1

Traduction latin-français d’un texte

Bonjour les gens,

J'ai beaucoup de peine à traduire ces textes en français. Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider? J'accepte volontiers votre aide   

1. « Et raciones et causas sui iudicii studeat et scribat eciam contra iudicium suum pro illo qui debet subcumbere secundum suam opinionem et planas et breues raciones quas quilibet clericus possit statim intelligere, nec ab articulis et factis contentis in eisdem recedat, sed semper teneat et habeat in corde et se referat ad facta contenta in eisdem articulis directe, non deuiando seu ueniendo a demonio merediano per casus similes et particulares Digestorum. »

2. « Nec debent cuilibet apparere secreta curie supreme, que non habet nisi Deum superiorem, que curia quandoque contra iuris rigorem uel eciam contra ius aliquociens ordinat ex causa iusta apud Deum suum superiorem, que forte non repu- taretur iusta siue procedere de iure, quod ius non ligat regem, tanquam superiorem et solutum legibus et iuribus (...). »

3.« (...) princeps non ligatur legibus et iure suo regio et de plenitudine potestatis racione iurisdictionis generalis quam habet in toto regno suo in quo non cognoscit superiorem potest prout placet et uult eciam supra ius et contra ius ex quo cer- tioratus siue ex certa sciencia sua procedit ».

4.« Et ex talibus factis probatis quandoque iudicantes non sequuntur articulos concludentes neccessario sed quandoque deuiant sequendo equita- tem uel prouisionem uel ordinacionem faciendo ex aliqua causa que eis uidetur esse suffi- ciens ad iudicium equitatis uel ad prouisionem seu ordinacionem faciendam. Idem eciam uerum est ubi sunt inductiui ad maiorem rigorem iuris obseruandum, quod quandoque contingit propter magnum scandalum et rei male exemplum. Et in hiis casibus eciam facta contenta in talibus articulis recitari habent nec aliquid debet omicti de talibus arti- culis ad finem quod domini capiant, prout ipsis uidebitur, sua motiua et materiam ad faciendum iudicia rigoris uel equitatis uel ordinacionis seu prouisionis uel eciam grauius puniant, si processus fuit super excessibus, quam eciam requirat uia iuris communis uel consuetudinis. »

5.« Item, ubicumque aliquis dicat se saisitum de re que de iure communi in persona sua non potest cadere et allegat super hoc priuilegii titulum, inconti- nenti debet docere de priuilegiis antequam pars sibi respondeat »

6. « Et est ratio quia, licet aliquis non teneatur dicere titulum sue possessionis nisi uelit, iuxta legem cogi C. de peticione hereditatis [C. 3 . 31 . 11], tamen ubi actor allegat titu- lum tenetur docere, potissime cum esset contra ius commune. »

Traduction latin-français d’un texte

Oui, mais pour vous aider, il faut que vous proposiez quelque chose, on ne peut pas faire autrement...

3

Traduction latin-français d’un texte

Je ne sais vraiment pas quoi vous proposer... A moins que je vous propose des conseils juridiques...

Traduction latin-français d’un texte

Il est vrai que ce n'est apparemment pas pour un devoir scolaire.
Ce que nous aimerions, c'est disposer de la photo du document original, de sa date (approximative), de sa destination.

5

Traduction latin-français d’un texte

C'est pour une présentation que je dois faire à l'uni. Les bouts de textes sont des articles que j'ai pris du livre l'étude sur la procédure et le fonctionnement du parlement au XIV siècle suivi du Style de chambre des enquêtes du Style des commissaires du Parlement. Il a été édité par Guilhiermoz.

Traduction latin-français d’un texte

Ah oui, je vois, eh bien ça ne va pas être très facile car, comme vous le savez, seul le contexte peut éclairer certains passages.
J'espère que ce n'est pas trop pressé ?

7

Traduction latin-français d’un texte

Je vous comprends tout à fait. Mais je viens de me rendre compte que j'ai trop d'articles en latin et la traduction des deux premiers articles me suffisent. Etant donné que j'ai la présentation jeudi soir, j'en ai besoin pour jeudi.

Traduction latin-français d’un texte

Les deux premiers extraits sont très intéressants et posent le problème du droit et de l'équité, parfois incompatibles. Mais que d'arbitraire possible !

1. « Et raciones et causas sui iudicii studeat et scribat eciam contra iudicium suum pro illo qui debet subcumbere secundum suam opinionem et planas et breues raciones quas quilibet clericus possit statim intelligere, nec ab articulis et factis contentis in eisdem recedat, sed semper teneat et habeat in corde et se referat ad facta contenta in eisdem articulis directe, non deuiando seu ueniendo a demonio merediano per casus similes et particulares Digestorum. »


Qu’il étudie les arguments et les fondements de son procès et qu’il rédige, même contre son propre procès, en faveur de celui qui doit perdre la partie, selon sa propre opinion, des raisons claires et précises, que n’importe quel clerc puisse comprendre. Qu’il ne s’écarte ni des articles ni des faits contenus dans ces mêmes articles, mais qu’il les conserve et les ait toujours à cœur, qu’il se réfère directement aux faits contenus dans ces mêmes articles, sans dévier de sa route ni se rabattre, sous l’influence du démon du Midi, sur des cas similaires et particulier des Digestes.

Ici, une explication s'impose : "le démon du Midi" est une sorte de jeu de mots visant l'idée "pute et orde", comme on disait au bon vieux temps, de recourir au droit écrit, c'est à dire au droit romain, consigné dans le Digeste et ses dérivés, et appliqué en pays occitan, au lieu de s'en tenir au droit coutumier, non écrit, en vigueur dans les provinces de langue d'oïl.

2. « Nec debent cuilibet apparere secreta curie supreme, que non habet nisi Deum superiorem, que curia quandoque contra iuris rigorem uel eciam contra ius aliquociens ordinat ex causa iusta apud Deum suum superiorem, que forte non repu- taretur iusta siue procedere de iure, quod ius non ligat regem, tanquam superiorem et solutum legibus et iuribus (...). »

Ne doivent être révélés à quiconque les secrets de la cour suprême, qui n’a rien d’autre au-dessus d’elle que Dieu, secrets que la cour ordonne parfois contre la rigueur du droit et même parfois contre le droit pour un juste motif aux yeux de Dieu, qu’elle a au-dessus d’elle, et qui ne seraient peut-être pas considérés comme justes ou procédant du droit, parce que le droit ne lie pas le roi en tant que maître suprême et détaché des lois et des droits.

Le roi au-dessus des lois, Dieu au-dessus des rois.

9

Traduction latin-français d’un texte

Effectivement je dois étayer le problème du droit, de l'équité ainsi que du droit coutumier et commun afin d'en expliquer le fonctionnement à l'époque du Moyen-Age. La traduction des ces textes me permettra de mieux cerner certains articles du sujet. Je vous remercie pour cette traduction et suis à votre disposition pour une aide quelconque:)