1

Apollinaire, Le Brasier

Bonjour à tous,

je suis QUASIMENT prête pour mon oral de vendredi, j'aimerai juste trouver un autre plan pour Le Brasier, poème d'Apollinaire, ainsi qu'une autre problématique.

(Je précise, ce qu'on a vu en cours me convient très bien, le prof a vraiment fait une lecture analytique complète et intéressante mais je voudrais élargir un peu l'analyse de ce poème, comme je le fais avec mes autres textes, histoire d'être mieux préparée à l'oral car on le sait, les problématiques sont très souvent différentes de ce que l'on a pu voir en cours, c'est donc histoire de voir autre chose).

La problématique du cours : "Pourquoi peut-on dire que ce poème est celui des contraires ?"

I) Entrelacements
I.1) Pronoms
I.2) Temps
I.3) Lieux
I.4) Détruire le passé et nostalgie

II) Vie et mort
II.1) Démembrement, blessures
II.2) Renaître

III) Dimension cosmique
III.1) Présence des quatre éléments
III.2) Présence des différents règnes
III.3) Lyrisme cosmique

IV) Transfiguration poétique
IV.1) Contraintes et liberté
IV.2) Images
IV.3) Réécriture des mythes

Voilà le poème :

J'AI jeté dans le noble feu
    Que je transporte et que j'adore
    De vives mains et même feu
    Ce Passé ces têtes de morts
    Flamme je fais ce que tu veux

    Le galop soudain des étoiles
    N'étant que ce qui deviendra
    Se mêle au hennissement mâle
    Des centaures dans leurs haras
    Et des grand'plaintes végétales

    Où sont ces têtes que j'avais
    Où est Dieu de ma jeunesse
    L'amour est devenu mauvais
    Qu'au brasier les flammes renaissent
    Mon âme au soleil se dévêt

    Dans la plaine ont poussé des flammes
    Nos cœurs pendent aux citronniers
    Les têtes coupées qui m'acclament
    Et les astres qui ont saigné
    Ne sont que des têtes de femmes

    Le fleuve épinglé sur la ville
    T'y fixe comme un vêtement
    Partant à l'amphion docile
    Tu subis tous les tons charmants
    Qui rendent les pierres agiles

    JE flambe dans le brasier à l'ardeur adorable
    Et les mains des croyants m'y rejettent multiple innombrablement
    Les membres des intercis flambent auprès de moi
    Éloignez du brasier les ossements
    Je suffis pour l'éternité à entretenir le feu de mes délices
    Et des oiseaux protègent de leurs ailes ma face et le soleil

    Ô Mémoire Combien de races qui forlignent
    Des Tyndarides aux vipères ardentes de mon bonheur
    Et les serpents ne sont-ils que les cous des cygnes
    Qui étaient immortels et n'étaient pas chanteurs
    Voici ma vie renouvelée
    De grands vaisseaux passent et repassent
    Je trempe une fois encore mes mains dans l'Océan

    Voici le paquebot et ma vie renouvelée
    Ses flammes sont immenses
    Il n'y a plus rien de commun entre moi
    Et ceux qui craignent les brûlures

    Descendant des hauteurs où pense la lumière
    Jardins rouant plus haut que tous les ciels mobiles
    L'avenir masqué flambe en traversant les cieux

    Nous attendons ton bon plaisir ô mon amie
    J'ose à peine regarder la divine mascarade
    Quand bleuira sur l'horizon la Désirade

    Au-delà de notre atmosphère s'élève un théâtre
    Que construisit le ver Zamir sans instrument
    Puis le soleil revint ensoleiller les places
    D'une ville marine apparue contremont
    Sur les toits se reposaient les colombes lasses

    Et le troupeau de sphinx regagne la sphingerie
    À petits pas Il orra le chant du pâtre toute la vie
    Là-haut le théâtre est bâti avec le feu solide
    Comme les astres dont se nourrit le vide

    Et voici le spectacle
    Et pour toujours je suis assis dans un fauteuil
    Ma tête mes genoux mes coudes vain pentacle
    Les flammes ont poussé sur moi comme des feuilles

    Des acteurs inhumains claires bêtes nouvelles
    Donnent des ordres aux hommes apprivoisés
    Terre
    Ô Déchirée que les fleuves ont reprisée

    J'aimerais mieux nuit et jour dans les sphingeries
    Vouloir savoir pour qu'enfin on m'y dévorât

Voilà, si vous pouviez m'aider à préparer mon dernier texte, je vous en remercierai 

2 (Modifié par Yvain 22/06/2016 à 20:28)

Apollinaire, Le Brasier

Comme vous le signalez, je ne vois pas de lecture se dessiner ici (je ne parle pas d'interprétation, tout n'étant pas forcément clair dans ce poème)... Vous ne semblez relever que des procédés : je ne sais même pas ce que vous entendez par "contraires" dans le parties I, III, et IV.
Pouvez-vous me résumer en une ou deux phrases ce que vous entendez faire ressortir lors de votre étude ? 
Partez du titre : brasier = feu intense, sacrifice, destruction, mais aussi... De tout temps, le feu a bénéficié d'une double image. C'est peut-être cela, la piste des contraires...

3 (Modifié par PerrineIks 22/06/2016 à 20:42)

Apollinaire, Le Brasier

C'est le plan qu'on a étudié en cours 

Eh bien pour résumer en une ou deux phrases ce que je ferai ressortir : les deux facettes du feu, à la fois purificateur et infernal, et le destinataire (ce qui n'est pas très clair).

Mais je ne vois pas vraiment de plan en fait ... ce qui est sûr c'est qu'il y aura une partie consacrée au feu, mais après ?

Après je vois aussi l'opposition entre les différentes périodes de la vie, est-ce juste ?

Apollinaire, Le Brasier

Non, en un mot, le poète brûle son passé (jeunesse/amour, thème récurrent), se consume lui-même dans un sacrifice douloureux, mais nécessaire pour que l'Homme nouveau apparaisse dans tout l'éclat de son verbe régénéré.

5

Apollinaire, Le Brasier

Mais ce que j'ai écrit du coup, ce n'est pas correct ? 

Apollinaire, Le Brasier

Si, mais il faut tenter de faire une lecture cohérente et ordonnée. Par exemple, il ne faut pas faire de partie sur le destinataire : Apollinaire passe facilement du "je" au "tu" dans ses poèmes, mais en fait la voix poétique s'adresse à elle-même, seul l'éclairage et l'effet sont différents, on ne peut donc isoler les remarques sur le "destinataire" du reste du commentaire.
Tu peux articuler le commentaire sur cette double fonction du feu destruction/renaissance, en commentant bien les images. Ce poème est à rapprocher de la dernière partie des Fiançailles, Templiers flamboyants.

7 (Modifié par PerrineIks 22/06/2016 à 22:36)

Apollinaire, Le Brasier

Ok merci pour cette aide, si cela ne te dérange pas évidemment, tu pourrais me proposer le plan que tu penses adapté ?


Je pensais donc déjà à :

I) Le double visage du feu
A) Un feu purificateur
B) Un feu destructeur

II) La figure du poète
A) De la mort..
B) A la renaissance (en comparant avec le phénix)

Est-ce correct ?

Et merci beaucoup pour l'ouverture ! Je viens de regarder dans mon livre et c'est vrai qu'on retrouve beaucoup le thème du feu, notamment avec "flamme","porteur de soleils je brûle","flammes","ardeur","fumées","cuit","soleil","templiers flamboyants","brûle","désirable feu", "girande", "flamme","ardeur","soleil", "bûcher".

Ca constitue une ouverture intéressante je trouve ! 

Apollinaire, Le Brasier

Une ouverture, en effet. Pardonnez-moi, mais est-ce seulement maintenant que vous découvrez que ce poème, au moins dans ses deux premières parties, évoque essentiellement le feu ?

9

Apollinaire, Le Brasier

Ah non non je parlais du poème Les Fiançailles, qu'on a pas étudié en classe   
Bien sûr que je savais que le thème principal de Le Brasier c'est le feu, à la fois infernal et purificateur. 

Apollinaire, Le Brasier

Je ne dirais pas infernal, mais destructeur et purificateur. Ne manquez pas de faire référence au mythe d'Héraklès (tunique de Déjanire) ; il y a aussi une allusion à Amphion.