1

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Bonsoir,

J'ai comme devoir de commenter un propos d'Albert Camus seulement voilà, je n'arrive à rien. Je ne sais pas comment formuler une problématique et un plan stable pour commencer à rédiger.

Voilà la citation '' (..) le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties (..)''

Si quelqu'un aurait la gentillesse de m'aider à démarrer avec une idée de problématique, etc..

Il faut que je trouve trois arguments, j'avais pensé au bonheur qui est lié entre les deux parties, le fait que la première expose un Meursault heureux, disciple de l'assurance de la vérité et de la franchise, qui a des amis une amante et qui aime la plage et le soleil d'Alger, il ne doit rien à personne, vit en marginal et en marge de la société.

Dans le deuxième partie le bonheur se voit à la fin quand il s'aperçoit qu'il avait vécu heureux et qu'aujourd'hui, au bord de la mort, se rend compte qu'il est le centre de l'attention, et également qu'après avoir perdu sa liberté, se rend compte à quel point elle était importante pour lui et à quel point il était heureux. Les cris de haine tant espérés sont peut être preuves qu'il souhaite mourrir moins seul et que ce bonheur d'être l'attention, fait basculer son idée du monde vers l'absurde et que l'absurde, rend heureux.

Je ne suis pas sur d'avoir juste, c'est pour ça que je souhaite une aide pour cette dissertation.

A toutes les personnes qui vont lire ce message et qui décideront de m'aider, un très grand merci d'avance.

2

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Il faudrait te pencher sur la structure du roman.
Première partie : 6 chapitres.  18 jours. L'été. La vie dehors, au soleil. la mer. Marie. Incipit "Aujourd'hui maman est morte ...)

Deuxième partie :  5 chapitres. Presque un an. (Instruction : 11 mois + procès) Le tribunal. La cellule.  Explicit : condamnation de Meursault.

3 (Modifié par VerneJules 11/02/2016 à 20:08)

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Merci de ta réponse,

Je dois commenter ce propos d'Albert Camus.

je vois ce que tu essayes de me dire, mais je ne penses pas vraiment que ce soit un parallèle entre les deux parties, je me trompe ?

Il faudrait que je trouve une problématique et un plan ( 3 arguments 3 exemples ) pour bien démarrer..mais je n'arrive vraiment pas à défaire ce noeud.

Si tu aurais la gentillesse d'approfondir cette idée pour m'orienter vers une problématique ou un plan logique, je te serais infiniment reconnaissant, car c'est un travail très très important. De mon côté je cherche quelque chose de pertinent et d'exploitable mais je ne trouve rien.

Si toutefois tu souhaites t'arrêter à ce commentaire je te remercie infiniment en tout cas. 


Modif _ J'avais pensé à cette problématique, tu as un avis ?
Est-il normal, d'un roman qui se veut absurde, d'avoir instauré un parallélisme entre les deux parties qui se distinguent en structure mais qui pourtant relèvent d'une même vie ?

4

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Le sujet t'invite à mettre les deux parties du roman en comparaison, en parallèle.  Il aurait été intéressant de pousser plus loin l'analyse pour lister ressemblances et différences.

Meursault, le personnage narrateur, entre journal et mémoires est-il tout au long du roman acteur ou observateur de sa vie ? Le même ou un autre ? Etranger ou étranger ? Que dit la structure du roman de Camus ?

5

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Merci beaucoup de prendre le temps de me lire et de me répondre.

J'ai bien compris ce que tu me dis. Cette notion de liaison entre la 1er et la 2eme partie grâce à la structure m'intéresse et m'éclaire un peu plus. Mais pour être honnête j'ai peur de détourner ton idée en bâclant une proposition.
Chaque idée est personnel et n'est pas quantifiable, alors il m'est difficile de commencer mon travail. 
Peut-être est-ce que tu pourrais, sur les 3 arguments à proposer, m'en écrire un seul ? ainsi je pourrais voir ton amorce, tes structures, ta façon de faire ?

J'ai bien peur que la problématique tu m'a écrite soit trop parfaite pour être disserté. Je m'explique, il faudrait quelque chose de court et de concis.

Je n'arrive pas à déclencher la machine, à démarrer. J'ai peur de baisser les bras et de me blottir dans les fleurs de Baudelaire pour me réconforter.

Tu es cependant très gentil(le) d'avoir pris le temps de m'écrire, si jamais il te venait en tête de m'aider d'avantage je ne serais qu'épanoui.
Merci Floreale

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Quant à moi, je ne me souvenais pas que Camus avait dit cela. D'où provient la citation ?

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

De ses Carnets :
https://books.google.fr/books?id=bpUXAg … mp;f=false

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Ah ! Merci.

9 (Modifié par VerneJules 11/02/2016 à 22:30)

Camus, L’Étranger - Le sens du livre tient exactement dans le parallélisme des deux parties.

Oui c'est ça, notre corpus nous demande d'étudier Le mythe de Sisyphe, L'étranger ainsi que les Carnets.

Merci Jehan pour la précision

Si quelqu'un peut m'aider je prends toujours, Floreale a fait du super boulot parce que j'y vois déjà beaucoup plus clair, mais je suis preneur si quelqu'un souhaite m'orienter plus précisément.