1 (Modifié par Eva2004 20/09/2016 à 19:59)

Jusque-là et jusque là

Bonjour,


Si j'écris : "Jusque-là, j'ai cru que...", je parle d'un moment précis dans le temps.

Mais lorsque "là" signifie un lieu, comme dans la phrase suivante : "Je ne savais plus si j’avais bien fait de venir jusque là", il me semble que je ne devrais pas mettre le trait d'union. Ai-je raison de la croire?

Merci de vos réponses.

2

Jusque-là et jusque là

D'après mon Larousse, il faut mettre un trait d'union pour l'espace comme pour le temps.

3

Jusque-là et jusque là

Bernardin de Saint-Pierre n'en mettait pas, si l'on en croit le TLF :

d) Loc. adv., cour.
♦ Jusqu'ici, jusque(-)là. Jusqu'à cet endroit-là, jusqu'à ce lieu. La lame interne de la capsule, qui peut seule le produire [l'émail], ne s'étend pas jusques là (Cuvier, Anat. comp., t. 3, 1805, p. 118).Si je parvenais jamais jusque là, je serais obligé de marcher courbé (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 288).Or, ce matin, je suis arrivé jusqu'ici... (...) − en allant de porte en porte (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 163).

4

Jusque-là et jusque là

De fait, on ne voit pas très bien à quoi sert le trait d'union, aussi bien pour le temps que pour l'espace.

Jusque-là et jusque là

Merci Lamaneur. Ton exemple cité de Simenon me laisse supposer que j'avais raison de faire une différence.

6 (Modifié par Spalding 26/09/2016 à 17:41)

Jusque-là et jusque là

Si "jusque là" peut s'écrire sans trait d'union pour l'espace, il en va aussi de même pour le temps. Voici un extrait de l'écrivain martiniquais Patrick Chamoiseau :
http://www.lyon.fr/evenement/theatre/jusque-la_1.html

Jusque là, ils étaient nomades. Jusque là, nous étions établis. Jusque là, rien ne nous faisait imaginer un autre mode de vie. Jusque là, l’urgence d’en trouver un autre ne nous apparaissait pas. Là, ils se sédentarisent. Et nous, nous devons partir pour l’inconnu. Cherchons, courrons, dansons, chantons, jouons – mais ne parlons pas trop : partons ! Là où l’errance effleure, affleure, préserve et goûte avec sobriété, l’esprit sédentaire conquiert, renverse, exploite, épuise.

Mon conseil à Eva : choisissez un système cohérent ! Écrivez "jusque-là" avec trait d'union dans tous les cas de figure, comme le préconise mon Larousse ; ou écrivez toujours "jusque là" sans trait d'union, comme le font divers écrivains !

7 (Modifié par Delia 26/09/2016 à 18:01)

Jusque-là et jusque là

Cherchons, courrons, dansons, chantons, jouons

Il a vraiment écrit, cela, Chamoiseau ? Woaille papa !

8 (Modifié par Spalding 26/09/2016 à 18:22)

Jusque-là et jusque là

Comme j'ai dit, les doubles consonnes sont très incohérentes : "donation" (un N) mais "donner" (deux N) ! Il est donc légitime de faire n'importe quoi dans ce domaine ou presque.

Plusieurs linguistes proposent d'ailleurs de supprimer toutes les doubles consonnes, sauf pour la prononciation, distinguer des homophones ou à la jonction de deux mots.

Voici par ailleurs un article Wikipédia sur Patrick Chamoiseau, lauréat d'un prix Goncourt : https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Chamoiseau

9 (Modifié par Jehan 26/09/2016 à 19:01)

Jusque-là et jusque là

Bien sûr que Patrick Chamoiseau sait conjuguer le verbe courir et qu'il n'a pas écrit cela. Seule la dernière phrase est de lui.
http://ecarts-identite.org/french/archi … rance.html

10 (Modifié par Spalding 26/09/2016 à 19:05)

Jusque-là et jusque là

Le théâtre de Lyon attribuerait indument des phrases à Patrick Chamoiseau. Décidément, il faut toujours se méfier !