Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

Bonjour je dois faire un commentaire d'un texte de Diderot , le neveu de rameau. L'extrait est :

"MOI. ― Au digne emploi que vous feriez de la richesse, je vois combien c’est grand dommage que vous soyez gueux. Vous vivriez là d’une manière bien honorable pour l’espèce humaine, bien utile à vos concitoyens ; bien glorieuse pour vous.

LUI. ― Mais je crois que vous vous moquez de moi ; monsieur le philosophe, vous ne savez pas à qui vous vous jouez ; vous ne vous doutez pas que dans ce moment je représente la partie la plus importante de la ville et de la cour. Nos opulents dans tous les états ou se sont dit à eux-mêmes ou ne sont pas dit les mêmes choses que je vous ai confiées ; mais le fait est que la vie que je mènerais à leur place est exactement la leur. Voilà où vous en êtes, vous autres. Vous croyez que le même bonheur est fait pour tous. Quelle étrange vision ! Le vôtre suppose un certain tour d’esprit romanesque que nous n’avons pas ; une âme singulière, un goût particulier. Vous décorez cette bizarrerie du nom de vertu ; vous l’appelez philosophie. Mais la vertu, la philosophie sont-elles faites pour tout le monde. En a qui peut. En conserve qui peut. Imaginez l’univers sage et philosophe ; convenez qu’il serait diablement triste. Tenez, vive la philosophie ; vive la sagesse de Salomon : Boire de bon vin, se gorger de mets délicats, se rouler sur de jolies femmes ; se reposer dans des lits bien mollets. Excepté cela, le reste n’est que vanité.

MOI. ― Quoi, défendre sa patrie ?

LUI. ― Vanité. Il n’y a plus de patrie. Je ne vois d’un pôle à l’autre que des tyrans et des esclaves.

MOI. ― Servir ses amis ?

LUI. ― Vanité. Est-ce qu’on a des amis ? Quand on en aurait, faudrait-il en faire des ingrats ? Regardez-y bien, et vous verrez que c’est presque toujours là ce qu’on recueille des services rendus. La reconnaissance est un fardeau ; et tout fardeau est fait pour être secoué.

MOI. ― Avoir un état dans la société et en remplir les devoirs ?

LUI. ― Vanité."

J'avais pensé faire comme plan

I)la conception du bonheur

1)conception de lui
2)conception de moi

II° une satire de la société
1)la place de la morale
2)la place de la vanité

J’envisageais également prendre comme problématique; "D'ou vient l'efficacité argumentative de ce dialogue?"

Pourriez vous s'il vous plait me dire si mon pan et ma problématique sont correcte ou pas ? Merci pour vos futurs réponses

2

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

Bonjour,

Tu n'as pas mis en valeur l'ironie du propos.
Diderot dénonce le cynisme du personnage, son immoralité, son égoïsme.
En filigrane et en contrepoint apparaît l'esquisse d'une morale sociale.

En problématique : une maïeutique paradoxale au service du contrat social

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

Merci pour  votre réponse!

J'ai donc réfléchi à un nouveau plan :

I) une idéologie de lui
1)un personnage cynique et égoïste
2) des valeurs aristocratiques
3)oppositions avec les valeurs des lumières

II)la place des philosophes et leur vision dans la société
1)une morale sociale
2)plaisir et philosophie
3)vanité et philosophie

Pourriez vous s'il vous plait me dire si ce plan est mieux ?
Par contre je ne suis pas sur d'avoir compris parfaitement votre problématique.

4

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

I)l'idéologie de lui
1)un personnage cynique et égoïste (à dégrouper)
2) des valeurs aristocratiques (sûrement pas)
3)oppositions avec les valeurs des lumières (à mettre dans la 2e partie)
aborder le mot vanité, critique possible de l’ecclésiaste, livre de la Bible (vanité des vanités)

II)la place des philosophes et leur vision de la société
1)le bien commun
2)le juste plaisir de l'épicurien à rattacher à la raison, la mesure

Quant à la problématique, regarde ce qu'est la maïeutique, l'art de faire surgir la vérité par le questionnement. Diderot manie le paradoxe pour évoquer en contrepoint les fondements possibles d'un art de vivre en société.

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

merci  encore de m'avoir répondu.
Donc mon plan est le suivant:

I) Idéologie de lui
1)personnage cynique
2)un personnage égoïste
3)sa conception du bonheur
4)vanité des vanités

II)la place des philosophes et leur vision de la société
1)le bien commun et sa conception du bonheur
2)opposition avec lui ( des jeux de contraste)
2)le juste plaisir de l'épicurien à rattacher à la raison, la mesure

Je ne dois donc pas évoquer la place de la morale dans ce texte, y a t il des autres notions importantes que je pourrais évoquer comme la richesse  ?
J'ai compris ce que voulais dire maïeutique , ce que je ne comprends pas c'est d'ou vient le paradoxe dans ce extrait.

6

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

Mais il faut aborder le sujet de la morale, c'est le thème central.

Lui est partisan de l'immoralisme, c'est un pique-assiette qui, à la différence d'un Tartufe, fait preuve d'une absence d'hypocrisie comique.
Moi cherche à fonder la conduite morale et la vie en société (contrat social) sur des exigences raisonnables et reconnues, sur un utilitarisme moral.

Où réside le paradoxe ? D'abord dans l'opposition des deux opinions, mais surtout dans l'élaboration progressive d'un point de vue matérialiste qui surgit de cette opposition même. Sur le fond, avec le mot vanité, qui est peut-être un détournement du "vanité des vanités, tout est vanité", les deux protagonistes seraient d'accord implicitement et chacun à leur manière sur le fait que la conduite n'a pas besoin d'un fondement religieux.

Le dialogue pointe sur  l'écart apparemment irréductible entre la réflexion philosophique sur les grands principes et la réalité quotidienne triviale. La richesse (autre nom du succès) ne serait-elle que la récompense des "méchants" ?

7 (Modifié par piquer 29/05/2016 à 08:32)

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

ah d'accord merci
I) Idéologie de lui
1)personnage cynique
2)un personnage égoïste
3)sa conception du bonheur
4)vanité des vanités

II)la place des philosophes et leur vision de la société
1)le bien commun et sa conception du bonheur
2)opposition avec lui ( des jeux de contraste)
2)le juste plaisir de l'épicurien à rattacher à la raison, la mesure

Ce plan est donc satisfaisant?
Le succés ,ici , apparamment serait la récompense des " mechants" puisque  pour l'obtenir il faut être immorale , le personnage de lui en est un bon exemple.

8

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

Ce plan peut convenir.
Mais ce ne sont que des étiquettes.
Tout dépendra de ce que tu mettras dans tes sous-parties.

Moi et Lui sont deux voix qui parlent en Diderot.

Il faut bien montrer le pragmatisme de Diderot tiraillé entre son désir de fonder la morale sociale sur un modèle vertueux utilitaire gratifiant et le spectacle affligeant d'une humanité égoïste et bestiale. La vocation du philosophe est de tenter de faire advenir un homme nouveau en dehors du moule religieux. La tâche lui semble ardue.

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

d'accord , merci beaucoup de votre aide !

10 (Modifié par olivialgs 30/05/2016 à 09:09)

Diderot, Le Neveu de Rameau - Au digne emploi que vous feriez de la richesse...

Toutes les réponses précédentes sont très pertinentes, cependant vous n'avez pas soulevé un point : il s'agit d'un commentaire de texte, donc on doit aussi étudier le genre. Ici c'est une scène de théâtre, un dialogue entre deux protagonistes, le "moi" et le "lui" de Diderot. Je pense donc qu'il faudrait aussi souligner cet aspect, car il est intéressant que Diderot présente deux voix ainsi.