Flaubert, Un cœur simple - Pendant un demi-siècle, les bourgeoises de Pont-l'Évêque...

Bonjour,je suis en classe de seconde je voudrais biens qu'on m'aide parce que j'ai un commentaire composé a faire sur ce texte et je n'arrive pas à trouver la problématique et les grandes axes ni idée et citation et interprétation parce que je ne comprend toujours comment faire et ce devoirs est a faire pour jeudi une personne pourrait m'aider s'il vous plaît

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Pendant un demi-siècle, les bourgeoises de Pont-l'Évêque envièrent à Madame Aubain sa servante Félicité.
Pour cent francs par an, elle faisait la cuisine et le ménage, cousait, lavait, repassait, savait brider un cheval, engraisser les volailles, battre le beurre, et resta fidèle à sa maîtresse, - qui n'était pas cependant une personne agréable.

[…]

Elle se levait dès l'aube, pour ne pas manquer la messe, et travaillait jusqu'au soir sans interruption ; puis le dîner étant fini, la vaisselle en ordre et la porte bien close, elle enfouissait la bûche sous les cendres et s'endormait devant l'âtre, son rosaire à la main. Personne, dans les marchandages, ne montrait plus d'entêtement. Quant à la propreté, le poli de ses casseroles faisait le désespoir des autres servantes. Économe, elle mangeait avec lenteur, et recueillait du doigt sur la table les miettes de son pain, - un pain de douze livres, cuit exprès pour elle, et qui durait vingt jours.
En toute saison elle portait un mouchoir d'indienne fixé dans le dos par une épingle, un bonnet lui cachant les cheveux, des bas gris, un jupon rouge, et par-dessus sa camisole un tablier à bavette, comme les infirmières d'hôpital.
Son visage était maigre et sa voix aiguë. A vingt-cinq ans, on lui en donnait quarante ; dès la cinquantaine, elle ne marqua plus aucun âge ; - et, toujours silencieuse, la taille droite et les gestes mesurés, semblait une femme en bois, fonctionnant d'une manière automatique.

2

Flaubert, Un cœur simple - Pendant un demi-siècle, les bourgeoises de Pont-l'Évêque...

C'est le portrait d'ouverture du conte Un cœur simple. (Coupé ici et regroupé)

Construction du portrait de la servante juste nommée par un prénom
Les caractéristiques, choix des détails
Sens du prénom
Le point de vue des bourgeois/le point de vue du narrateur

(On peut le comparer à celui de Catherine Leroux dans Madame Bovary)

3 (Modifié par Laoshi 15/05/2016 à 07:01)

Flaubert, Un cœur simple - Pendant un demi-siècle, les bourgeoises de Pont-l'Évêque...

C'est dommage que l'extrait soit coupé.
On ne peut donc dire ici que c'est l'incipit exact du roman.
On aurait pu s'intéresser alors au décor, à l'arrière-plan, et au portrait de l'héroïne.
Ici l'arrière-plan est réduit à a première phrase, qui donne le ton.
Ensuite on peut étudier ce portrait, en action essentiellement (dynamique) et qui s'étale dans le temps.
Le portrait physique est remarquable de concision, mais suffisamment évocateur.
L'abondance des détails ne doit pas non plus être négligée chez un écrivain qui leur attache une importance extrême.

Ah, j'ai été doublée.
Bonjour floreale.