11

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Pourquoi tant d'imagination envers ce qui n'est que l'application de la règle normale de concordance des temps, et non la mode, souvent critiquée, du futur de narration ?

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Pierre devint l'amant de Françoise, dont il eut deux enfants.
Question de point de vue !

Oui, question de point de vue. Pour moi, ce sont les femmes qui accouchent. Ces enfants-là, on est sûr que Françoise les a eus, tandis que Pierre, ah, Pierre... peut-être a-t-il abandonné Françoise, sans savoir même qu'elle avait accouché de jumeaux de son fait...
Bon, je délire.

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Pierre serait le père : c'est ce qu'on murmure en ville, les gens sont si méchants...

14 (Modifié par paulang 14/05/2016 à 11:53)

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Je ne mettais pas la fidélité de Françoise en cause, je soulignais seulement, à tort ou à raison, que ses peut tout aussi bien représenter Pierre.
Car enfin, qui serait le père de ses enfants est une expression curieuse. Les enfants appartiendraient à la femme et pas à l'homme qui serait cantonné au statut de père. C'est vrai que la femme est possessive, mais enfin tout de même... Bonjour Delia. 

Tout ceci ne dit pas, si l'on s'en tient à l'acception d'Anne, quelle nuance apporte dans cette phrase l'emploi du conditionnel par rapport au futur. Je n'en vois strictement aucune conformément (jusqu'à démonstration contraire) aux définitions rappelées plus haut.

15

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Vous m'apporterez des oranges ? Si oui, profitez de l'occasion pour m'instruire de cette fameuse ou fumeuse nuance.

16

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

paulang a écrit :

C'est pourquoi je verrais davantage dans ce conditionnel l'expression d'une incertitude quant à la paternité

Le conditionnel à valeur modale et avec un sens d'incertitude ne serait pas impossible dans l’absolu, sauf que cette option est rendue caduque par la suite de la phrase.

S’il s’agissait d’un conditionnel d’incertitude, cela signifierait que les deux enfants existent déjà au moment où l’on décrit les faits :

Pierre, qui serait (c'est ce qu'on dit, c'est ce qu'on croit, mais ma foi le doute subsiste) le père de ses deux enfants (d'ores et déjà nés), [ne supportait plus Françoise].

Avec « devint son amant », ce n’est plus possible, ou alors, j’ai loupé un truc dans mes cours de biologie. Donc, ce conditionnel ne peut avoir qu’une valeur temporelle de futur.

Pierre, qui serait (dans un avenir plus ou moins lointain – et cela je vous l’affirme, c’est une certitude, il sera le père des enfants de Françoise) le père de ses deux enfants, devint son amant.

On pourrait d’ailleurs tout aussi bien mettre un temps passé

Pierre, qui fut (plus tard, bien sûr - les enfants ne sont pas encore nés) le père de ses deux enfants, devint l’amant de Françoise.


Allez paulang, avant les oranges et votre future incarcération, voici un petit os de rien du tout à ronger – vous nous résumez ça pour demain !
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00718652/document

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Pierre, qui serait (c'est ce qu'on dit, c'est ce qu'on croit, mais ma foi le doute subsiste) le père de ses deux enfants (d'ores et déjà nés), [ne supportait plus Françoise].

Avec « devint son amant », ce n’est plus possible, ou alors, j’ai loupé un truc dans mes cours de biologie. Donc, ce conditionnel ne peut avoir qu’une valeur temporelle de futur.

Si, c'est encore possible avec devint son amant !

Pierre (ce Pierre, vous savez, dont on croit qu'il est le père des enfants de Françoise) devint son amant (le fait est certain, lui, et vérifiable).

18

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

Tel quel, il me semble que c’est franchement impossible, ça se pourrait de cette façon :

Soit : Pierre, qui serait (d'après ce qu'on dit) le père de ses deux enfants, redevint l’amant de Françoise.

Soit : Pierre, qui serait (d'après ce qu'on dira) le père de ses deux enfants à venir / ses deux futurs enfants, devint l’amant de Françoise.

Est-il ou n’est-il pas ?

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

M'enfin ! Il peut être amant sans être père ! Et s'il souffrait d'azoospermie ?
Ici, nous ne sommes plus sur le terrain de la grammaire, mais dans l'étude littéraire.

20

Emploi du conditionnel dans un récit au passé

C'est vrai ! 

En fait, je suis partie du principe que ces deux enfants dont il était question étaient ceux de Pierre et de Françoise.
Mais, c’est vrai que ce « ses » ne renvoie pas forcément à Françoise, il peut aussi bien renvoyer à une autre femme qu’à Pierre lui-même.
Plusieurs interprétations sont donc en effet parfaitement possibles qui changent le sens de ce fameux conditionnel.
Finalement, faute de plus de contexte, c’est difficile de savoir.