11 (Modifié par Yvain 29/11/2018 à 14:55)

Grammaire et conjugaison

Le futur latin, formé en partie au moyen d'un suffixe secondaire, en partie d'un ancien suffixe modal manque d'unité ; d'autre part, le latin est privé d'un "futur du passé".
Dès le bas-latin, des tournures concurrentes se créent, utilisant le gérondif ou le participe futur accompagnés de l'auxiliaire sum, dont on peut faire varier le temps.
C'est la valeur modale du futur (je ne peux pas développer) qui va entraîner peu à peu l'adoption de habere + infinitif. Chez Saint-Augustin, dans les textes téléologiques, elle est fréquente et le "futur du passé", futur conditionnel (mais bien plus tard car en AF, c'est encore le subjonctif qui assume bien souvent les valeurs hypothétiques au passé) va pouvoir se développer. L'auxiliaire, conformément à l'habitude du latin pour ce qui est de l'ordre des mots, se place normalement à la fin en tant que forme conjuguée. Il va devenir enclitique et donner les désinences du futur dans toutes les langues romanes.

Le futur est un mode plus qu'un temps : il ne "situe" pas une action dans l'avenir, mais marque une intentionnalité, une prophétie, une espérance : cela explique sa fragilité e tant que "temps". Certaines langues l'ignorent (le finnois), d'autres le forment au moyen d'un modal (les langues romanes en leur début, l'anglais), d'autres encore utilisent l'aspect (dans les langues slaves, le futur perfectif s'exprime au moyen du... présent de la forme perfective du verbe !), pour d'autres enfin, c'est un mode (le turc).

12

Grammaire et conjugaison

Je suis vraiment abasourdi par la qualité et la richesse de vos réponses aux uns et aux autres sur ce forum. C'est précis, développé, riche, clair, cohérent, convaincant...
Vraiment, merci mille fois pour le temps que vous prenez pour éclairer les néophytes en mon genre. J'imagine que vous avez tous fait des études poussées de linguistique, jusqu'à faire de la recherche. Je vous suppose enseignants, à la fac, en khâgne ou à l'ENS... Bon je m'enflamme peut-être un peu mais tout cela me semble vraisemblable...
Je me découvre une passion, celle du langage et du fonctionnement de la grammaire française, et moi qui aime bien tendre indéfiniment vers l'exhaustivité, je suis bien tombé...

Grammaire et conjugaison

Tu vas nous faire rougir...
Oui, il y a beaucoup d'enseignants parmi nous, et aussi beaucoup de passionnés.
En ce qui me concerne, non, pas d'études poussées de linguistique, mais une passion pour la langue française dès mes jeunes années. Une carrière dans l'enseignement primaire. Et je suis maintenant instit à la retraite...

14 (Modifié par HarolDts 29/11/2018 à 22:35)

Grammaire et conjugaison

Je suis très admiratif, sincèrement. Sans vouloir donner l'impression de dénigrer qui que ce soit, j'ai l'impression que beaucoup de profs de français dans le secondaire n'ont pas vos connaissances. Mais je me trompe peut-être. Peu tenté par les concours de l'enseignement du secondaire (capes/agreg) en lettres modernes ou classiques ?

15 (Modifié par Jehan 29/11/2018 à 23:42)

Grammaire et conjugaison

Cela dit,  comme tu t'en doutes, il ne manque pas d'intervenants ici qui sont profs ou ont été profs dans le secondaire...

Grammaire et conjugaison

HaroldDts, je vous remercie à mon tour. J'ai suivi une voie classique, à l'université, mais pour l'essentiel de mes connaissances, je me considère comme autodidacte.

17

Grammaire et conjugaison

Université Master ?
Autodidacte lecteur ?
(on est un peu HS mais on ne s'étendra pas plus que ça je pense).

Grammaire et conjugaison

J'ai une maîtrise, un DEA et je suis agrégé de lettres classiques.

19 (Modifié par Laoshi 01/12/2018 à 11:47)

Grammaire et conjugaison

http://www.cnrtl.fr/definition/autodidacte
Toutes mes félicitations.

20 (Modifié par Yvain 01/12/2018 à 11:59)

Grammaire et conjugaison

Je ne comprends pas bien l'esprit de ton message. Peux-tu me l'expliquer ?