conjonctives comme si com(e) (cf italien siccome).
Cette "particule" ne doit pas être confondue avec se (si dans certains dialectes et en FM), issu du latin si, et qui est la conjonction hypothétique universelle.   

Je ne résiste pas à vous copier ces quelques lignes de la Queste del Saint Graal, roman en prose du XIIIème siècle (éd. Champion), prises presque au hasard :

Quant ils ont les lettres leues, si comencent a rire et dient que ce sont merveilles a veoir et a oïr.  "Sire, fet Perceval, tornez ceste espee, si verroiz qu'il a de l'aultre part." Et il la torne maintenant sus l'autre costé. Et quand il l'ot tornee, si virent que ele estoit rouge come sanc de l'autre part, et si i avoit letres qui disoient : ... 

C'en est fatiguant à la longue !

Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

Merci à tous les deux pour votre aide... précieuse.

Ancien français - L'emploi du pronom personnel sujet dans un texte de Raoul de Houdenc

merci beaucoup Jacques !!!