1 (Modifié par Invité 11/09/2016 à 14:16)

Goût double !

Chers utilisateurs du forum,

J'aimerais vous faire part d'une question que je me pose depuis quelque temps et solliciter votre avis. Depuis que je fréquente ce forum que j'apprécie beaucoup, je n'ai pu m'empêcher de voir un développement non négligeable des questions en lien avec des doubles cursus. Qu'il s'agisse de doubles licences ou de doubles masters, il semble que les étudiants - et les universités - aient le goût du double. Soit !

Il y a une dizaine d'années, j'ai fait une licence simple puis une maîtrise simple, avant de passer le double concours de recrutement des enseignants. J'ai d'ailleurs dû doubler l'année d'agrégation... Or, je me rappelle très clairement que j'avais beaucoup de travail et que je ne me serais jamais cru capable de préparer une autre licence en même temps que celle que je préparais déjà !

Je ne peux donc m'empêcher de me demander comment les étudiants qui fréquentent ce forum font ou feront pour faire simultanément deux licences, alors que j'ai eu tant à faire pour en obtenir une seule. Bien entendu, j'ai quelques éléments de réponse : leur licence de lettres, couplée à une autre licence, ne sera pas tout à fait la même que celle que j'ai préparée. Du latin ? Me miserum ! De l'ancien français ? Que nenni ! De la littérature ? Avec plaisir, en 9 CH s'il vous plaît !

J'avoue que je ne comprends pas très bien ce qui se passe dans les universités. Dois-je comprendre que j'étais un étudiant lent à travailler et peu ambitieux ? Dois-je plutôt comprendre que les études de lettres ont changé ? Je ne sais pas ce que je dois penser de tout cela.

Je serai content de connaître votre point de vue sur la question.

Je vous souhaite à tous une bonne rentrée.
FC.

2 (Modifié par Titania91 11/09/2016 à 14:55)

Goût double !

Je connais mal les intitulés mais il me semble qu'il y a des "doubles licences" aménagées mais aussi des licences indépendantes que l'on peut coupler (je ne sais pas si c'est très clair).

Pour ma part j'ai fait deux L3, indépendantes l'une de l'autre : lettres et Histoire (en conservant latin et AF ), j'étais juste délivrée de l'UE mineure de chaque licence. ça ne me demandait pas plus de travail qu'en khâgne; j'avais choisi de privilégier les lettres et de travailler l'histoire avec moins de constance.

3 (Modifié par Laoshi 11/09/2016 à 18:56)

Goût double !

Bonsoir,
En fait, c'est plus facile pour les élèves qui après le bac sont allés en classes préparatoires et ont reçu un enseignement pluridisciplinaire déjà d'un bon niveau. S'ils n'ont pas réussi le concours de l'ENS, ils sortent au moins de ces deux ou trois ans d'études avec une équivalence des deux premières années de tous les enseignements qu'ils y ont suivis (anglais, histoire, philosophie, lettres...)
Euh, je me demande si je ne dis pas une bêtise. Peut-être faut-il avoir été admissible au concours.
Quelqu'un confirmera ou infirmera.

4 (Modifié par Titania91 11/09/2016 à 20:17)

Goût double !

L'équivalence est donnée par le conseil de classe et l'université d'accueil, en général dans la matière de spécialité. Il est possible, si les résultats sont à la hauteur, d'obtenir deux ou trois équivalences mais il n'est pas nécessaire d'avoir été admissible à l'ENS (c'était mon cas, en lettres et en histoire).

Goût double !

Tout à fait.

Un double cursus, ce n'est qu'une histoire de motivation, d'organisation, de concession, et de travail. Ce n'est pas pire que la prépa.