1 (Modifié par Jehan 19/01/2016 à 15:25)

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Bonjour.
Une phrase dans un guide pédagogique de manuel de FLE (Saison 3) me laisse perplexe et j'aimerais avoir votre aide.
Le manuel notait cette phrase : "Fondateur d'agences immobilières, Vincent Ledoux, 51 ans, vit à Paris." La question posée était :"Qui est Vincent Ledoux ?" Et la réponse du guide pédagogique a été: "Vincent Ledoux a 51 ans. Il est le fondateur d'agences immobilières."
J'aurais répondu: "Vincent Ledoux est fondateur d'agences immobilières." comme pour toute autre profession (Il est médecin, avocat...). Sauriez-vous ce qu'apporte l'article défini ici et serait-ce alors possible d'écrire : "Vincent Ledoux est un fondateur d'agences immobilières." ?
Je vous remercie d'avance si vous pouvez me fournir une explication.

2 (Modifié par Laoshi 18/01/2016 à 09:32)

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Le manuel notait cette phrase : "Fondateur d'agences immobilières, Vincent Ledoux, 51 ans, vit à Paris." La question posée était :"Qui est Vincent Ledoux ?" Et la réponse du guide pédagogique a été: "Vincent Ledoux a 51 ans. Il est le fondateur d'agences immobilières."

Il me semble que la réponse du manuel est tout à fait possible. Le pronom qui interroge sur l'identité en général et pas seulement sur la profession. (Que fait Vincent Ledoux ? quel est son métier ?)
Vincent Ledoux est un homme de 51 ans qui vit à Paris et il a fondé des agences immobilières. est plus complet en réponse au pronom qui.
Je crois qu'il serait également possible d'employer comme tu le fais l'article indéfini, qui le classe comme un fondateur parmi d'autres , ou pas d'article du tout.
L'article défini rend cet homme plus proche, si je puis dire.

3

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

sacados a écrit :

J'aurais répondu: "Vincent Ledoux est fondateur d'agences immobilières." comme pour toute autre profession (Il est médecin, avocat...). Sauriez-vous ce qu'apporte l'article défini ici et serait-ce alors possible d'écrire : "Vincent Ledoux est un fondateur d'agences immobilières." ?

Si on ne met pas l'article devant l'attribut, on a vraiment l'impression que le métier de VL, c'est de fonder des agences immobilières. Or (mais nous ne connaissons pas le contexte), je doute que ce soit son métier ; je présume plutôt que les circonstances de la vie,  de sa vie professionnelle, ont fait qu'il a fondé plusieurs agences immobilières.
Si l'on écrit "Il est le fondateur d'agences immobilières", c'est purement factuel. On ne dit pas que c'est sa profession (de fonder des agences immobilières), mais c'est un fait : il a fondé des agences immobilières.
Si l'on écrit "VL est un fondateur d'agences immobilières", on est à nouveau proche de la profession délibérée de fondateur.
Les différences sont assez subtiles, et pas forcément senties de la même façon par tous.

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Je trouve que l'explication de Lamaneur est meilleure que la mienne. En fait, j'avais mal ciblé la question.

5

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Je ne me permettrai pas de discuter vos réponses.

Simplement, cet emploi du « le » me tarabuste. Si l'on voulait à tout prix conserver ce « le », j'aurais écrit : il est le fondateur de plusieurs agences immobilières (ou bien : il est le fondateur des agences immobilières X et Y). Sinon la phrase me paraît rester inachevée.

Il serait plus compréhensible d'écrire : il a fondé des agences immobilières.

Comme l'écrit lamaneur, son métier à temps complet n'est probablement pas fondateur d'agences immobilières.

6 (Modifié par Spalding 18/01/2016 à 16:35)

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Tout dépend de ce qu'on veut exprimer...

A) "Vincent Ledoux est fondateur d'agences immobilières" :
c'est son activité.

B) "Vincent Ledoux est un fondateur d'agences immobilières" :
il y en a d'autres.

C) "Vincent Ledoux est le fondateur d'agences immobilières" :
il n'y en a pas d'autres.

7 (Modifié par Jehan 18/01/2016 à 17:00)

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Spalding a écrit :

C) "Vincent Ledoux est le fondateur d'agences immobilières" :
il n'y en a pas d'autres.

Ça se discute...
Alexandre Dumas est l'auteur de romans de cape et d'épée.
Il n'y en a pas d'autres ?

8 (Modifié par Spalding 18/01/2016 à 17:27)

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Il n'y en a pas d'autres avec l'article défini "le". S'il y en a d'autres, il faudrait dire en bon français : "Alexandre Dumas est un auteur de romans de cape et d'épée."

La formulation "Alexandre Dumas est l'auteur de romans de cape et d'épée" suppose sinon un sous-entendu, par exemple "bien connus" à la fin. On sous-entend alors que les autres romans de cape et d'épée sont peu connus. Tout dépend du contexte général, en dehors de cette phrase.

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Oui, merci, je connais la distinction théorique entre l'article défini et l'article indéfini...
Mais dans le cas présent, elle me semble peu pertinente.
Je maintiens que Alexandre Dumas est l'auteur de romans de cape et d'épée me paraît du bon français, sans qu'il soit nécessaire de rallonger la phrase.
Je me range à l'avis de Lamaneur.

10 (Modifié par Spalding 18/01/2016 à 18:07)

Choix de l'article : il est (le / un) fondateur d'agences immobilières.

Cette phrase est correcte grammaticalement. Mais comme Alexandre Dumas n'est pas le seul auteur de romans de cape et d'épée, elle n'est exacte sémantiquement que si l'on rajoute un sous-entendu.

J'en reste là ! Que chacun se fasse son opinion...