Apollinaire, Hôtels

Bonjour, je fais appel à ce site car je bloque sur un poème : Hôtels de Guillaume Apollinaire. En effet, j'admire la plume de ce poète et j'ai beaucoup aimé son recueil Alcools seulement un point noir vient et c'est ce poème dont je ne comprends pas la signification, j'ai beau me laisser aller comme dit notre prof de français (1ere L )retourner dans tous les sens, il me trouble et je n'en saisis pas le sens. Merci d'avance de votre aide, voici le poème :

La chambre est veuve
Chacun pour soi
Présence neuve
On paye au mois

Le patron doute
Payera-t-on
Je tourne en route
Comme un tonton

Le bruit des fiacres
Mon voisin laid
Qui fume un âcre
Tabac anglais

Ô La Vallière
Qui boite et rit
De mes prières
Table de nuit

Et tous ensemble
Dans cet hôtel
Savons la langue
Comme à Babel

Fermons nos portes
À double tour
Chacun apporte
Son seul amour

Apollinaire, Hôtels

Bonjour.

Tous ensemble dans l'hôtel... mais chacun est seul.
Des instantanés évocateurs.

Apollinaire, Hôtels

Tout à fait. Je ne sais pas pourquoi on s'ingénie à trouver ce poème peu lisible. Certes, on ne peut pas tout "décrypter" - et ce n'est pas souhaitable - mais il y a pire en matière d'hermétisme chez Apollinaire.
L'origine de ce poème serait la pension occupée par le poète vers 1900 rue de Constantine à Paris, mais le pluriel du titre montre que le poème est plus un "kaléidoscope" que le rappel d'un lieu précis.

Apollinaire, Hôtels

Merci pour vos réponses, en revanche c'est réellement celui qui me semble le plus flou du recueil je vous assure    Merci encore

Apollinaire, Hôtels

Alors tant mieux !