Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

Bonjour, Messieurs-Dames,

Il y a une question qui me tourmente l'esprit, et je vous écris dans l'espoir de mettre fin à mes nuits de veille en obtenant de vous une réponse à cette question-ci :

Ayez, s'il vous plaît, l'amabilité de dire, quelle phrase serait correcte et pourquoi ?

Il m'a demandé où le musée se trouve
Il m'a demandé où se trouve le musée

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie d'agréer, Messieurs-Dames, l'expression de mes sentiments distingués.

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

A priori, aucune des deux occurrences n'est agrammaticale.

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

Normalement il n'y a pas d'inversion du sujet dans l'interrogation indirecte. Mais l'erreur est fréquente...

4

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

Autant l’inversion du sujet me semble possible et correcte,

Si dans la proposition interrogative indirecte il n’y a pas d’autre élément que le sujet (qui peut être développé par une relative), ce sujet est souvent inversé (sauf si c’est un pronom conjoint):
http://research.jyu.fi/grfle/637.html

Dans l’interrogation indirecte, l’inversion du sujet n’est possible que dans les groupes nominaux, lorsque l’interrogation est partielle, c’est-à-dire lorsqu’on ne peut pas répondre par oui ou par non
https://books.google.fr/books?id=L26lVX … mp;f=false

Autant, il me semble que la concordance des temps n’a pas été respectée

Il m'a demandé où le musée se trouvait
Il m'a demandé où se trouvait le musée

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

L’interrogative indirecte diffère principalement de l’interrogative directe en deux points : elle ne comporte ni point d’interrogation, ni inversion du sujet et du verbe.

académie française

6 (Modifié par Jehan 12/03/2016 à 19:57)

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

L'Académie ne donne comme exemples que des sujets pronoms personnels...
Je trouve qu'elle généralise un peu trop en semblant proscrire l'inversion quel que soit le sujet (cas d'un nom ou  d'un GN ).

7 (Modifié par Katioucha 12/03/2016 à 19:56)

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

Dans les deux liens que j’ai donnés, il était bien précisé dans le 1er « sauf si c’est un pronom conjoint » et dans le 2e « l’inversion du sujet n’est possible que dans les groupes nominaux ». Tous les exemples donnés par l’Académie sont des pronoms conjoints.
S’il est vrai que des exemples ne font pas une règle, en tout cas ceux proposés par l’Académie ne contredisent ni Bescherelle, ni Kalmbach, dont les règles semblent énoncées de façon plus précise que sur le site de l'Académie

Grevisse va dans le même sens que Bescherelle et Kalmbach

Désolée, j'ai rédigé ma réponse pendant que Jehan envoyait la sienne

8 (Modifié par Jehan 12/03/2016 à 20:03)

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

Je n'ai pas dit que les exemples de l'Académie étaient incorrects et contredisaient d'autres ouvrages. J'ai juste relevé comme toi que leur formulation de la règle était par trop imprécise, puisqu'ils ne font aucune distinction selon la nature grammaticale du sujet.
D'autres ouvrages sont heureusement plus complets !

9

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

Jehan a écrit :

Je n'ai pas dit que les exemples de l'Académie étaient incorrects et contredisaient d'autres ouvrages.

Je n'ai pas dit que tu disais que... 

Ma réponse faisait suite au commentaire d'Anne.

10

Place du prédicat dans l’interrogation indirecte

L'Académie n'a jamais brillé en matière de grammaire, malheureusement !