"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Bonjour,
Je suis en première et j'ai une dissertation à faire avec comme sujet "Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte" écrit par Antonin Artaud.
Notre professeur nous a dit de réfléchir sur ce qu'est vraiment la poésie, un paysage n'est-il pas une poésie en lui-même mais cela me parait abstrait..

Pour commencer, je pense parler d'Antonin Artaud et sa manière différente de décrire la poésie, en effet, il ne s'identifiait pas à un poète et tenté d'échapper à cette définition..
Je pense faire une thèse/antithèse avec, oui la poésie n'est pas que des  textes avec des mots faisant appel à différentes sensations mais je ne vois pas d'exemple qui pourrait illustrer.
Ensuite, pour l'antithèse je définirai la poésie et ses différents buts.


Je suis assez perdue et j'avoue ne pas trop savoir comment m'y prendre..

Merci d'avance et bonne journée.

2

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Bonsoir,

Ce sujet est bien difficile pour des élèves de première.
D'abord il faut définir ce qu'est la poésie.
Si l'on se réfère à Jakobson, la poésie réside dans la fonction poétique du langage.
De ce fait il ne pourrait pas exister de poésie sans mots et donc sans texte.
Quant à la forme, il peut en effet exister une poésie autre que régulière.
Alors que peut bien vouloir nous faire comprendre Artaud ?
Disons que dans certaines circonstances, le poète peut éprouver une émotion esthétique, un ébranlement intérieur, une expérience intime qui précède les mots. On parle parfois de regard nouveau. Mais à ce stade le poème n'existe pas encore, il faudra que le poète trouve des équivalents langagiers pour partager ce qu'il a ressenti.

3

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Es-tu en train de travailler dans une séquence sur la poésie ou sur le théâtre ?

Est-ce que cette citation ne renvoie pas au "Théâtre et son double", au "théâtre de la cruauté", à la remise en cause du texte et de l'auteur sacralisé pour laisser la place première au metteur en scène ?

4 (Modifié par Yvain 03/04/2016 à 09:56)

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Si, Artaud vise le théâtre (importance du jeu, de la diction, de la mimique de la musique...) mais on peut rattacher ce qu'il dit à la conception générale que se font les Surréalistes de la poésie : non pas moyen d'expression de l'idée, mais activité de l'esprit, donc précédant (ou transcendant ?) le langage.

Voici le contexte de la citation :

On doit en finir avec cette superstition des textes et de la poésie
écrite. La poésie écrite vaut une fois et ensuite qu'on la détruise. Que les poètes morts laissent la place aux autres. Et nous pourrions tout de même voir que c'est notre vénération devant ce qui a déjà été fait, si beau et si valable que ce soit, qui nous pétrifie, qui nous stabilise et nous empêche de prendre contact avec la force qui est dessous, qu'on appelle l'énergie pensante, la force vitale, le déterminisme des échanges, les menstrues de la lune ou tout ce qu'on voudra. Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte. Et comme l'efficacité des masques, qui servent aux opérations de magie de certaines peuplades, s'épuise, - et ces masques ne sont plus bons qu'à rejeter dans les musées, - de même s'épuise l'efficacité poétique d'un texte, et la poésie et l'efficacité du théâtre est celle qui s'épuise le moins vite, puisqu'elle admet l'action de ce qui se gesticule et se prononce, et qui ne se reproduit jamais deux fois.
A. Artaud, En finir avec les chefs-d'œuvre, in Le théâtre et son double, éd. Gallimard, coll. Folio essais p. 121-2.

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Pour répondre à votre question, j'ai finis d'étudier le théâtre et nous commençons à peine à travailler la poésie mais je pense que pour notre prof, il ne faut pas s'attarder très longtemps sur ce qu'à fait le poète ("théâtre de la cruauté")

6

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

“Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux.”

René Char / Chants de la Balandrane

7 (Modifié par Yvain 03/04/2016 à 15:02)

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

De toute manière, dans cet article, Artaud mène une réflexion plus générale, même s'il ne perd pas de vue son sujet principal.
Oui, l'acte poétique commence par un chaos, un enthousiasme, une vision, une motivation (au sens étymologique de "mouvement") extra-linguistique puisque commune à la peinture et peut-être aussi à la musique (qu'il ne faut jamais oublier de considérer quand on parle de langage et de de poésie). Pour Artaud, c'est là l'essentiel, et l'expression de cet enthousiasme créateur se dévalue aussitôt qu'il se trouve enclos dans une forme poétique qui le fige, le dessèche et le fait mourir. C'est un peu l'image de la momie par rapport au corps vivant, fait de nerfs, de chair et de sang.
Quelques idées à développer :
- Qu'est-ce qui se cache sous la forme écrite du poème : une volonté ? une "inspiration" ? un simple regard ? Je peux poétiser une chose en la regardant d'une certaine façon ; un paysage en tant que tel n'est pas poétique, il le sera si je le perçois, si je l'organise, si je lui donne une vie personnelle et unique.
- La poésie doit-elle être statique ou dynamique ? On rejoint ici l'idée du dessèchement. Artaud et les Surréalistes développent souvent l'idée de chaos, de convulsion d'où naîtra une nouvelle beauté, pas celle des chefs-d'œuvre assurément (surtout si on les a encore momifiés sous cette appellation). Mais quelle beauté ? Et comment ?
- La poésie figée sous une forme écrite trouve-t-elle par là sa fin ? Il faut ici regarder du côté du lecteur (ou de l'auditeur). Quand je lis un poème, est-ce que je ne le fais pas (re)vivre en moi ? Est-ce que je ne me l'approprie pas ? Est-ce que ses paysages ne prennent pas précisément la forme de mes songes ? Est-ce que par là je ne renouvelle pas à l'infini l'acte poétique qui lui a donné sa miraculeuse naissance ?
Vaste problème...

8

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Et on peut aussi contester  :

La poésie écrite vaut une fois et ensuite qu'on la détruise.

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Oui, mais cela ne fait pas partie de la citation ; c'est tout le pb des citations hors-contexte...
Par ailleurs, évoquer le rôle du lecteur dans l'acte poétique, c'est d'une certaine manière le critiquer, puisque cela légitime la fixation du poème.
floréale, sais-tu que je ne soutiens nullement Artaud ?

10

"Sous la poésie des textes, il y a la poésie tout court, sans forme et sans texte"

Je l'avais bien compris. mais c'est vrai que ces citations hors contexte donnent lieu à bien des contresens. Citations prétexte (s).
Qu'à cela ne tienne, problématisons, organisons, composons ... et dissertons puisqu'il le faut.